Bannière-Web-ResMusica-728x90

Haydn l’Européen par Stéphanie d’Oustrac

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Joseph Haydn (1732-1809) : Arianna a Naxos ; Lieder et Canzonettas. Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano ; Aline Zylberajch, pianoforte. 1 CD Ambronay AMY023. Code barre : 3760135100248. Enregistré en novembre 2009. Livret trilingue (français, anglais, allemand). Durée : 60’

 

Les Clefs ResMusica

Découverte en 1998 dans le cadre de l’Académie baroque européenne du Festival d’Ambronay au cours de la renaissance de Thésée de Lully sous direction de William Christie, Stéphanie d’Oustrac est étiquetée baroqueuse, dans des rôles d’amoureuse blessée ou de déesse outragée, comme en témoigne son disque précédent, Médée furieuse (Ambroisie, 2008). Même si elle n’a pas renoncé à ce répertoire, la mezzo-soprano, qui chante également Carmen, a relevé le défi proposé par Ambronay en enregistrant ce programme Haydn, en compagnie d’ au pianoforte.

Les mélodies ne sont pas ce que l’on connaît le mieux de , mais elles ont déjà intéressées de grandes chanteuses, mezzo-soprano comme Anne Sofie von Otter, mais aussi des sopranos, Elly Ameling et Arleen Auger notamment.

Stéphanie d’Oustrac propose donc un bouquet de lieder (1781-84), sur des textes allemands, et de canzonettas, plus tardives et plus élaborées (1794-95), sur des textes anglais. Il s’agit ici d’un répertoire à la fois léger et mélancolique, évoquant les sentiments de la femme amoureuse, des premiers émois aux déceptions, en passant par des scènes libertines (Eine sehr gewöhnliche Geschichte et Die zu späte Ankunft der Mutter). Dans ces mélodies, Stéphanie d’Oustrac fait preuve d’une grande expressivité selon le caractère des œuvres, avec un sens de la nuance et de l’articulation qui évite ainsi tout sentiment de monotonie. La voix est assez puissante, le timbre sombre, la chanteuse étant plus à l’aise dans les mediums, les graves que les aigus.

On change d’univers avec l’œuvre qui complète ce programme, la cantate profane Arianna a Naxos (1789), en italien, fréquemment enregistrée par des mezzos (Janet Baker, Anne Sofie von Otter, Carolyn Watkinson, Cecilia Bartoli…). Cette œuvre très dramatique convient bien au timbre de Stéphanie d’Oustrac. Abandonnée, Arianna se lamente, espérant le retour de Thésée, finissant par désespérer et maudire ce dernier. La chanteuse est toujours aussi expressive, accompagnée fidèlement par .

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.