À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Vsevolod Zaderatski, une vie pour le tsar !

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : 24 Préludes op. 34. Vsevolod Zaderatski (1891-1953) : 24 Préludes (premier enregistrement mondial). Jascha Nemtsov, piano. 1 CD Profil PH09040. Enregistré à la Haus des Rundfunks à Berlin en octobre 2008. Notice bilingue : anglais-allemand. Durée : 64’23’’.

 

Le pianiste , fin connaisseur et défenseur du répertoire russe, s’attache à faire découvrir (1891-1953). Ce compositeur eu un destin tragique hors du commun, poursuivi, arrêté, déporté et dénoncé tout au long de sa vie, probablement pour le péché originel d’avoir servi le tsar.

Il fut en effet précepteur musical de la famille impériale en 1915-1916, donna des leçons de piano au Tsarévitch Nicolaï en 1915 et 1916, avant de rejoindre l’Armée blanche durant la guerre civile russe en 1919 et 1920. Pourquoi ne quitta-t-il pas l’URSS à la défaite de la contre-révolution, alors que sa première femme et leur fils s’exilèrent alors ? Il reprend une activité de concertiste mais est arrêté en 1926 et toutes ses œuvres sont détruites. Il s’installe à Moscou de 1928 pour en être chassé en 1934, puis d’être déporté en 1937 dans le goulag sibérien de la rivière Kolima, un « Auschwitz soviétique » dont il survécut miraculeusement, libéré en juillet 1939. Ses péripéties ne s’arrêtent pas là. La « Grande guerre patriotique » éclate en 1941 et il est évacué avec sa seconde femme et leur fils au Kazakhstan. Quand il revient à Moscou en 1948, c’est pour être condamné par Jdanov aux côtés de Chostakovitch comme compositeur formaliste. Pour ainsi dire jamais joué de son vivant, il trouva la force morale extraordinaire de composer 24 préludes et fugues au camp du Goulag. La vie de Zaderatski est un résumé des tourmentes de la Russie de la première moitié du XXème siècle, et aussi le témoignage d’une volonté créatrice que rien ne peut abattre.

Au-delà d’une affinité musicale évidente, Nemtsov partage avec Zaderatski d’avoir vécu dans la ville qui servait de transit aux déportés du goulag : Magadan. C’est dans ce port de Sibérie extrême-orientale, à 2200 kms d’Iakoutsk, la grande ville la plus proche, que le pianiste est né. Son père y avait été débarqué 25 ans auparavant, et comme nombre de survivants probablement qui ne savaient où aller, il s’y était installé. C’est assez pour dire que Nemtsov met dans ce premier enregistrement mondial beaucoup plus que la simple recherche d’un inédit discographique.

Les 24 préludes de et Zaderatski ont été composés à peu d’années de distances, respectivement 1933 et 1934. Les deux œuvres s’inspirent à la source de Chopin, de Schumann et des structures des musiques folklorique et savantes russes du XIXème siècle. La personnalité de Chostakovitch est marquée dans l’œuvre par la multiplication des contrastes jusqu’au recours à l’ironie et au sarcastique, alors que les préludes de Zaderatski on recours a un spectre expressif plus homogène. Zaderatski comme compositeur n’aura guère connu que le malheur. Il aura au moins eu la chance posthume d’être redécouvert par un interprète engagé, attentif et sensible.

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : 24 Préludes op. 34. Vsevolod Zaderatski (1891-1953) : 24 Préludes (premier enregistrement mondial). Jascha Nemtsov, piano. 1 CD Profil PH09040. Enregistré à la Haus des Rundfunks à Berlin en octobre 2008. Notice bilingue : anglais-allemand. Durée : 64’23’’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.