À emporter, Actus Prod, CD, Opéra

Nicolaï Gedda, ou le prince des ténors !

Plus de détails

Extraits d’opéras et d’opérettes de Adolphe Adam (1803-1856), Daniel François Esprit Auber (1782-1871), Vincenzo Bellini (1801-1835), Hector Berlioz (1803-1869), Georges Bizet (1838-1875), Francesco Cilea (1866-1950), Léo Delibes (1836-1891), Gaetano Donizetti (1797-1848), Friedrich von Flotow (1812-1883), Mikhail Glinka (1804-1857), Christoph Willibald von Gluck (1714-1787), Karl Goldmark (1830-1915), Charles Gounod (1818-1893), Imre (Emmerich) Kálmán (1882-1953), Édouard Lalo (1823-1892), Franz Lehár (1870-1948), Albert Lortzing (1801-1851), Jules Massenet (1842-1912), Giacomo Meyerbeer (1791-1864), Carl Millöcker (1842-1899), Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Modeste Moussorgsky (1839-1881), Otto Nicolai (1810-1849), Jacques Offenbach (1819-1880), Amilcare Ponchielli (1834-1886), Giacomo Puccini (1858-1924), Nikolai Rimsky-Korsakov (1844-1908), Gioachino Rossini (1792-1868), Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Oscar Straus (1870-1954), Johann Strauss II (1825-1899), Piotr Ilyitch Tchaikovsky (1840-1908), Ambroise Thomas (1811-1896), Giuseppe Verdi (1813-1901), Richard Wagner (1813-1883), Carl Maria von Weber (1786-1826) ; extraits de cantates, oratorios et œuvres sacrées de Jean-Sébastien Bach (1685-1750), Ludwig van Beethoven (1770-1827), Felix Mendelssohn (1809-1847) ; Lieder, mélodies et chansons populaires ou traditionnelles de Hugo Alfvén (1872-1960), Beethoven, Cesare Bixio (1900-1978), Ernesto de Curtis (1875-1937), Claude Debussy (1862-1918), Luigi Denza (1846-1922), Gabriel Fauré (18745-1924), Benjamin Godard (1849-1895), Glinka, Edvard Grieg (1843-1907), Reynaldo Hahn (1875-1947), Agustin Lara (1900-1969), Hans May (1886-1958), Eric Meyer-Helmund (1861-1932), Moussorgsky, Osman Perez-Freire (1880-1930), Wilhelm Peterson-Berger (1867-1942), Francis Poulenc (1899-1963), Sergei Rachmaninov (1873-1943), Ottorino Respighi (1879-1936), Rossini, Fritz Rotter (1900-1984), Franz Schubert (1797-1828), Jean Sibelius (1865-1957), Svante Leonard Sjöberg (1873-1935), Robert Stolz (1880-1975), Richard Strauss (1864-1949), Richard Tauber (1891-1948), Tchaikovsky, Joaquín Turina (1882-1949) Francesco Veracini (1690-1768). Avec : Nicolaï Gedda, ténor, et divers partenaires, orchestres et chefs d’orchestre, dont Ernest Blanc, Maria Callas, Aldo Ciccolini, Mirella Freni, Mady Mesplé, Gerald Moore, André Cluytens, Pierre Dervaux, Rafael Frühbeck de Burgos, Alceo Galliera, Lamberto Gardelli, Herbert von Karajan, Otto Klemperer, Georges Prêtre, Anneliese Rothenberger, Gika Zdravkovitch. 11 CD EMI Classics 50999 4 5600952 7. Code-barre : 5099945 609527. Enregistrements de 1952 à 1977. Qualité d’enregistrement : MONO/STEREO ADD/DDD. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand et français) ; durée : 77’43’’, 76’22’’, 76’57’’, 79’52’’, 77’30’’, 76’06’’, 74’11’’, 79’39’’, 76’45’’, 73’16’’et 73’38’’

 

L’héritage discographique légué par Nicolaï Gedda à EMI Classics est absolument considérable, et on se demande ce que le ténor suédois, dont les enregistrements s’étalent ici sur exactement un quart de siècle, n’a pas confié à la postérité. De Bach à Poulenc, de Gluck à Wagner, de l’opéra et l’opérette à l’oratorio, de la mélodie française au lied allemand en passant par des chansons traditionnelles les plus diverses, il semble que tous les genres, répertoires et styles lyriques soient représentés sur ce généreux coffret de 11 CD, au minutage extrêmement serré.

Les responsables de cette édition semblent cependant avoir eu bien du mal à gérer ce vaste patrimoine, et les choix opérés ne reflètent pas toujours, malheureusement, la plus grande cohérence. Qu’on en juge !

Le premier CD démarre sur une série de cantates de Bach pour ténor, enregistrées en 1971, soit près de vingt ans après les débuts discographiques de Gedda, la maison. Même si l’accompagnement dirigé par Hans Martin Linde est sans doute censé représenter ce qui, à l’époque, devait passer pour un style furieusement « baroque », on préfèrera de loin les extraits des Messe en si ou de la Saint Matthieu de Klemperer, sur lesquels démarre le 2e CD. Le CD1 se poursuit, en toute logique, avec des airs de Gluck et de Mozart. Soit ! Le CD2, visiblement consacré à l’opéra allemand, démarre à nouveau sur Bach, puis se poursuit avec une fois encore Mozart, puis Beethoven, Weber, Lortzing, etc. Ce programme consacré à la musique allemande mélange allègrement opéra, opéra-comique et oratorio, et rien n’explique pourquoi Elias de Mendelssohn est entendu en anglais, ou pourquoi Oberon, l’opéra anglais de Weber, est ici donné en allemand. Le CD3, consacré à l’opéra français, contient à nouveau des extraits d’opéras de Gluck (des extraits de l’intégrale d’Orphée récemment rééditée…), et le CD5, dédié à l’opéra italien, commence à nouveau par Mozart (deux extraits de Don Giovanni issus du même récital que celui déjà représenté sur les CD1 et 2…). À partir du CD7, consacré à la mélodie, le programme gagne en cohérence, sans doute car il respecte davantage la chronologie des prises d’enregistrement…

Car là est le problème ! Dans leur souci de construire un programme chronologique lié non pas à la carrière discographique du prolifique ténor mais à l’appartenance nationale des pièces enregistrées, les responsables de l’édition de ce coffret ont mis bout à bout des extraits de diverses intégrales et récitals sans se soucier des dates d’enregistrement. On aurait pourtant pu se douter que l’acquéreur d’un tel coffret serait davantage intéressé par un panorama de la carrière discographique du ténor, plutôt qu’à une anthologie de la musique lyrique depuis son commencement. Les programmes des superbes récitals dirigés par en 1953, par en 1957, en 1961, Heinrich Bender en 1967, Gika Zdravkovitch en 1969, Volker Wangenheim en 1969/70, etc., sans oublier le récital de 1974 avec Mady Mesplé et , sont ainsi éclatés, atomisés, et bien entendu, pour la plupart incomplets… On aimerait en savoir bien plus de ce disque d’airs italiens apparemment réalisé avec en 1967, dirigé par Edward Downes, de même que des duos avec Mesplé. Et quid de tous ces disques réalisés pour Electrola en Allemagne, dont beaucoup dont jamais été diffusés en France ? Il aurait mille fois mieux valu regrouper dans ce coffret les récitals originaux, comme l’a fait récemment RCA pour mettre à l’honneur les anciens récitals de et de . Et quel est l’intérêt, dans le cadre d’une telle compilation, de proposer des extraits d’intégrales aussi connues que la Butterfly avec Callas et Karajan, les Contes de Cluytens, la Carmen de Prêtre avec Callas, ou encore, plus grave dans le cadre d’un CD visiblement consacré à l’opéra italien, le Requiem de Verdi par Giulini… Si EMI Classics souhaite mettre en valeur la richesse et la qualité de son patrimoine, il serait grand temps de revoir les critères de sélection !

Tout cela est d’autant plus frustrant que la qualité artistique de la plupart des prises réalisées par Gedda est tout à fait exceptionnelle. On reste émerveillé devant un tel panache, une technique aussi éblouissante, une telle maîtrise et compréhension de la plupart des styles et langues abordés (allemand, français, italien, russe, suédois…). Quel chanteur aujourd’hui, à part Florez, saurait tenir la ligne d’Orphée ? Mais Florez oserait-il seulement penser à aborder un jour Lohengrin, ou Radamès, ou même Werther et Don José ?

Il va de soi, si l’on peut admirer l’éclectisme et l’adaptabilité de Gedda, que tout ne saurait être du même niveau artistique. Sans doute se passerait-on volontiers de ces opérettes viennoises de Lehár ou Kálmán, même si la nature sirupeuse d’une telle musique convient idéalement au timbre naturellement séducteur et caressant du ténor. Les pièces d’anthologie que renferme ce coffret confirment la nature de « demi-caractère » de la voix de Gedda, qui excelle tout particulièrement dans l’opéra-comique français du XIXe siècle, avec notamment les contre-rés du Postillon de Longjumeau (mais quelle façon, aussi, de dire une histoire…), dans la mezza voce filée sur la totalité de l’air de La Muette de Portici, mais aussi, dans un autre répertoire moins connu, dans la tessiture quasiment impossible de l’Oberon de Weber. Le 11e CD, une sympathique interview du ténor réalisée il y a quinze ans à l’occasion de son 70e anniversaire, atteste s’il en était besoin l’intelligence d’un artiste qui a su gérer, pendant plus d’un demi-siècle, sa voix et sa carrière.

Un modèle, assurément, pour les ténors de la jeune génération !

Plus de détails

Extraits d’opéras et d’opérettes de Adolphe Adam (1803-1856), Daniel François Esprit Auber (1782-1871), Vincenzo Bellini (1801-1835), Hector Berlioz (1803-1869), Georges Bizet (1838-1875), Francesco Cilea (1866-1950), Léo Delibes (1836-1891), Gaetano Donizetti (1797-1848), Friedrich von Flotow (1812-1883), Mikhail Glinka (1804-1857), Christoph Willibald von Gluck (1714-1787), Karl Goldmark (1830-1915), Charles Gounod (1818-1893), Imre (Emmerich) Kálmán (1882-1953), Édouard Lalo (1823-1892), Franz Lehár (1870-1948), Albert Lortzing (1801-1851), Jules Massenet (1842-1912), Giacomo Meyerbeer (1791-1864), Carl Millöcker (1842-1899), Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Modeste Moussorgsky (1839-1881), Otto Nicolai (1810-1849), Jacques Offenbach (1819-1880), Amilcare Ponchielli (1834-1886), Giacomo Puccini (1858-1924), Nikolai Rimsky-Korsakov (1844-1908), Gioachino Rossini (1792-1868), Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Oscar Straus (1870-1954), Johann Strauss II (1825-1899), Piotr Ilyitch Tchaikovsky (1840-1908), Ambroise Thomas (1811-1896), Giuseppe Verdi (1813-1901), Richard Wagner (1813-1883), Carl Maria von Weber (1786-1826) ; extraits de cantates, oratorios et œuvres sacrées de Jean-Sébastien Bach (1685-1750), Ludwig van Beethoven (1770-1827), Felix Mendelssohn (1809-1847) ; Lieder, mélodies et chansons populaires ou traditionnelles de Hugo Alfvén (1872-1960), Beethoven, Cesare Bixio (1900-1978), Ernesto de Curtis (1875-1937), Claude Debussy (1862-1918), Luigi Denza (1846-1922), Gabriel Fauré (18745-1924), Benjamin Godard (1849-1895), Glinka, Edvard Grieg (1843-1907), Reynaldo Hahn (1875-1947), Agustin Lara (1900-1969), Hans May (1886-1958), Eric Meyer-Helmund (1861-1932), Moussorgsky, Osman Perez-Freire (1880-1930), Wilhelm Peterson-Berger (1867-1942), Francis Poulenc (1899-1963), Sergei Rachmaninov (1873-1943), Ottorino Respighi (1879-1936), Rossini, Fritz Rotter (1900-1984), Franz Schubert (1797-1828), Jean Sibelius (1865-1957), Svante Leonard Sjöberg (1873-1935), Robert Stolz (1880-1975), Richard Strauss (1864-1949), Richard Tauber (1891-1948), Tchaikovsky, Joaquín Turina (1882-1949) Francesco Veracini (1690-1768). Avec : Nicolaï Gedda, ténor, et divers partenaires, orchestres et chefs d’orchestre, dont Ernest Blanc, Maria Callas, Aldo Ciccolini, Mirella Freni, Mady Mesplé, Gerald Moore, André Cluytens, Pierre Dervaux, Rafael Frühbeck de Burgos, Alceo Galliera, Lamberto Gardelli, Herbert von Karajan, Otto Klemperer, Georges Prêtre, Anneliese Rothenberger, Gika Zdravkovitch. 11 CD EMI Classics 50999 4 5600952 7. Code-barre : 5099945 609527. Enregistrements de 1952 à 1977. Qualité d’enregistrement : MONO/STEREO ADD/DDD. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand et français) ; durée : 77’43’’, 76’22’’, 76’57’’, 79’52’’, 77’30’’, 76’06’’, 74’11’’, 79’39’’, 76’45’’, 73’16’’et 73’38’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.