À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Un nouvel orgue à Strasbourg à l’image de ceux que connut Bach

Plus de détails

Georg Böhm (1661-1733) : Prélude et fugue en ut majeur. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Chorals BWV 658 ; 645 ; 641 ; 680 ; 720 ; Prélude en sol majeur BWV 550 ; Adagio BWV 592 ; Grave et fugue en sol majeur BWV 550. Johann Peter Kellner (1705-1772) : Chorals Jesu meine Freude ; Was Gott tut ; Fantasie en ut majeur. Johann Gerber (1702-1775) : Inventions en la mineur et ut majeur. Johann Ludwig Krebs (1713-1780) : Choral et fughetta Allein Gott ; Trios en mi bémol ; Fantaisie dans le goût italien. Felix Mendelssohn Bartholdy (1809-1847) : Andante et variations en ré majeur. Johannes Brahms (1833-1897) : Choral O Welt ich muss dich lassen op. 122 ; Prélude et fugue en la mineur WoO 9. Thomas Deserranno au nouvel orgue Thomas (2007) du temple du bouclier à Strasbourg. 1 CD Saluste records. Code barre 5400668070011. Enregistré au temple du bouclier de Strasbourg en Juillet 2007. Livret en français avec détail des registrations. Durée totale : 76’42’’

 

Les Clefs ResMusica

L’arrivée d’un nouvel orgue produit en général de nouveaux disques, c’est bien le cas ici, puisque déjà plusieurs CDs ont été gravés sur ce spécimen tout droit sorti des ateliers Thomas à Francorchamps en Belgique. Reconstruit à neuf dans l’esprit des orgues de Thuringe que Bach a joués à la fin de sa vie, l’orgue du bouclier à Strasbourg représente le style d’orgue qui a suivi la génération de Gottfried Silbermann, avec les facteurs Zacharias Hildebrandt (celui qui construisit Naumburg) et surtout Heinrich Gottfried Trost (Waltershausen, Altenburg) qui représentent la facture d’orgue de l’Allemagne moyenne en ce milieu du XVIII° siècle. Ce sont des orgues de structure massive, tournés vers un son large et assis sur des basses très solides : Bach parle lui-même de «gravität» ce qui résume bien les choses. De nombreux jeux gambés font leur apparition, rappelant l’orchestre à cordes. L’esthétique de ces instruments s’achemine peu à peu vers un certain préromantisme, s’écartant résolument des styles précédents, en particulier de l’Allemagne du nord avec les orgues de Arp Schnitger.

Le résultat est à la hauteur de l’attente : sans détour, nous sommes immédiatement plongés dans les couleurs et masses sonores des orgues originaux, c’est dire si la reconstitution de la maison Thomas est une totale réussite.

Venons en au programme, ici idéalement choisi pour mettre en valeur les caractéristiques de ce style d’orgue : de Böhm (génération avant Bach) jusqu’à Brahms, en passant par Bach lui-même et ses élèves, nous pouvons suivre l’évolution de l’écriture, et l’adaptation de plus en plus évidente entre un texte et une palette sonore. Les registrations sont notées dans la pochette, ce qui permet de mieux comprendre encore l’alchimie sonore. Combien sommes-nous éloignés de cette esthétique dite néo-classique qui faisait autorité au milieu du XX° siècle et soi-disant idéale pour Bach et les siens. On appréhende combien Bach a pu sentir ce préromantisme naissant. Il se retrouve déjà peut-être un peu dans les grands préludes et fugue pour orgue écrits à Leipzig, à la fin de sa vie.

L’organiste nous propose une approche passionnante de ce répertoire, par un choix averti de registrations, ce qui est fondamental, car les auteurs allemands furent très parcimonieux en la matière. Son jeu est puissant, ses tempi toujours raisonnables afin de permettre une belle élocution, et laisser le temps à l’orgue de déployer ses larges sonorités. Les progressions dans les fugues sont bien amenées, les chorals déclamés avec souplesse. C’est le bel art de la rhétorique avec toute son agogique, comme on aime, ce disque : un modèle du genre. On est frappé vers la fin du récital par tous ces jeux de fonds épais, puissants, graves et pourtant si limpides, qui magnifient le choral de Brahms, se rapprochant déjà de nos Cavaillé-Coll.

Plus de détails

Georg Böhm (1661-1733) : Prélude et fugue en ut majeur. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Chorals BWV 658 ; 645 ; 641 ; 680 ; 720 ; Prélude en sol majeur BWV 550 ; Adagio BWV 592 ; Grave et fugue en sol majeur BWV 550. Johann Peter Kellner (1705-1772) : Chorals Jesu meine Freude ; Was Gott tut ; Fantasie en ut majeur. Johann Gerber (1702-1775) : Inventions en la mineur et ut majeur. Johann Ludwig Krebs (1713-1780) : Choral et fughetta Allein Gott ; Trios en mi bémol ; Fantaisie dans le goût italien. Felix Mendelssohn Bartholdy (1809-1847) : Andante et variations en ré majeur. Johannes Brahms (1833-1897) : Choral O Welt ich muss dich lassen op. 122 ; Prélude et fugue en la mineur WoO 9. Thomas Deserranno au nouvel orgue Thomas (2007) du temple du bouclier à Strasbourg. 1 CD Saluste records. Code barre 5400668070011. Enregistré au temple du bouclier de Strasbourg en Juillet 2007. Livret en français avec détail des registrations. Durée totale : 76’42’’

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.