Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Une belle Messe en si par Daniel Reuss

Plus de détails

Vézelay. Basilique. 20-VIII-2010. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Messe en si mineur. Johannette Zomer, soprano ; Maarten Engeltjes, contre-ténor ; Thomas Walker, ténor ; Peter Harvey, baryton ; Cappella Amsterdam ; Akademie für Alte Musik Berlin, direction : Daniel Reuss.

Rencontres Musicales de Vézelay

Œuvre phare dans l’histoire de la musique, composite (sa composition s’étale sur vingt-cinq années environ et ne fut jouée intégralement que bien après la mort de Bach) monumentale dans ses proportions (plus de cent dix minutes de musique) alors qu’elle correspond à l’ordinaire de la messe catholique, considérée comme œcuménique venant d’un compositeur luthérien, la Messe en si s’inscrit parfaitement dans la programmation des Rencontres Musicales de Vézelay, axée sur la musique sacrée vocale.

Dans le cadre de cette 11e édition, c’est un plateau artistique de haut niveau qui se retrouvait dans la basilique Sainte Marie-Madeleine de la colline éternelle, avec notamment la Cappella Amsterdam (qui a participé il y a peu à une nouvelle version de l’œuvre par Frans Brüggen, parue chez Glossa), sous la direction de son directeur musical (depuis 1990) , accompagné par une des Rolls des orchestres baroques, l’.

Une petite trentaine de choristes, un orchestre aux dimensions similaires, soit un bon compromis entre les interprétations monumentales de jadis et celles à une voix par partie en vogue actuellement. , dans des tempos jamais précipités, mène ses troupes avec conviction et obtient un beau résultat que ce soit en termes de souplesse et d’expressivité chez le chœur ou d’équilibre avec l’orchestre. Même si les entrées des pupitres du chœur dans les nombreuses fugues qui parsèment la Messe pourraient être plus marquées, le caractère des différentes parties, enthousiastes et dansantes, mais aussi plus contemplatives (Kyrie eleison, Et incarnatus est, Crucifixus) sont bien rendues. On regrette seulement que l’œuvre n’ait pas été enchaînée mais coupée par un entracte entre le Gloria et le Credo.

Les prestations des différents solistes réunis, même si elles ne sont jamais hors de propos, se situent un cran en dessous. semble toujours sur la retenue, le ténor est relativement neutre, et , malgré la beauté de la voix, n’a pas les graves pour le Quoniam tu solus sanctus. Il est par contre plus convaincant dans l’aria Et in spiritum sanctum.

La partie d’alto est tenue par le contre-ténor qui interprète en outre, la pratique est fréquente au concert, celle de soprano II (sauf dans le Laudamus te, chanté par J. Zomer). La voix manque de puissance, mais il est assez touchant dans l’Agnus Dei.

Ces quelques réserves mises à part, un très beau concert et assurément un des moments marquants de cette édition des Rencontres Musicales de Vézelay.

Crédit photographique : Daniel Reuss © hansspeekenbrink. nl

Plus de détails

Vézelay. Basilique. 20-VIII-2010. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Messe en si mineur. Johannette Zomer, soprano ; Maarten Engeltjes, contre-ténor ; Thomas Walker, ténor ; Peter Harvey, baryton ; Cappella Amsterdam ; Akademie für Alte Musik Berlin, direction : Daniel Reuss.

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.