À emporter, Essais et documents, Livre

Hommage à Blanche Selva, la grande dame du piano moderne

Plus de détails

Blanche Selva naissance d’un piano moderne. Ouvrage collectif. Préface de Gilles Cantagrel. Symétrie, Lyon. 300 pages, 50 €. ISBN : 978-2-914373-21-0. Dépôt légal : avril 2010.

 

Symétrie

Cet ouvrage captivant regroupe les communications réalisées lors d’un colloque organisé par l’Association , le 18 novembre 2005.

Oubliée des mélomanes et de beaucoup de musiciens, mais connue pour ses ouvrages pédagogiques (L’enseignement musical de la technique du piano), musicologiques (La Sonate, Étude de son évolution technique historique et expressive en vue de l’interprétation et de l’audition. Las Sonatas de Beethoven per a piano y per a piano i violi) ou la biographie de son ami Déodat de Séverac, représente un jalon essentiel dans l’histoire de l’interprétation et de la musique française dans le premier tiers du XXè siècle. Avec son style incomparable, affranchi de toute tradition et de tout préjugé, uniquement tendu vers le discours musical, elle jette les bases du jeu pianistique moderne. Intense travailleuse, menant une exigeante carrière de pédagogue en France et en Europe, concertiste admirée, compositrice, épistolière féconde, artiste humaniste et inspirée, méritait qu’on la sorte d’un oubli incompréhensible. Cette publication lui rend hommage.

Après une biographie établie par Jean-Marc Warszawski, Stéphan Etcharry dresse un portrait de la pédagogue à travers sa correspondance avec Guy Ropartz. Dans le chapitre Blanche Selva interprète, Rémy Campos replace le métier d’interprète à travers la notion d’économie musicale et recherche une définition de l’interprétation à travers les écrits d’une grande exigence de la pianiste. La relation avec Déodat de Séverac, dont Blanche Selva servira les compositions avec ferveur, est présentée par Ludivine Isaffo. Véritable « gardienne du temple », Blanche Selva sera une véritable alliée du compositeur. Également dévouée à la musique d’Albeniz, on apprend notamment dans le chapitre de Cécile Quesney que Blanche Selva corrigea et allégea certains passages d’Iberia – dont elle crééa les quatre cahiers – jugés inexécutables. Yves Ferraton nous montre le rôle que la musicienne joua à Lyon avec la création d’une antenne de la Schola.

Au cœur de l’ouvrage se trouvent deux articles passionnants de Luca Chiantore et de Françoise Thinat sur le jeu et la gestique de Blanche Selva. Entre ces deux articles, les Notes sur les Etudes de Piano que Blanche Selva écrivit en 1906 constituent une piste de réflexions que les pédagogues actuels seraient bien inspirés de méditer…

Poursuivant la lecture, on goûte une article de Diane Andersen qui s’intéresse au rythme dans la conception de l’interprétation chez Blanche Selva. Vient ensuite un chapitre consacré aux relations quasi mystiques qui unissaient la pianiste et Vincent d’Indy. Florence Le Doussal approfondit la communion artistique et spirituelle entre le « Maître » et la disciple à travers La légende de Saint Christophe. Claude Gay et Damien Top nous éclairent successivement sur l’amitié de Blanche Selva et des frères Castéra ainsi que ceux, étroits, qu’elle avait avec Albert Roussel. Dans ces correspondances parfois moraliste, souvent drôle, Blanche Selva se livre et porte à un haut degré d’exigence la notion d’amitié. Florence Launay éclaire un aspect moins connu de la musicienne, celle de compositrice, à travers une étude analytique de quelques-unes de ses œuvres et Delphine Grivel consacre un chapitre aux relations entre le peintre Maurice Denis et Blanche Selva qui lui servira de modèle, notamment pour La Soirée musicale. L’ouvrage se termine par un catalogue exhaustif de toutes les publications de Blanche Selva, articles, ouvrages, compositions, transcriptions, annotations et révisions d’éditions musicales ainsi que sa discographie.

On invite le lecteur à poursuivre la compréhension de cette personnalité par l’écoute de ses enregistrements car l’art sublime de Blanche Selva ne peut rester une hypothèse livresque. Ils découvriront alors une interprète inouïe, à la sonorité claire mais ronde, attentive à la moindre phrase, à la technique transcendante. Sous tendus d’intenses émotions, avec une sens architectural sans faille allié à une palette sonore d’une immense variété, la Partita n°1 de Bach, le Prélude Choral et Fugue de Franck, la Sonate pour violon et piano de Franck, la Sonate le Printemps de Beethoven avec Joàn Massia – surpassant Jacques Thibaud – quelques pièces de Déodat de Séverac clouent l’auditeur sur place.

Plus de détails

Blanche Selva naissance d’un piano moderne. Ouvrage collectif. Préface de Gilles Cantagrel. Symétrie, Lyon. 300 pages, 50 €. ISBN : 978-2-914373-21-0. Dépôt légal : avril 2010.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.