À emporter, CD, Opéra

Monteverdi par Claudio Cavina !

Plus de détails

Claudio Monteverdi (1567-1643) : L’Incoronazione di Poppea, opéra en un prologue et trois actes, sur un livret de Giovanni Busenello. Emanuela Galli, Poppée ; Roberta Mameli, Néron ; Xenia Meijer, Octavie / un Amour ; Josè Maria Lo Monaco, Othon ; Raffaele Costantini, Sénèque ; Francesca Cassinari, Drusilla / la Vertu / un Amour ; Ian Honeyman, Arnalta ; Mario Cecchetti, Lucain / un Prétorien / un Ami de Sénèque ; Giovanni Caccamo, Liberto / un Prétorien / un Consul ; Alena Dantcheva, l’Amour / le Page d’Octavie ; Andra Favari, Mercure / un Licteur / un Ami de Sénèque / un Tribun ; Romina Tomasoni, Vénus / Pallas ; Pamela Lucciarini, la Fortune / la Suivante d’Octavie / un Amour ; Makoto Sakurada, la Nourrice d’Octavie ; Claudio Cavina, un Ami de Sénèque / un Amour ; La Venexiana, direction : Claudio Cavina. 3 CD Glossa GCD 920916. Code barre : 8424562009165. Enregistré en septembre 2009, à l’Église San Carlo à Modène. Notice en anglais, français, allemand, italien et espagnol, texte chanté traduit en anglais. Durée : 204’40’’

 

Les Clefs ResMusica

Après d’importantes redécouvertes (Andromaque de Grétry, Proserpine de Lully) et un remarquable Orfeo de Monteverdi, l’éditeur Glossa connaît décidément la réussite sur le marché, bien sinistré, de l’enregistrement lyrique. L’intérêt principal de ce nouveau Couronnement ne réside pas dans ses aspects musicologiques, puisque le manuscrit de Naples a déjà été enregistré, même s’il est considéré comme plus éloigné de l’original que le manuscrit vénitien. Certaines séquences étaient absentes du disque de (K617), qui en comportait d’autres coupées dans celui-ci, aucune des deux versions n’étant complète, d’ailleurs… Pour l’instrumentation, invoque ce que l’on sait sur l’ordinaire théâtral de l’époque pour limiter l’ensemble instrumental à quatre cordes et à un continuo bien fourni. Il n’est pas le premier à faire ce choix, mais le résultat est merveilleux d’inventivité et de souplesse, échappant à l’aridité qui guettait par exemple la version de Richard Hickox (Virgin). Chaque phrase est soigneusement ourlée par des formules savoureuses, les répliques et les scènes se succèdent sans les silences que l’on y entend trop souvent, et qui détraquent un livret débordant de vie.

Ici, le théâtre règne en maître, pas seulement dans la basse continue, mais aussi dans la voix et le caractère des personnages, tous dessinés, même les apparitions divines ou les utilités, avec une vérité et une fraîcheur étonnantes. Dans cette atmosphère emplie d’énergie dramatique, Othon n’est plus seulement un pierrot geignard, mais il retrouve avec une virilité que, paradoxalement, les contre-ténors peinent à lui donner. L’Octavie de délaisse le ton de la noble dame affligée pour une véhémence impérieuse, au prix, malheureusement, d’un chant violemment poussé. Moins de surprise avec la sensuelle Poppée d’, dont les chatteries frôlent parfois le roucoulement, qu’avec le Néron de . D’un timbre plus clair que sa maîtresse, c’est un empereur poète, attiré par Apollon autant que par Dionysos, au chant d’une exceptionnelle beauté. Drusilla, Sénèque, la Nourrice d’Octavie et son Page rivalisent d’excellence.

Bien sûr, on pourra relever certaines outrances passagères dans la scansion ou la rapidité, on appréciera plus ou moins la truculence croassante d’, qui était déjà Arnalta dans l’enregistrement de Jean-Claude Malgoire (Sony), il y a vingt-cinq ans. Sa berceuse, aux accents volontairement folkloriques, tire avec bonheur vers l’expérimentation, tout comme l’autre page célèbre de l’œuvre, le duo final, syncopé et étiré jusqu’à l’extase. En somme, une réussite enthousiasmante.

Plus de détails

Claudio Monteverdi (1567-1643) : L’Incoronazione di Poppea, opéra en un prologue et trois actes, sur un livret de Giovanni Busenello. Emanuela Galli, Poppée ; Roberta Mameli, Néron ; Xenia Meijer, Octavie / un Amour ; Josè Maria Lo Monaco, Othon ; Raffaele Costantini, Sénèque ; Francesca Cassinari, Drusilla / la Vertu / un Amour ; Ian Honeyman, Arnalta ; Mario Cecchetti, Lucain / un Prétorien / un Ami de Sénèque ; Giovanni Caccamo, Liberto / un Prétorien / un Consul ; Alena Dantcheva, l’Amour / le Page d’Octavie ; Andra Favari, Mercure / un Licteur / un Ami de Sénèque / un Tribun ; Romina Tomasoni, Vénus / Pallas ; Pamela Lucciarini, la Fortune / la Suivante d’Octavie / un Amour ; Makoto Sakurada, la Nourrice d’Octavie ; Claudio Cavina, un Ami de Sénèque / un Amour ; La Venexiana, direction : Claudio Cavina. 3 CD Glossa GCD 920916. Code barre : 8424562009165. Enregistré en septembre 2009, à l’Église San Carlo à Modène. Notice en anglais, français, allemand, italien et espagnol, texte chanté traduit en anglais. Durée : 204’40’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.