Danse , La Scène, Spectacles Danse

Les solistes de demain aux Ballets des étoiles du XXIe siècle

Plus de détails

Paris, Théâtre des Champs-Elysées. 17-IX-2010. Les étoiles du 21e siècle. Producteur : Richard Stéphant / Sherwood Productions. Direction artistique : Nadia Veselova-Tencer. Régie générale et éclairages : Anne Stéphant

Le Gala des Etoiles du XXIe siècle présente un éclairage sur les solistes de demain : une comparaison bienvenue entre des écoles et des styles distincts. Une première constatation s’impose : le niveau des garçons se distingue de celui des danseuses, ces dernières péchant par une certaine timidité. Une personnalité féminine brille toutefois de manière ostensible. La chinoise possède grâce et éclat, qualités qui s’allient à une technique très sûre. Femme jusqu’au bout des ongles, s’avère tout aussi à l’aise dans un style purement classique que sur l’attendrissante chorégraphie de Fei Bo, A l’Heure qu’il est. , beau danseur aux lignes ultra romantiques, semble parfois débordé par la vivacité de sa partenaire lors du Pas de Deux de La Belle au Bois Dormant. Il se montre beaucoup plus à l’aise lors de la variation contemporaine. D’autres belles découvertes côté hommes. est un danseur de demi-caractère au caractère explosif qui s’accommode bien de chorégraphies nécessitant puissance et mordant. Il évince quelque peu sa partenaire Ekaterina Krysanova lors du Pas de Deux d’Esmeralda. Cette chorégraphie nécessite en effet piquant et gouaille, qualités qui correspondent mal à la danse (trop ?) académique de la danseuse. Egor Menshikov frappe au contraire par son physique et sa personnalité toute en force. Son Tristan, noble et expressif, laisse présager de belles prises de rôles. « Phénomène », tel est le terme pour qualifier Daniil Simkin, tant le jeune homme reste pour l’heure inclassable. Ce danseur possède une technique ébouriffante.

Cependant, on a parfois le sentiment que ses qualités techniques occultent des faiblesses interprétatives, qui empêchent d’adhérer totalement au « show » du petit prodige. Celui-ci s’avère en tout cas d’ores et déjà une étoile pour le public. Les étoiles confirmées n’étaient cependant pas en reste lors de cette soirée. Ilja Louwen est une danseuse atypique, douée d’une forte personnalité et d’un physique qui sied aux chorégraphies contemporaines de Leo Mujic. Cette interprète, longiline et musclée, magnétise le public par une danse précise aux amples mouvements déstructurés. Lucia Lacarra est une danseuse divine, car chez elle, tout est éloquence et poésie. Elle est une femme qui danse, et non pas une simple danseuse. Ses ports de bras très caractéristiques constituent des instants de perfection fugitifs. Cyril Pierre sait harmonieusement mettre en valeur sa partenaire, notamment dans l’arachnéenne pièce Adagio For Strings. On regrettera le manque de place laissé aux chorégraphies purement classiques, lesquelles sont pourtant les plus aptes à permettre de juger des qualités de ces jeunes artistes.

Plus de détails

Paris, Théâtre des Champs-Elysées. 17-IX-2010. Les étoiles du 21e siècle. Producteur : Richard Stéphant / Sherwood Productions. Direction artistique : Nadia Veselova-Tencer. Régie générale et éclairages : Anne Stéphant

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.