Banniere-clefsResMu728-90

Mildred Clary (1931-2010)

La voix de , bien connue des auditeurs de France-Musique vient de s’éteindre pour toujours. Cette voix agréablement marquée par ses origines britanniques, chaude, fluente et toujours au service d’un texte structuré, intelligent et concis, était immédiatement reconnaissable entre toutes pour qui l’avait entendue seulement une fois. Au terme d’une longue carrière de journaliste musicale elle nous a quittés le jeudi 18 novembre dernier dans le cours de sa quatre-vingtième année.

Que l’on m’autorise un souvenir personnel. La venue de et de sa fidèle assistante à mon domicile en proche banlieue parisienne le jeudi 27 février 1997. Sa visite était motivée par un entretien programmé dans le cadre d’une série d’émissions consacrées au compositeur danois Carl Nielsen. L’interview s’intégrait dans le cadre du cycle bien connu sur France Musique «Les Mots et les Notes».

Cette femme très élégante, d’une grande courtoisie, merveilleuse professionnelle, avait eu le don de me mettre à l’aise, de guider le dialogue de manière habile et de manifester l’étendue de ses connaissances musicales. Je m’étais dit alors intérieurement combien ses multiples fréquentations musicales rejaillissaient sur son discours riche, habité et intelligent. Son tact délicat et son charme faisaient immédiatement merveille.

Née à Paris en février 1931, d’une mère française et d’un père anglais, Mildred Clary s’est manifestée initialement comme luthiste et guitariste. Elle joue au sein de plusieurs ensembles de musique ancienne et se voit bientôt considérée comme une concertiste appréciée. Toutefois cette carrière prometteuse s’interrompt prématurément et définitivement. Le destin la conduit vers d’autres horizons. Elle devient journaliste, musicologue et productrice d’émissions musicales sur divers médias.

Que ce soit à Radio France (France Musique et France Culture) ou encore aussi pour la télévision (TF1, FR3, Arte) elle participe avec son enthousiasme communicatif à d’innombrables émissions, présentations, interview, portraits de compositeurs, chefs d’orchestre, solistes, hauts lieux de la musique… En dresser la liste complète montrerait à l’évidence la multiplicité de ses pôles d’intérêt, de son immense culture et de son pouvoir fascinant à faire partager son savoir. Ces nombreuses interventions abordaient avec la même aisance des zones aussi diverses que les musiques anglaise, française, tchèque, nordique etc.

Passionnée par la musique dont elle parlait avec ardeur et amour, avec gourmandise souvent, toujours à l’écoute des personnalités interrogées, elle menait imperceptiblement ses auditeurs vers un état d’empathie bienfaisant. Sa vaste et impressionnante culture, son humanisme irradiant, son écoute non feinte faisaient mouche auprès de ceux qu’elle approchait. Un perfectionnisme intraitable contrebalançait heureusement et efficacement une certaine inquiétude stimulante.

On se souvient parfaitement de sa participation remarquée à l’année Mozart sur France Musique en 1991, chaîne sur laquelle elle produisit et présenta chaque matin de cette année là la longue et passionnante série intitulée : «l’Ultime traversée». On ne fera que se remémorer avec émotion sa participation aux émissions cultes qu’elle produisait sur France Musique : «L’esprit des lieux» et les «Mille et une notes». Combien de spectateurs ont découvert tel ou tel aspect de la musique dite classique avec «La leçon de musique» sur TF1 ou «Opus» sur FR3 ? On se régalait aussi systématiquement de sa participation à de nombreux rendez-vous avec «La tribune des critiques de disques» le dimanche matin sur France Musique.

Sa voix teintée d’un charmant accent anglais, suave et savoureuse, séduisante et distinguée, dans un français parfait et avec une diction impeccable, savait communiquer ses passions pour les grands classiques ainsi que pour de nombreux contemporains. Sa proximité avec le compositeur trop tôt disparu en constitue un exemple frappant. Elle avait également montré un réel intérêt pour certaines musiques extra-européennes de l’Inde et du Japon notamment. Mildred Clary manifestement semblait s’enrichir de tous ces contacts de qualité, de toutes ces stimulantes fréquentations. Son professionnalisme reconnu a conduit ses pairs à la distinguer à plusieurs reprises. Par exemple elle reçoit le Grand Prix de la radio de la Société des gens de lettres en 1988 ainsi que diverses distinctions et récompenses françaises et internationales.

Congédiée par la nouvelle direction de France-Musique de manière fort discourtoise en 1999 après 30 ans de bons et loyaux services, Mildred Clary, installée au centre de Paris, conserve un fidèle noyau de relations et son amour de la musique.

Après une carrière emplie d’activités débordantes, sa liberté retrouvée, elle fait œuvre de musicologue en proposant des ouvrages passionnants, emprunt d’humanité et d’intelligence. On se souviendra de son «Mozart. La Lumière de Dieu» chez Pygmalion paru en 2004, de son «George Gershwin. Une rhapsodie américaine» (Pygmalion, 2005) ainsi que de son livre consacré au britannique qu’elle adorait «Benjamin Britten. Le mythe de l’enfance» chez Buchet-Chastel (2006). En 2000 elle avait publié «Georg Friedrich Haëndel» pour la collection Découverte des musiciens avec des illustrations de Charlotte Voake. Documents jeunesse (livre CD). 2000. Gallimard.

Signalons enfin deux ultimes contributions à la musique du 20e siècle D’abord la réalisation d’un livre de souvenirs de Madeleine Milhaud («Mon XXe siècle») paru chez bleu nuit éditeur en 2002 et «Ricardo Vines» pour Actes Sud/Beaux Arts Musicales (+ CD). 2011.

Ses obsèques se sont déroulées le mercredi 24 novembre au crématorium du cimetière du Père Lachaise (Paris) après que de très nombreuses voix aient communiqué leur tristesse face à cette disparition brutale. Sans tarder Radio France lui a rendu un vibrant hommage grâce à Lionel Esparza dans son «Magazine» sur France Musique ainsi qu’à Stéphane Goldet dans son émission «Lettres intimes» sur la même chaîne. On annonce, et c’est très bien, qu’une semaine lui sera consacrée sur France Musique du 27 au 31 décembre prochain.

Sa voix nous manquera longtemps mais nous ne l’oublierons jamais.
Crédit photographique : Mildred Clary ©DR

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.