À emporter, Audio, Musique de chambre et récital, Opéra

Et soupirer d’aise avec Cecilia Bartoli

Plus de détails

Sospiri. Airs de Georg Frideric Handel (1685-1759), Geminiano Giacomelli (c. 1692-1740), Antonio Vivaldi (1678-1741), Antonio Caldara (1671-1736), Leonardo Vinci (1696-1730), Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Vincenzo Bellini (1801-1830), Felix Mendelssohn (1809-1847), Giuseppe Persiani (1799-1869), Gioachino Rossini (1792-1868), Pietro Mascagni (1863-1945), Johann Sebastian Bach (1685-1750), Charles Gounod (1818-1893), Maurice Duruflé (1902-1986), César Franck (1822-1890), Gabriel Fauré (1845-1924). Avec : Cecilia Bartoli, mezzo-soprano ; Il Giardino Armonico, Les Musiciens du Louvre, Wiener Philarmoniker, Orchestra dell’Academie di Santa Cecilia, Orchestra La Scintilla, Orchestra Sinfonico Giuseppe Verdi. Direction : Claudio Abbado, Marc Minkowski, Myung-Whun Chung, Alessandro De Marchi, Riccardo Chailly. 2 CD’s Decca 478 2249. Code-barre : 0 28947 82249 3. Enregistré entre janvier 1994 et mars 2009. Notice en français, allemand, anglais et espagnol. Durée 107’55’’

 

Voir pour la centième fois «Les Iris» de Van Gogh ou «Les Nymphéas» de Monet, est un plaisir renouvelé comme celui de revisiter les enregistrements de , fussent-ils vieux de quinze ans !

Malgré l’attraction irrésistible qu’opère chaque nouvel album de la diva romaine, on se dit néanmoins que cette compilation va nous projeter dans du réchauffé, du déjà vu, du déjà entendu. Du déjà entendu ? Oui. Mais comment ne pas admettre que l’émotion de réentendre ces airs conserve toute sa candeur, son authenticité ? Comme la diva l’affirme elle-même, ces enregistrements exposent le travail accompli pendant ces dernières années de son existence artistique. Indéniablement, a marqué de son empreinte le chant baroque. Depuis son renversant album «Opera prohibita», on ne chante plus Händel sans cette référence. Et le compositeur Caldara a ainsi pu repasser la porte de la renommée, une antichambre où tant de compositeurs seraient restés emprisonnés sans son admirable travail de redécouverte.

Si bien souvent une compilation n’a qu’un caractère commercial, celle-ci semble s’attacher à une démarche plus respectueuse. Le choix des plages tend à le prouver tout au long de l’écoute de ce bel album. La qualité de l’interprétation supplante de loin la popularité des œuvres. Réentendre «Sposa, non mi conosci» de Geminiano Giacomelli plonge l’auditeur dans dix minutes d’un bonheur parmi les plus extatiques jamais offertes par le répertoire baroque. Le mariage éclatant, lumineux qu’elle combine de sa voix avec l’accompagnement orchestral. Visiblement inspirée par l’éther sublime de cette cantilène, toute entière au service de la mélodie, Cecilia Bartoli fait toucher à l’indicible. Avec cette façon de napper ses aigus de la caresse de sons filés, la mezzo romaine dépasse la musique. Si on savait de la dextérité vocale des castrats, avec les soupirs musicaux de cet album, on imagine mieux combien l’extrême sensibilité vocale de ces «divos» pouvaient soulever l’enthousiasme du public.

Les inconditionnels de la diva se précipiteront sur les deux plages inédites de cet album. D’abord, les cinq minutes de vocalises époustouflantes avec ce Cervo in Bosco attribué à Leonardo Vinci et cet étonnant Una voce poco fa, air de Rosine du Barbier de Séville de Rossini. Non pas que l’air soit inconnu, mais la version gravée ici, comme un retour de Bartoli à ses toutes premières amours, montre ce que la technique vocale acquise dans ses voyages baroques lui permet de chanter cette rengaine mieux qu’elle ne l’a jamais chanté auparavant, même si ces précédentes versions étaient déjà enthousiasmantes.

Et quel bonheur d’entendre le charmant duo de L’Amico Fritz de Mascagni, entre Bartoli, mutine Suzel, charmant le Fritz convaincant et convaincu d’un touchant Luciano Pavarotti.

S’il existe encore des mélomanes qui n’ont pas d’enregistrements de Cecilia Bartoli, assurément cette compilation est celle qui retrace le mieux l’art de la mezzo italienne.

(Visited 203 times, 1 visits today)

Plus de détails

Sospiri. Airs de Georg Frideric Handel (1685-1759), Geminiano Giacomelli (c. 1692-1740), Antonio Vivaldi (1678-1741), Antonio Caldara (1671-1736), Leonardo Vinci (1696-1730), Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Vincenzo Bellini (1801-1830), Felix Mendelssohn (1809-1847), Giuseppe Persiani (1799-1869), Gioachino Rossini (1792-1868), Pietro Mascagni (1863-1945), Johann Sebastian Bach (1685-1750), Charles Gounod (1818-1893), Maurice Duruflé (1902-1986), César Franck (1822-1890), Gabriel Fauré (1845-1924). Avec : Cecilia Bartoli, mezzo-soprano ; Il Giardino Armonico, Les Musiciens du Louvre, Wiener Philarmoniker, Orchestra dell’Academie di Santa Cecilia, Orchestra La Scintilla, Orchestra Sinfonico Giuseppe Verdi. Direction : Claudio Abbado, Marc Minkowski, Myung-Whun Chung, Alessandro De Marchi, Riccardo Chailly. 2 CD’s Decca 478 2249. Code-barre : 0 28947 82249 3. Enregistré entre janvier 1994 et mars 2009. Notice en français, allemand, anglais et espagnol. Durée 107’55’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.