Plus de détails

Max Reger (1873-1916) : Sonates pour violoncelle et piano n° 1 op. 5, n° 2 op. 28, n° 3 op. 78 et n° 4 op. 116 ; 3 Suites pour violoncelle seul op. 131c ; Caprice pour violoncelle et piano ; Romance en sol majeur ; 2 Pièces pour violoncelle et piano op. 79e ; Berceuse de la Suite pour violon et piano op. 79e ; Air de la Suite pour violon et piano op. 103a (transcription de Max Reger) ; Romance en la mineur (transcription de Richard Lange) ; 3 lieder extraits de Schlichte Weisen op. 76 (transcriptions de Folkmar Längin) ; Fantaisie de la Fantaisie symphonique et fugue op. 57 (transcription de Robert Engl). Alexander Kniazev, violoncelle ; Edouard Oganessian, piano. 3 CD Saphir Productions LVC 001103. Code barre : 3760028691037. Enregistré en septembre 1997 à Aulnay-sous-Bois, en août 2008 et mai 2009 en l’Église Saint-Marcel à Paris. Notice trilingue (français, anglais, allemand). Durée : 219’02’’

 

Saphir Productions publie en 3 CD l’œuvre de pour le violoncelle. L’album reprend et complète le premier volume, qui révélait déjà la puissance de ce compositeur mal connu. Dans ses deux dernières sonates, on retrouve ce qui faisait la qualité de l’interprétation des deux musiciens. Le violoncelle chante avec générosité, le piano attaque avec franchise et domine une écriture chargée. Le duo fonctionne et rend bien, par delà le caractère toujours aussi passionné, la modernité de l’écriture, les ruptures brutales et les variations subtiles, en un mot le mûrissement du style depuis les sonates de jeunesse. De cette lecture intelligente, on regrette seulement que la densité soit parfois prétexte à une véhémence qui écrase les nuances et n’aide pas l’auditeur à pénétrer une musique en rien facile d’accès.

Selon les goûts, on pourra être plus sensible aux tendances néoclassiques des Suites pour violoncelle seul. Le modèle de Bach y est traité avec beaucoup d’inventivité, et là encore, une grande complexité. La performance d’Alexandre Kniazev est indéniable dans ces pages très ardues. Néanmoins, il se révèle dans son jeu des défauts qui n’étaient pas aussi perceptibles dans les sonates, comme une intonation parfois incertaine, un vibrato un peu large et un style souvent brusque. La conviction de l’interprète semble par moments l’exonérer d’offrir une sonorité plaisante. Les mouvements vifs sont ainsi tenus au prix d’un toucher agressif et de sonorités rêches dans l’aigu. En revanche, il atteint la plus grande intensité dans les passages lents, grâce à un sens de la ligne qu’on admirait déjà dans ses Suites de Bach.

Cette intégrale de qualité bénéficie d’une très bonne prise de son, qui préserve l’équilibre entre les deux instruments. La présence de pièces secondaires et de transcriptions n’est pas un argument décisif pour ne pas préférer l’enregistrement Hyperion des sonates et des suites (par Alban Gerhardt et Markus Becker). Pour ces dernières œuvres, on peut aussi trouver des versions plus séduisantes par Peter Wispelwey (Channel Classics) ou Guido Schiefen (Œhms Classics).

(Visited 238 times, 1 visits today)

Plus de détails

Max Reger (1873-1916) : Sonates pour violoncelle et piano n° 1 op. 5, n° 2 op. 28, n° 3 op. 78 et n° 4 op. 116 ; 3 Suites pour violoncelle seul op. 131c ; Caprice pour violoncelle et piano ; Romance en sol majeur ; 2 Pièces pour violoncelle et piano op. 79e ; Berceuse de la Suite pour violon et piano op. 79e ; Air de la Suite pour violon et piano op. 103a (transcription de Max Reger) ; Romance en la mineur (transcription de Richard Lange) ; 3 lieder extraits de Schlichte Weisen op. 76 (transcriptions de Folkmar Längin) ; Fantaisie de la Fantaisie symphonique et fugue op. 57 (transcription de Robert Engl). Alexander Kniazev, violoncelle ; Edouard Oganessian, piano. 3 CD Saphir Productions LVC 001103. Code barre : 3760028691037. Enregistré en septembre 1997 à Aulnay-sous-Bois, en août 2008 et mai 2009 en l’Église Saint-Marcel à Paris. Notice trilingue (français, anglais, allemand). Durée : 219’02’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.