Plus de détails

Claude Le Jeune (c. 1530-1600) : Psaume 96 « Chantez à Dieu chanson nouvelle »  ; Psaume 102 « Seigneur, enten ma requeste» ; Psaume 135 « Chantez de Dieu le renom » ; Psaume 88 « O Dieu Eternel, mon Sauveur»  ; Psaume 57 « Ayes pitié de moy »  ; Psaume 98 « Chantez à Dieu nouveau cantique » ; Psaume 149 « Chantez à Dieu chanson nouvelle»  ; Psaume 95 « Sus, esgayons-nous au Seigneur » ; Psaume 97 « L’Eternel est regnant » ; Psaume 81 « Chantez gayement à Dieu ». Ludus Modalis, direction : Bruno Boterf. 1 CD Ramée RAM1005. Code barre : 4250128510059. Enregistré en août et octobre 2010. Livret trilingue (français, anglais, allemand). Durée : 75’28.

 

Figure majeure de la Réforme dans les pays de langue française, Calvin (cité par Isabelle His dans le livret du disque) note : « À tous chrestiens et amateurs de la parole de Dieu que, par quoi quand nous aurons bien circui partout pour chercher ça et là, nous ne trouverons meilleure chanson, ni plus propre pour le faire, que les Psaumes de David, lesquels le Sain-Esprit lui a dictés et faits ». L’année de la mort de ce dernier en 1564, publie justement à Paris Dix pseaumes de David, tirés des cent cinquante psaumes traduits à cette époque en français par Clément Marot et Théodore de Bèze. Dans une démarche que l’on pourrait considérer comme œcuménique, Le Jeune composera également par la suite des pièces en latin pour la liturgie catholique (Missa ad placitum, Magnificat, motets…), mais aussi des œuvres profanes. Après Paschal de l’Estocart (Ramée, 2007), autre compositeur protestant dans cette France des guerres de religion, Ludus Modalis aborde donc ces psaumes de Le Jeune jamais enregistrés à ce jour. L’ensemble vocal du ténor (ici deux sopranos, un alto, deux ténors et deux basses), interprète ces pièces à un ou deux par partie, soutenu très discrètement par l’orgue ou le clavecin de Yannick Varlet (sauf dans le Psaume 88, a cappella). On admire le soin porté au texte, en prononciation restituée, de ces psaumes qui expriment tour à tour la supplication, l’affliction, la pénitence mais aussi la louange, l’espoir, la confiance en Dieu. Le raffinement et la lisibilité de la polyphonie, l’équilibre entre les pupitres, les qualités expressives, appellent également des compliments dans un répertoire pointu qui peut paraître austère et abstrait.

Une réalisation et une parution de premier plan recommandée à tous les amateurs de musique vocale de la Renaissance.

Plus de détails

Claude Le Jeune (c. 1530-1600) : Psaume 96 « Chantez à Dieu chanson nouvelle »  ; Psaume 102 « Seigneur, enten ma requeste» ; Psaume 135 « Chantez de Dieu le renom » ; Psaume 88 « O Dieu Eternel, mon Sauveur»  ; Psaume 57 « Ayes pitié de moy »  ; Psaume 98 « Chantez à Dieu nouveau cantique » ; Psaume 149 « Chantez à Dieu chanson nouvelle»  ; Psaume 95 « Sus, esgayons-nous au Seigneur » ; Psaume 97 « L’Eternel est regnant » ; Psaume 81 « Chantez gayement à Dieu ». Ludus Modalis, direction : Bruno Boterf. 1 CD Ramée RAM1005. Code barre : 4250128510059. Enregistré en août et octobre 2010. Livret trilingue (français, anglais, allemand). Durée : 75’28.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.