À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Cerdaña de Séverac revisitée à l’orgue

Plus de détails

Déodat de Séverac (1872-1921) : Cerdaña. Jean-Philippe Hodant à l’orgue Kleuker-Steinmeyer (1988) de la Tonhalle de Zürich (Suisse). 1 CD Saphir LVC 1116. Code barre 3760028691167. Enregistré à la Tonhalle de Zürich en Juillet 1993. Livret bilingue français/anglais. Durée totale 43’50’’.

 

Déjà proposé aux discophiles en 1995 sous le label 3D Classics, cet enregistrement nous revient dans une nouvelle présentation sous le label Saphir. Heureuse réédition qui nous permet d’apprécier cette adaptation à l’orgue de l’une des œuvres maitresse de pour le piano. Le cycle Cerdaña remontant aux années 1908-1911, évoque cette région franco-espagnole où vécu le compositeur : cinq tableaux dépeignent diverses atmosphères et scènes de la vie de cette époque et de cette partie des Pyrénées. En tartane évoque une petite calèche évocatrice de charmantes rencontres ; Les fêtes où l’on croise Albeniz et quelques carabiniers ; Ménétriers et glaneuses ou la réminiscence d’un pèlerinage à Font Romeu ; les muletiers devant de Christ de Llivia constitue le sommet de l’œuvre : intense émotion un moment assoupie ; Le retour des muletiers enfin, constitue la coda aux accents de quelque danse, et referme ainsi cette belle évocation de la nature et de ses hommes.

était pianiste, mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il fut aussi organiste et auteur d’une œuvre originale fort belle. Nous connaissons une photo où on peut l’admirer jouant aux claviers de l’orgue de Saint-Félix du Lauragais, au début du XX° siècle. C’est dire si cet instrument faisait partie pleinement de son univers, et la présente transcription est judicieuse à tous points de vue.

L’écriture, inspirée de Debussy et d’Albeniz, se prête curieusement aux sonorités de l’orgue, savamment manœuvré ici par . Elève de Jean Guillou, il a appris à utiliser, tout comme son maitre, les couleurs de l’orgue moderne de la Tonhalle de Zürich. Les jeux d’anches occupent en particulier une place de choix, amenant saveurs, pittoresques parfois, et variétés de timbres qui soutiennent harmonieusement le discours. Cette œuvre prend évidemment ainsi une toute autre ampleur, notamment les sons tenus, parfois impressionnants, et possibles avec cet instrument.

La prise de son réalisée avec le principe de la tête artificielle (deux micros dans une tête en plastique), est d’un réalisme total, surtout en écoute au casque.

Une belle manière ici de découvrir ou redécouvrir cette œuvre majeure du répertoire français, aux côtés de versions pianistiques célèbres comme celle de Aldo Ciccolini, ou de Francis Michaud.

Plus de détails

Déodat de Séverac (1872-1921) : Cerdaña. Jean-Philippe Hodant à l’orgue Kleuker-Steinmeyer (1988) de la Tonhalle de Zürich (Suisse). 1 CD Saphir LVC 1116. Code barre 3760028691167. Enregistré à la Tonhalle de Zürich en Juillet 1993. Livret bilingue français/anglais. Durée totale 43’50’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.