À emporter, CD, Musique symphonique

Luigi Cherubini admirablement bien servi par Riccardo Muti

Plus de détails

Luigi Cherubini (1760-1842) : Messe en fa majeur « Di Chimay » ; Missa solemnis en ré mineur « pour le Prince Esterházy » ; Missa solemnis en mi mineur ; Requiem en ut mineur « à la mémoire de Louis XVI » ; Missa solemnis en sol majeur pour le Couronnement de Louis XVIII ; Messe pour le Couronnement de Charles X ; Requiem en ré mineur pour chœur d’hommes et orchestre ; Motets : Antifona sul canto fermo 8. tonaNemo gaudeat ; Marche religieuse ; Ouvertures : ElizaL’Hôtellerie portugaiseLes deux JournéesAnacréonFaniskaLes AbencéragesOuverture de Concert ; Médée : OuvertureDei tuoi figli la madre tu vedi (acte I) ; Sonate n°2 en fa majeur pour cor et cordes. Barry Tuckwell, cor. Maria Callas, soprano. Solistes du chant : Ruth Ziesak, Marianna Pizzolato, Herbert Lippert, Ildar Abdrazakov ; Camilla Tilling, Sara Fulgoni, Kurt Streit, Tómas Tómasson, Atsuko Suzuki, Andreas Schulist ; Barbara Fleckenstein, Barbara Müller, Bernhard Schneider, Andrew Meyer, Christoph Hartkopf. Harald Feller, Max Hanft, orgue. The Ambrosian Singers (chef des chœurs : John McCarthy). Chor und Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, London Philharmonic Choir & Orchestra, Philharmonia Chorus & Orchestra, New Philharmonia Orchestra, direction : Riccardo Muti. Orchestra del Teatro alla Scala, Milano, direction : Tullio Serafin. Academy of St. Martin in the Fields, direction : Sir Neville Marriner. 1 coffret de 7 CD EMI Classics 6294622. Code barre : 5099962946223. Enregistré entre juin 1955 et avril 2007 à Milan, Londres et Munich. ADD/DDD. Notices trilingues (anglais, allemand, français) bonnes. Durée : 72’41, 77’07, 50’53, 69’11, 72’22, 69’44, 69’25.

 

Dans «son» Histoire de la Musique (éditions Robert Laffont, 1973), Lucien Rebatet n’est guère tendre envers Luigi Cherubini (1760-1842), allant jusqu’à dire à propos de Médée que «Dès les ponts-neufs et flonflons de l’ouverture, c’est le plus morne exemple d’un pseudo-classicisme que n’a jamais effleuré une ombre de vie […] C’est une musiquette tracée par une main timorée sur une fable sauvage dont de vagues épigones de Ducis ont épongé tout le sang, et qu’ils ont réduite à une insipidité.» De même, le sieur Rebatet reconnaît n’être guère encouragé «à pratiquer des fouilles dans les mètres cubes des partitions religieuses de Cherubini – dix-huit messes, des motets, des oratorios – à première vue musiques de fonctionnaire, complètement momifiées.»

D’autre part, Henry-Jacques est sans aucun doute d’une objectivité moins féroce, en précisant que «Le drame de Cherubini, c’est d’être né à peu près à la même époque que Mozart et mort quinze ans après Beethoven : sa longue vie est donc à cheval sur deux siècles dominés par les plus hautes figures de la musique.» À mettre en parallèle avec Antonio Salieri, de dix ans son aîné… Beethoven lui-même précisément, dans une lettre au violoniste et compositeur Louis Schlösser, le tenait comme «le meilleur compositeur de son temps», et Haydn, Schumann ou Brahms n’étaient guère moins élogieux. Quant à Berlioz dont on sait les tensions qui l’opposèrent à Cherubini, il le considérait en tant que compositeur comme «un modèle sous tous les rapports» pour les jeunes musiciens…

Le recul du temps entraîne une réappréciation de l’art de bien évidemment plus nuancée, et la publication de ce très beau coffret à l’occasion du 250e anniversaire de sa naissance, contenant tout ce que a enregistré de ses nombreuses œuvres religieuses, y contribuera très certainement.

Bien sûr à l’audition des quelques ouvertures purement orchestrales complétant cet album, on ne peut qu’être convaincu qu’il s’agit d’une musique si paisiblement inoffensive qu’elle semble être l’œuvre d’un digne académicien, même si d’ailleurs l’Academy of St. Martin in the Fields, sous la direction de son talentueux chef Sir en extrait toute la substance musicale qu’il est humainement possible de soutirer. Toutefois, si une personnalité musicale aussi éminente que Toscanini a gravé dans les années 50 pour RCA-Victor la Symphonie en ré majeur, les ouvertures Ali-Baba, Anacréon, Médée, et surtout l’admirable Requiem en ut mineur, commémorant le 21 janvier 1817, en la basilique de l’abbaye Saint-Denis, le 24e anniversaire de la mort de Louis XVI, on suppose que ce n’est pas uniquement par patriotisme envers le compositeur !

Car c’est bien dans ses pages religieuses, plus que dans ses opéras, que gît l’essence même de l’art de Cherubini, et cela, l’a très bien compris : dans ces œuvres souvent monumentales, il voit «un compositeur extrêmement cultivé et néo-classique – un architecte de la composition… D’abord la beauté de sa musique peut sembler froide, mais il y a un feu intérieur qui est constamment sous contrôle.» Quoi qu’il en soit, dès septembre 1973, Muti a consacré tout son temps, son énergie et son talent à montrer que c’est bien loin d’être de la musiquette momifiée, n’en déplaise à Lucien Rebatet !

Plus de détails

Luigi Cherubini (1760-1842) : Messe en fa majeur « Di Chimay » ; Missa solemnis en ré mineur « pour le Prince Esterházy » ; Missa solemnis en mi mineur ; Requiem en ut mineur « à la mémoire de Louis XVI » ; Missa solemnis en sol majeur pour le Couronnement de Louis XVIII ; Messe pour le Couronnement de Charles X ; Requiem en ré mineur pour chœur d’hommes et orchestre ; Motets : Antifona sul canto fermo 8. tonaNemo gaudeat ; Marche religieuse ; Ouvertures : ElizaL’Hôtellerie portugaiseLes deux JournéesAnacréonFaniskaLes AbencéragesOuverture de Concert ; Médée : OuvertureDei tuoi figli la madre tu vedi (acte I) ; Sonate n°2 en fa majeur pour cor et cordes. Barry Tuckwell, cor. Maria Callas, soprano. Solistes du chant : Ruth Ziesak, Marianna Pizzolato, Herbert Lippert, Ildar Abdrazakov ; Camilla Tilling, Sara Fulgoni, Kurt Streit, Tómas Tómasson, Atsuko Suzuki, Andreas Schulist ; Barbara Fleckenstein, Barbara Müller, Bernhard Schneider, Andrew Meyer, Christoph Hartkopf. Harald Feller, Max Hanft, orgue. The Ambrosian Singers (chef des chœurs : John McCarthy). Chor und Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, London Philharmonic Choir & Orchestra, Philharmonia Chorus & Orchestra, New Philharmonia Orchestra, direction : Riccardo Muti. Orchestra del Teatro alla Scala, Milano, direction : Tullio Serafin. Academy of St. Martin in the Fields, direction : Sir Neville Marriner. 1 coffret de 7 CD EMI Classics 6294622. Code barre : 5099962946223. Enregistré entre juin 1955 et avril 2007 à Milan, Londres et Munich. ADD/DDD. Notices trilingues (anglais, allemand, français) bonnes. Durée : 72’41, 77’07, 50’53, 69’11, 72’22, 69’44, 69’25.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.