À emporter, CD, Musique d'ensemble

Oratorios de Pâques et de l’Ascension de Bach par le Retrospect Ensemble

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Oratorio de Pâques BWV 249 ; Oratorio de l’Ascension BWV 11. Carolyn Sampson, soprano ; Lestyn Davies, contre-ténor ; James Gilchrist, ténor ; Peter Harvey, basse ; Retrospect Ensemble, direction : Matthew Halls. 1 CD Linn CKD 373. Code barre : 691062037327. Enregistré du 22 au 25 février 2010. Livret unilingue (anglais). Durée : 70’26.

 

Les Clefs ResMusica

Comme chaque année à l’approche des fêtes pascales, les parutions discographiques (et les concerts) consacrés aux oratorios et passions de JS. Bach se multiplient. C’est le cas ici avec cet enregistrement des Oratorios de Pâques et de l’Ascension par un nouvel ensemble vocal et instrumental londonien, le , une formation créée en 2009 à partir de membres du King’s Consort dont fut directeur artistique entre 2007 et 2009. Bach, dans ces deux brefs oratorios, «parodie» des œuvres profanes écrites auparavant, l’Oratorio de Pâques (1725), sans narrateur, pouvant par ailleurs s’apparenter à une grande cantate sacrée. Le caractère vif et festif de l’œuvre rappelant la résurrection du Christ est bien rendu par un orchestre (la sinfonia et l’adagio introductif en particulier) et un chœur des plus concernés. Les interventions des solistes dans les récitatifs et arias se situent un cran en dessous, même si aucun des quatre ne démérite du point de vue du style ou de la musicalité. Un bémol néanmoins, la partie d’alto (le personnage de Marie-Madeleine) confiée à un contre-ténor – c’est malheureusement souvent le cas – qui déçoit dans son air «Saget, saget mir geschwinde» par un timbre ingrat, une expression assez précieuse.

L’Oratorio de l’Ascension (1735), catalogué par erreur parmi les cantates sacrées (BWV 11), évoque par l’intermédiaire d’un Évangéliste (récitatifs secs) la montée du Christ au ciel, quarante jours après sa résurrection, et la promesse de son retour parmi les hommes. La musique de Bach, qui navigue entre tristesse et espoir, est également bien défendue par les musiciens du , les réserves se portant à nouveau sur le contre-ténor qui peine à émouvoir dans la célèbre aria «Ach, bleibe doch, mein liebstes Leben» que le compositeur réutilisera plus tard dans la Messe en si (Agnus Dei).

Un premier disque d’un ensemble prometteur, enregistré qui plus est de fort belle manière par Linn Records : recommandé.

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Oratorio de Pâques BWV 249 ; Oratorio de l’Ascension BWV 11. Carolyn Sampson, soprano ; Lestyn Davies, contre-ténor ; James Gilchrist, ténor ; Peter Harvey, basse ; Retrospect Ensemble, direction : Matthew Halls. 1 CD Linn CKD 373. Code barre : 691062037327. Enregistré du 22 au 25 février 2010. Livret unilingue (anglais). Durée : 70’26.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.