À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Belle dualité schumannienne pour Mitsuko Uchida

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Davidsbündlertänze, op. 6 ; Fantaisie en ut majeur op. 17. Mitsuko Uchida, piano. 2 CD Decca. 478 2280. Code barre : 0 28947 82280 6. Enregistré à Snape Maltings (Royaume-Uni), du 24 au 28 mai 2010. Livret trilingue (anglais, français, allemand). Durée totale : 73’07 + 29’22 (interview de James Jolly)

 

Grande spécialiste du répertoire allemand (ses interprétations de Mozart comptent parmi les plus remarquables), consacre pour la deuxième fois un disque à (Kreisleriana et Carnaval dans le premier disque). Elle allie ici dynamisme et délicatesse, afin de mieux servir l’expression musicale très personnelle de Schumann, notamment dans son amour pour Clara.

Dans Davidsbündlertänze, la pianiste met en valeur les deux caractères contrastés, l’impétueux Florestan et le romantique Eusebius. Pour le premier, le son est enflammé, furieux et violent ; pour le second, la touche est fine, suave et élégante. Nous apprécions particulièrement ces caractérisations dualistes, nettes, claires et flagrantes. Plus précisément, dans les moments calmes, la pureté de la sonorité nous invite réellement dans un univers de rêve (la 5e pièce Einfach, la 14e Zart und singend) ; Ungeduldig (4e) et Balladenmäßig (10e) sont exécutées avec une passion pulsatoire remarquable. Mais sur des passages virils avec des accords plaqués comme Wild und lustig (13e morceau) ou au début de Frish (15e) et dans des morceaux rythmiques avec des syncopes, tels que Sehr rasch und in sich hinein (6e) et surtout Mit gutem Humor (16e), la fluidité musicale semble se perdre quelque peu.

Ces remarques à propos de l’interprétation valent aussi pour la Fantaisie. Le premier mouvement est attirant, avec un beau mélange de jeux, somptueux, énergique ou intime. Avant d’arriver au magnifique troisième mouvement, exécuté de façon très expressive et contemplative, aborde le mouvement médian, scandé par des rythmes divers, avec une attention détaillée et beaucoup de force, mais il y a parfois des moments où la marche musicale stagne légèrement, surtout dans la coda.

L’édition prestige de ce disque comprend un deuxième CD avec une interview sur Schumann par James Jolly, où l’artiste confie sa passion pour ce compositeur. Intéressant pour mieux appréhender la conception de l’interprète, mais on aurait pu la publier par écrit, sinon, carrément en DVD.

(Visited 100 times, 1 visits today)

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Davidsbündlertänze, op. 6 ; Fantaisie en ut majeur op. 17. Mitsuko Uchida, piano. 2 CD Decca. 478 2280. Code barre : 0 28947 82280 6. Enregistré à Snape Maltings (Royaume-Uni), du 24 au 28 mai 2010. Livret trilingue (anglais, français, allemand). Durée totale : 73’07 + 29’22 (interview de James Jolly)

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.