À emporter, Audio, Musique symphonique

Sebastian Fagerlund, nouveau phare de la musique finlandaise

Plus de détails

Sebastian Fagerlund (né en 1972) : Concerto pour clarinette ; Partita, pour orchestre à cordes et percussion ; Isola, pour orchestre symphonique. Christoffer Sundqvist, clarinette ; Orchestre symphonique de Göteborg, dir. Dima Slobodeniouk. 1 SACD hybride BIS Records. Enregistré dans la salle de concert de Göteborg (Suède) en juin 2008 et juin 2010. Notice quadrilingue : français, anglais, allemand, finnois. Durée : 58:36

 

Après les « exercices » exaltants et excitants de Magnus Lindberg, Jukka Tiensuu et Uljas Pulkkis, voici que intervient à son tour dans la danse du renouveau du concerto pour clarinette. Fagerlund, comme ses compatriotes cités, tous finlandais vivants et personnalités musicales majeures, apparaît comme un post-moderne aux élans impressionnistes qui, à leur image, prend dès à présent une option sérieuse susceptible de le propulser au premier plan. Les trois œuvres orchestrales enregistrées par BIS, toutes composées entre 2005 et 2009, développent une atmosphère musicale assez éloignée de celle rencontrée (et chroniquée dans ces colonnes) dans l’opéra Döbeln chez le même éditeur. Dès l’audition du Concerto pour clarinette il apparaît comme une évidence que Fagerlund possède toutes les aptitudes à jouer dans la cour des grands. Des très grands.

Sa musique étale un savoir-faire impressionnant et plus encore une identité confondante. La virtuosité et le sérieux de son concerto conviennent idéalement au soliste qui, tour à tour, en souligne les passages étourdissants et recueillis, les beautés mélodiques et les atmosphères tendres sans jamais sombrer dans le pathétique ce que lui interdit de toute façon une partition finement dosée et immédiatement attachante. On se souvient du rôle joué par l’ au début de l’aventure BIS dans la diffusion de nombreuses musiques nordiques alors trop peu connues. On songe à Sibelius, Stenhammar, Nielsen et Svendsen pour ne citer que les plus saillants. Il nous revient ici sous la baguette d’un chef d’origine russe, , peu connu des médias, donc du grand public, mais aux états de service copieux et respectables. La Partita pour orchestre à cordes et percussion leur offre une excellente occasion de faire montre de leur maîtrise et de leur expertise au service d’un compositeur talentueux. Les mêmes remarques valent pour Isola, une pièce d’une quinzaine de minutes pour orchestre symphonique où il parait évident que la musique finlandaise contemporaine peut s’enorgueillir de compter dans ses rangs un tel créateur. A ne pas manquer.

(Visited 131 times, 1 visits today)

Plus de détails

Sebastian Fagerlund (né en 1972) : Concerto pour clarinette ; Partita, pour orchestre à cordes et percussion ; Isola, pour orchestre symphonique. Christoffer Sundqvist, clarinette ; Orchestre symphonique de Göteborg, dir. Dima Slobodeniouk. 1 SACD hybride BIS Records. Enregistré dans la salle de concert de Göteborg (Suède) en juin 2008 et juin 2010. Notice quadrilingue : français, anglais, allemand, finnois. Durée : 58:36

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.