Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Emmanuel Pahud, Mozart à Salzbourg

Plus de détails

Salzbourg. Mozarteum. 14-VIII-2011. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Symphonie KV 184 (161a) ; Danses allemandes KV 571 ; Concerto pour flûte et harpe KV 299 (297c) ; Symphonie KV 543. Emmanuel Pahud, flûte ; Marie-Pierre Langlamet, harpe ; Mozarteumorchester Salzburg ; direction : Trevor Pinnock.

Les Matinées Mozart du Festival de Salzbourg sont l’occasion idéale d’entendre les chefs les plus divers, jeunes prodiges, baroqueux confirmés, instrumentistes passant à la direction d’orchestre, se confronter au répertoire mozartien vu dans sa plus large extension, en alternance avec le directeur musical de l’excellent orchestre du Mozarteum. , invité pour la quatrième fois depuis 1992, fait figure d’habitué, tant la série fait de cette alternance toujours renouvelée l’une des clefs de son durable succès. Son programme fait, comme souvent aujourd’hui, le pont entre les œuvres de la maturité de Mozart et celles de sa jeunesse entre Salzbourg et voyages au long cours.

Ce que donne à entendre est cependant très similaire tout au long du concert : un Mozart très décidé, dans lequel les percussions jouent un rôle essentiel, au détriment en particulier des cordes à qui on a connu des sonorités plus chaudes, qui prend grand soin de mettre en évidence les structures des œuvres et d’en respecter les équilibres. Cette netteté qui ne s’embarrasse pas de grands sentiments est en plein accord avec le style propre des Matinées, où les tentations post-romantiques ont toujours été bannies, comme en témoignent les nombreux enregistrements de leur fondateur Bernhard Paumgartner ; mais d’autres ont su le faire avec moins de raideur et plus de couleurs.

Il est visible qu’ entend avant tout ne pas laisser glisser le concerto dans la mièvrerie qui le menace : l’intention est louable et parfaitement conforme à la perspective du chef, mais son jeu très carré, qui risque souvent d’écraser la harpe délicate de sa collègue au Philharmonique de Berlin, ne propose pas véritablement d’interprétation cohérente qui suffirait à faire oublier cette image doucereuse, laissant ainsi en quelque sorte l’auditeur au milieu du gué.

Crédit photographique : © Sheila Rock

Plus de détails

Salzbourg. Mozarteum. 14-VIII-2011. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Symphonie KV 184 (161a) ; Danses allemandes KV 571 ; Concerto pour flûte et harpe KV 299 (297c) ; Symphonie KV 543. Emmanuel Pahud, flûte ; Marie-Pierre Langlamet, harpe ; Mozarteumorchester Salzburg ; direction : Trevor Pinnock.

Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.