À emporter, Audio, Musique symphonique

Le Brahms lumineux de Robin Ticciati

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Variations sur un thème de Haydn op.56a ; Sérénade pour orchestre op.11, Danses hongroises n° 1, 3, 10. Bamberger Symphoniker-Bayerische Staatsphilharmonie, Robin Ticciati (direction). 1 CD Tudor. Référence 7183. Code barre : 812973011835. Enregistré à Bamber, Joseph-Keilberth-Saal du 07-11 septembre 2010. Notice trilingue (allemand, français, anglais. Durée : 68’27’’

 

Les Clefs ResMusica

Le contraste entre l’image d’un que l’on se représente en « vieux barbon » (comme sur la célèbre photo reproduite dans le livret de ce disque) et le visage juvénile de est saisissant. A l’instar de son compatriote Leo Hussain, le jeune Britannique -dont les bouclettes font immédiatement penser à celles de Simon Rattle- s’impose aujourd’hui comme l’un des plus grands espoirs de la baguette de demain. S’il n’a pas froid aux yeux, il se garde toutefois de verser dans l’insolence. Après avoir enregistré un disque d’œuvres chorales de Brahms mais soigneusement évité le Deutsches Requiem, il s’attaque cette fois à quelques pages orchestrales sans céder à la tentation des symphonies.

A la tête d’un orchestre de Bamberg très ductile, sa vision de la musique du maître hambourgeois se veut solaire et dégraissée : légères, aérées et délicatement articulées les Variations sur un thème de Haydn ! Entendez le phrasé souple et la noblesse du chant (variation VII !). On peut certes rêver à des passages aux teintes plus sombres mais on ne boude pas le plaisir qu’apporte la chaleur des rayons du soleil Ticciati…

Si, dans les trois premiers mouvements de la Sérénade op.11 (de dimensions symphoniques), le chef ne cherche pas spécialement à expliciter l’architecture brahmsienne (sans pour autant être superficiel), on apprécie là aussi toute la lumineuse fluidité dont il fait preuve : la beauté bucolique du Scherzo et la rusticité sans lourdeur de l’Adagio non troppo séduisent immédiatement. Il trouve assez aisément le caractère juste des trois mouvements suivants, moins vastes, tout comme celui des Danses Hongroises n°1, 3 et 10 qui complètent le programme. Pas de doute, ce jeune homme est taillé pour le podium. La maturité qu’il gagnera avec les années lui permettra sans aucun doute de se mesurer à des pages plus ambitieuses (dans la forme et/ou dans le fond) ainsi qu’à ses plus illustres prédécesseurs. A suivre avec intérêt…

(Visited 103 times, 1 visits today)

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Variations sur un thème de Haydn op.56a ; Sérénade pour orchestre op.11, Danses hongroises n° 1, 3, 10. Bamberger Symphoniker-Bayerische Staatsphilharmonie, Robin Ticciati (direction). 1 CD Tudor. Référence 7183. Code barre : 812973011835. Enregistré à Bamber, Joseph-Keilberth-Saal du 07-11 septembre 2010. Notice trilingue (allemand, français, anglais. Durée : 68’27’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.