À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Une lecture tempérée mais harmonieuse de Schubert

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828) : Fantaisie en do majeur « Wanderer Fantaisie », D 760 ; Sonate pour piano en si bémol majeur n° 21, D 960. Hideyo Harada, piano. 1 CD Audite. Référence : 92.575, code barre : 4 022143 925756. Enregistré du 23 au 25 novembre 2010 à l’église Jésus Christ, Berlin-Dahlem. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Durée : 69’40

 

Tant de fois jouées en concert et tant de fois enregistrées, ces deux chefs-d’œuvre de méritent d’être visités et revisités tant ils regorgent de richesses intrinsèques et interprétatives. Les nouveaux venus auront à se confronter aux réussites du passé. On pense en particulier à la lecture d’un Alfred Brendel dans la Sonate en si bémol majeur D 960 (Philips, novembre 1971) parvenant à des sommets inoubliables. Même situation pour les labels s’emparant de ce répertoire. Il y a peu encore, Audite nous avait proposé la Sonate en ré majeur, D 850, sous les doigts de Sergey Kovdriankov. Audite toujours nous propose deux partitions de premier plan confiées à la pianiste japonaise à la tête d’un palmarès déjà très fourni et honorable.

On se souvient de ses enregistrements très convenables consacrés à Schumann, Grieg, Tchaïkovski et Rachmaninov. Elle aborde la Fantaisie Wanderer (Le voyageur) en do majeur composée en 1822, en reconstituant plus que correctement ce drame, illustrant  comme il convient l’impression de douleur et de dignité mêlées impulsées par les vers mis en musique trois ans plus tôt : « Le soleil me semble ici si froid, / La fleur flétrie, la vie vieille, /Et ce qu’ils racontent bruit vide et creux, /Je suis un étranger partout. » Elle parvient à transcender un large éventail de sensations et d’atmosphères alternant entre l’épanchement et la précipitation nerveuse. On ne peut être qu’impressionné par cette «  symphonie déguisée » pour reprendre les termes de Robert Schumann. La Sonate en si bémol majeur façonnée l’année de la disparition du grand viennois, reçoit ici une interprétation nuancée, agile et colorée, souple et modulée, sans doute moins intensément pénétrante que chez Brendel, mais de haut standing. En dépit d’une rude concurrence, on saisira l’occurrence offerte pour se délecter de ces apogées pianistiques.

(Visited 117 times, 1 visits today)

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828) : Fantaisie en do majeur « Wanderer Fantaisie », D 760 ; Sonate pour piano en si bémol majeur n° 21, D 960. Hideyo Harada, piano. 1 CD Audite. Référence : 92.575, code barre : 4 022143 925756. Enregistré du 23 au 25 novembre 2010 à l’église Jésus Christ, Berlin-Dahlem. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Durée : 69’40

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.