Pierre Jodlowski, à écouter avec le corps

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Pierre Jodlowski (né en 1974) : Drones, pour ensemble de 15 instruments ; Barbarismes, pour ensemble et électronique ; Dialog/NoDialog pour flûte et électronique. Sophie Cherrier, flûte ; Ensemble Intercontemporain, direction : Susanna Mälkki. 1 CD Kairos DDD 0013032KAI. Enregistré à la Cité de la Musique le 1-10-2007 (1) et à l’IRCAM, Espace de projection, le 9-10.11-2009 et le 21-09-2009 (2,3). Code barre 9 120010281600. Texte français, allemand, anglais. 55’49

 

Produit par l’excellent label Kairos, ce nouvel album monographique de vient enrichir la discographie déjà fort étoffée d’un compositeur étonnamment prolifique. C’est vers la mixité des sources, acoustique et électronique, que tend la majorité des pièces de Jodlowski où convergent des influences venues du jazz, de la musique improvisée et des nouvelles technologies de transformation du son en temps réel. En témoigne cette pièce déjà ancienne (1997), Dialog/No Dialog pour flûte et électronique dans laquelle l’instrument – phénoménale – et le flux électronique se combinent en entrelacs subtils et virtuoses. « Ecoute » dit une voix féminine, enregistrée et traitée, nous invitant, au tout début de la pièce, à entrer dans ce théâtre de sons, alerte et foisonnant, dont Jodlowski règle très précisément la dramaturgie. Barbarismes (2001) instaure un tout autre rapport entre l’ensemble instrumental et l’électronique qui intervient ici par intrusion, comme une fenêtre ouverte sur la rumeur inquiétante du monde: l’orage, les pas des soldats, la cloche viennent rythmer cette « trilogie de l’an Mil » où s’exercent le sens affiné de la couleur, la recherche « d’effets spéciaux » spectaculaires et l’énergie du geste « jodlowskien » autour du thème de la violence et de la guerre. Drones (bourdonnement, bruit parasite) est la pièce la plus récente (2007) de cet album ; commande de l’ qui lui donne ici son lustre sonore et son incomparable énergie rythmique, elle est la seule à ne pas faire appel à l’électronique. Musique « active » qui explore sans jamais développer, l’œuvre fonctionne sur des pattern mélodico-rythmiques s’inscrivant dans le temps discontinu de l’improvisation; gestes cinglants pour dompter le flux énergétique, ruptures abruptes et collisions sonores: toutes les composantes du jazz sont ici revisitées pour tordre le cou aux stéréotypes et gorger d’énergie une musique « à écouter avec le corps ».

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.