Banniere-ClefsResmu-ok

Ondřej Adámek : Portrait

À emporter, Biographies, Livre

Ondřej Adámek, rituels… robots. Collection À la ligne éditée par l’Ensemble 2e2m. Code barre 9 782913734081; janvier 2012; texte français/anglais. 114p.

 

Neuvième de la collection À la ligne publié par l’, qui poursuit depuis 2002 un travail éditorial en relation avec ses résidences de compositeur, ce portrait d’ sous-titré rituels… robots est une approche idéale pour cerner le profil de ce jeune compositeur tchèque (né en 1979) choisi cette année par Pierre Roullier et dont une dizaine d’oeuvres est à l’affiche de la saison 2012. Dans un format relativement modeste mais intégrant une version en anglais, le propos recueilli l’est principalement sous forme d’entretiens: celui, très généraliste, de Jean-Pierre Derrien qui revient sur le parcours de l’étudiant tchèque témoignant de ce flux d’oxygène que furent ses études musicales au CNSM de Paris, où il acquiert une culture du son,  et les opportunités de bourse (Villa Kujoyama à Kyoto, Casa Vélasquez en Espagne, DAAD à Berlin) qui font voyager cet esprit curieux, attiré par les cultures non-européennes et les rituels qui s’y attachent. Pour tenter de définir « une manière Adámek », Eric Denut se focalise sur sa partition d’orchestre Endless Steps (2006-2008), commande du Festival de Lucerne et dirigée par Pierre Boulez qui lui met le vent en poupe. Corinne Schneider l’interroge à son tour sur sa relation très singulière à la voix, centre névralgique de son travail: « j’attends des instruments qu’ils puissent imiter la voix parlée [… ] c’est mon rêve utopique » avoue-t-il dans un français impeccable; en témoignent des pièces instrumentales comme Sinuous voices ou Nôise,(une commande de l’EIC en 2009) inspirée par le et le Bunraku japonais ainsi que le rituel bouddhique; invoquant la technique du détournement dans son quatuor à cordes n°2, Lo que no’ contamo’, Adámek cherche sur les instruments désaccordés la raucité et l’énergie des voix du Flamenco. Les textes de ses pièces vocales proprement dites (dont il est parfois l’auteur) sont avant tout, pour lui, un matériau sonore et rythmique qu’il aime croiser avec les parties instrumentales ou l’échantillonneur comme dans Imademo. Répondant enfin aux questions du musicologue allemand Bernd Künzig, Adámek confie: «je suis fasciné par les choses mécaniques […] d’abord c’est authentique, naturel, rituel, puis ça devient un univers de machines, automates, robots »: une façon d’expliciter, avec ses propres termes, cette « manière narrative ancrée dans le temps psychologique et allant jusqu’à risquer la perte de contrôle » que pointe Eric Denut à l’écoute d’Endless steps.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.