À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Roberta Invernizzi, Vivaldi sans la démesure

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : airs extraits de Tito Manlio, Ottone in villa, Ercole sul Termodonte, Dorilla in Tempe, Orlando finto pazzo, Griselda, La fida ninfa, Il Giustino, Catone in Utica. Avec : Roberta Invernizzi, soprano. La Risonanza, direction : Fabio Bonizzoni. 1 CD. Glossa CGD 922901. Code-barre : 8424562 229013. Enregistré en octobre 2011 à l’oratoire de l’église Santa Croce de Mondovi, Italie. Notice de présentation pentalingue (anglais, français, allemand, italien, espagnol). Durée : 77’31’’

 

Nul ne saurait contester l’expérience de dans le domaine de la musique vocale italienne du XVIIIe siècle. Son tempérament piquant et vif, son joli timbre fruité et surtout sa capacité à colorer la langue de Dante en ont fait pour certains pans de ce répertoire une des interprètes les plus appréciées de notre époque, et nombreuses, parmi les incarnations de la jeune cantatrice dans le domaine de l’opéra comique de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, sont restées en tout point mémorables. On a également apprécié, dans un passé plus récent, la contribution d’Invernizzi à la redécouverte de nombreuses cantates de chambre italiennes, lesquelles ont confirmé elles aussi la capacité de la chanteuse à « dire » et à « faire vivre » un texte au contenu poétique et dramatique parfois passablement convenu.

Aborder pour le disque un programme composé exclusivement des plus beaux airs de théâtre de Vivaldi est cependant autre chose, surtout à une époque où la plupart des pages proposées sur ce CD, désormais connues du grand public, ont été récemment enregistrées par des chanteuses de la trempe de Cecilia Bartoli, Simone Kermes, Vivica Genaux ou Maddalena Kozena, c’est-à-dire par des artistes au tempérament dramatique et surtout aux moyens vocaux autrement plus conséquents que ceux de notre jeune Italienne. La petitesse et la joliesse de la voix d’Invernizzi finissent ainsi par rendre ternes et monocordes certaines des plus grandes pages du compositeur. Que l’on compare ainsi la lecture par Invernizzi du divin « Se mai senti » du Catone in Utica avec l’interprétation éthérée offerte autrefois par Cecilia Gasdia, qui parvenait par ses longues phrases filées à nous faire quitter terre. Si les airs « planants » nous laissent ainsi sur notre faim, il en est de même des pages plus virtuoses qui ne font que confirmer la pauvreté des moyens d’Invernizzi. Même Simone Kermes, souvent décriée pour la supposée pauvreté de son timbre, parvient à rendre mille fois plus palpitant le « Dopo un’orrida procella » chanté par Ottone au troisième acte de Griselda.

On pourra dire cependant que la lecture résolument « chambriste » d’Invernizzi est en parfaite harmonie avec la direction de , à la tête de l’ensemble . Du travail propret et gentillet, à l’image sans doute du délicieux montage iconographique de la couverture, mais totalement dénué de théâtre et de démesure.

(Visited 174 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : airs extraits de Tito Manlio, Ottone in villa, Ercole sul Termodonte, Dorilla in Tempe, Orlando finto pazzo, Griselda, La fida ninfa, Il Giustino, Catone in Utica. Avec : Roberta Invernizzi, soprano. La Risonanza, direction : Fabio Bonizzoni. 1 CD. Glossa CGD 922901. Code-barre : 8424562 229013. Enregistré en octobre 2011 à l’oratoire de l’église Santa Croce de Mondovi, Italie. Notice de présentation pentalingue (anglais, français, allemand, italien, espagnol). Durée : 77’31’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.