À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Mélodies russes de Pauline Viardot

Plus de détails

Pauline Viardot (1821-1910) : Mélodies russes. Avec : Jacqueline Laurin, soprano ; Bénédicte Piat, violoncelle ; Laurent Martin, piano. 1 CD. Ligia Lidi 0201242-12. Code-barre : 3487549 902427. Enregistré en septembre 2011 au couvent des Minimes de Mirabeau (63). Notice de présentation bilingue (français et anglais). Durée : 69’35’’.

 

C’est à la carrière de compositrice de que rend hommage cet attachant CD, consacré à vingt-trois des quarante-cinq romances russes écrites par une des plus grandes cantatrices du XIXe siècle. Si la plupart des mélodies enregistrées ici constituent une première mondiale au disque, certaines ont été déjà gravées par la firme Opera Rara à l’occasion d’un concert donné au Wigmore Hall de Londres en février 2006 par Anna Caterina Antonacci, Vladimir Chernov et (voir CD and Friends). L’intérêt de ce programme réside donc dans la découverte de pièces intéressantes à plus d’un titre, autant par la qualité poétique de leur texte (poèmes de Pouchkine, Lermontov, Tourgueniev…) que par l’inspiration de leur musique. C’est évidemment la mélodie qui prédomine dans ces pièces avant tout salonnardes, mais tellement typiques de cette esthétique bourgeoise du deuxième tiers du XIXe siècle français. Si aucune de ces mélodies ne respire véritablement la passion romantique (tout le monde n’est pas Brahms, Schumann ou Schubert…), chacune fait passer, par son caractère à la fois tourmenté et contemplatif, un délicieux frisson de trouble, d’émoi érotique et de mélancolie. On s’en serait douté, c’est surtout l’écriture vocale qui est mise à l’honneur, mais sans pour autant négliger la partie pianistique, manifestement le fruit d’une grande virtuose de l’instrument.

De telles mélodies auraient demandé une voix plus exceptionnelle que le soprano assez court et terne de , à la diction souvent brumeuse et au grave peu assuré. La chanteuse canadienne réussit cependant de très jolies phrases dans le haut médium de sa voix, et la vibration très contrôlée de ses pianissimi filés commande le respect. Mais nul doute que la musique de Pauline Viardot, éminemment vocale, aurait mérité un instrument un peu plus homogène. On sera moins tatillon avec l’excellent piano de , qui sait autant soutenir la voix de sa chanteuse que libérer son instrument dès lors que le morceau musical lui en laisse l’occasion.

Saluons le courage et l’originalité de cette belle initiative, dont on espère qu’elle saura susciter de nombreuses émules.

Plus de détails

Pauline Viardot (1821-1910) : Mélodies russes. Avec : Jacqueline Laurin, soprano ; Bénédicte Piat, violoncelle ; Laurent Martin, piano. 1 CD. Ligia Lidi 0201242-12. Code-barre : 3487549 902427. Enregistré en septembre 2011 au couvent des Minimes de Mirabeau (63). Notice de présentation bilingue (français et anglais). Durée : 69’35’’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.