Gustavo n’a toujours peur de rien

À emporter, DVD, DVD Musique, Musique symphonique

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n°8 « Symphonie des mille ». Manuela Uhl, Julianna Di Giacomo, Kiera Duffy : sopranos ; Anna Larsson, Charlotte Hellekant, contralto ; Burhard Fritz, ténor ; Brian Mulligan, baryton ; Alexandre Vinogradov. Coro Sinfonico Juvenil Simon Bolivar de Venezuela, Ninos Cantores de Venezuela, Schola Cantorum de Venezuela, Schola Juvenil de Venezuela, chef de chœur : Lourdes Sanchez et Manuel Lopez Gomez. Los Angeles Philharmonic et Orquesta Sinfónica Simón Bolívar, direction : Gustavo Dudamel. 1 DVD DGG. Référence : 00440 073 4884. Enregistré à Caracas en février 2012. Format image : NTSC. Format son : PCM Stéréo/DTS 5.1. Sous titres : allemand, anglais, français, espagnol et chinois. Bonus : Inside the « Symphony of a Thousand. Durée : 118mn.

 

aime les défis spectaculaires. Il a ainsi initié et assuré, la saison dernière, une intégrale des Symphonies de Mahler, à la tête de ses deux orchestres  étasunien et vénézuélien.  Le clou du spectacle était inévitablement la Symphonie n°8 de Mahler. Associant, dans une avalanche de bons sentiments, la fougue des jeunes instrumentistes latinos, à la rigueur cool des musiciens du Los Angeles Phil, cette interprétation avait été diffusée, en direct, dans des cinémas du monde entier.

Bien évidemment, le charisme  naturel et le solide bras du Dudamel sont à leur affaire dans cette partition de chef. Le jeune homme arrive à imposer une force d’ensemble à cette lecture portée par un souffle indéniable. Loin de ses Beethoven de grand-père arythmique et de son Brahms de bronchiteux, Dudamel évolue naturellement dans cette musique démonstrative. La performance des deux orchestres est solide et les troupes sont attentives aux sollicitations de leur général.  Du côté choral, le bonheur n’est pas au rendez-vous. Comme souvent, avec les concerts de Dudamel, on n’économise pas les participants et le chef convoque le ban et l’arrière ban des jeunes forces chorales du Venezuela.  La masse est impressionnante avec plus de 1000 chanteurs, mais la cohésion et la précision laissent plus qu’à désirer en dépit de l’enthousiasme débridé ces jeunes gens. Du côté des solistes, on évolue dans un genre très professionnel, mais manquant de génie.

L’image est spectaculaire, avec ses gros plans répétitifs sur cette montagne de chanteurs et l’on assiste tout de même à un moment humain et musical émouvant. Cependant, la discographie est trop riche et trop qualitative pour considérer cette lecture comme l’une référence. En DVD (et rien qu’en DVD) , on en reste à : Leonard Bernstein (DGG) et Riccardo Chailly (Accentus) en attendant la prochaine arrivée d’une lecture de Mariss Jansons (RCO Live).

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.