Le Dvořák massif de José Serebrier

À emporter, CD, Musique symphonique

Antonín Dvořák (1841-1904) : Danse slave n°8 en sol majeur ; Symphonie n°7 en ré mineur, Op.70 ; Dans la nature, Op.91 ; Scherzo capriccioso, Op.66. Symphonie n°3 en mi bémol majeur, Op.10 ; Symphonie n°6 en ré mineur. Bournemouth Symphony Orchestra, direction : José Serebrier. 2 CD séparés Warner Classics : référence 2564 66656-2 (symphonie n°7) et 2564 65775-3. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Enregistré en 2011 et 2012. Durée : 72’08 et 80’00

 

Pas de repos pour qui, à peine après avoir terminé une belle intégrale des œuvres de Glazounov, se lance dans les Symphonies de Dvořák. On tient là un véritable stakhanoviste des studios qui multiplie les parutions chez Naxos et Warner au point de, presque rivaliser, avec le peu sage Gergiev, dans son record de publications annuelles.

Au niveau interprétatif, on ne se relèvera pas la nuit pour ce patchwork Dvořák. L’écoute commence même très mal avec une Danse slave n°8 grossière, pachydermique et savatée par des effets de manche démonstratifs. La Symphonie n°7 est mieux cernée dans son fini instrumental et ses gradations, mais le chef privilégie, à tort, une optique néo-brahmsienne plus ou moins vintage avec un trait délibérément épais et des dynamiques appuyées. C’est tout le développement et la logique de cette musique qui s’évapore sous cette battue trop riche en calories et sucre-ajoutés. Pourtant, cette Symphonie n°7 est une réussite en comparaison aux lectures atones et mortifiantes des Symphonies n°3 et n°6. Serebrier ne semble pas avoir d’idées et laisse son orchestre avancer sans lignes directrices. On sent les musiciens calés sur le rythme du pilote automatique. La prise de son, qui manque méchamment de netteté n’arrange pas les affaires d’un orchestre déguenillé. Les brides proposées, sans logique, en complément, ne s’affirment nullement, plombées par une direction toujours plate.

La discographie, même récente, de ces partitions plongera ces disques, dans un oubli immédiat. Retour aux valeurs sures : Sir Charles Mackerras (Supraphon), Claus-Peter Flor (Bis), Neumann (Première intégrale pour Supraphon) ou Witold Rowicki (Decca) pour un  Dvořák dégraissé et bondissant.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.