À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Le piano d’Arthur Lourié, compositeur russo-franco américain

Plus de détails

Arthur Lourié (1892-1966) : Quatre Poèmes op.10, Synthèses op.16, Formes en l’air, Upman’s Smoking Sketch, Concertino pour quatuor et Symphonies d’instruments à vents d’après Stravinsky, Quatre pièces pour piano. Benedikt Koehlen, piano. 1 CD TELOS TLS 134. Code-barres : 881488001341. Enregistré à Cologne, Funkhaus, du 5 au 12 X 1922 et X 1993. Notice bilingue (allemand-anglais). Durée totale : 60’52

 

On ne peut pas dire que le compositeur ait une place remarquable dans les histoires de la musique et connaisse un intérêt et une curiosité soutenus de la part des interprètes. Pourtant, né en Russie avant la révolution, il s’intégrera politiquement et musicalement au nouveau régime communiste. Il émigrera en France puis aux États-Unis et rencontrera les grands personnages musicaux du siècle qui firent comme lui partie ou non du flot des émigrés. Bien entendu, de ses premières pièces pour piano on retiendra surtout une écriture et des couleurs venues directement de Scriabine (opus 10, opus 16, Formes en l’air). Avec toutefois en plus la touche personnelle le rattachant à l’avant-gardisme russe futuriste, constructiviste et bruitiste. Les trois références citées – ces Quatre Poèmes, les Synthèses et les Formes en l’air au titre proche de l’humour d’un Satie – nous plongent donc dans un bouillonnement de sons, aux harmonies chargées, aux mélodies disloquées, aux rythmiques complexes. Une musique hautement virtuose dont le pianiste nous donne une approche raide dénuée de tout sentiment qui ne laisse filtrer aucun sentiment. C’est froid et direct, comme le veut cette musique. On ne saurait d’ailleurs lui en tenir rigueur, Lourié, contrairement à Scriabine, ne donnant pas dans le mysticisme. La subjectivité y tient donc peu de place.

Le Upman’s smoking Sketch (1917) s’inscrit bien une parodie des modes musicales occidentales tout à fait dans le goût de l’époque.

Arrivé à Paris, Lourié sera influencé par Stravinsky et son néoclassicisme. Il arrange entre 1920 et 1926 deux morceaux de celui-ci, le Concertino pour quatuor et les Symphonies d’instruments à vents, peu intéressants mais inscrits au programme de ce disque sans doute pour servir de transition musicale aux Quatre pièces pour piano de 1924-27, dont les titres à eux seuls indiquent une évolution stylistique proche de certaines parties écrites par un Prokofiev mais aussi assagi avec le temps : la Toccata, la Valse, la Marche et la Gigue conservent un motorisme moderniste dont on ne sait s’il est fait pour parodier ces formes anciennes ou pour leur donner une nouvelle vigueur.

En conclusion, cette production discographique ne saurait être négligée et mérite un intérêt soutenu pour les spécialistes ou les très curieux, à défaut d’être totalement indispensable.

(Visited 523 times, 1 visits today)

Plus de détails

Arthur Lourié (1892-1966) : Quatre Poèmes op.10, Synthèses op.16, Formes en l’air, Upman’s Smoking Sketch, Concertino pour quatuor et Symphonies d’instruments à vents d’après Stravinsky, Quatre pièces pour piano. Benedikt Koehlen, piano. 1 CD TELOS TLS 134. Code-barres : 881488001341. Enregistré à Cologne, Funkhaus, du 5 au 12 X 1922 et X 1993. Notice bilingue (allemand-anglais). Durée totale : 60’52

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.