À emporter, CD, Musique symphonique

Le superbe violon de Fabrizio von Arx

Plus de détails

Max Bruch (1838-1920) : Concerto pour violon et orchestre n° 1 en sol mineur, op. 26 ; Pablo de Sarasate (1844-1908) : Fantaisie de concert sur Carmen, op. 25 ; Introduction & Tarentelle, op. 43 ; Ernest Bloch (1880-1959) : Suites pour violon seul n° 1 et 2. Fabrizio von Arx, violon ; Orchestre Symphonique de Prague, dir. Christian Benda. 1 CD RCA. Référence et code barre : 8872 5455422 6. Enregistré le 4 août 2011, salle Dvoȓák, Rudolfinium, Prague (Bruch et Sarasate, en public) et le 19 mai 2012, Chiesa Santa Marta, Romano Canavese, Italie (Bloch). Notice quadrilingue : allemand, anglais, français et italien. Durée : 65’28

 

Les Clefs ResMusica

Ne craignons pas de l’affirmer haut et fort, il est des musiques bénies par leur capacité à nous procurer du plaisir par leur seule aptitude à confectionner un univers sonore intégralement au service du beau, du sentiment, de la délectation voluptueuse ou ornementale. Deux des compositeurs présents sur cet enregistrement répondent idéalement à ces critères bien généraux.

L’Allemand bénéficia d’une belle renommée de son vivant et survit en ce début de 21e siècle par quelques partitions phares dont le Concerto pour violon et orchestre n° 1 en sol mineur commencé en 1864, malmené lors de sa création par un soliste défaillant, repris et porté au succès cette fois, en 1868, par le très célèbre violoniste Joseph Joachim qui le porta au nues et aux oreilles d’un public conquis. Plus tard, Bruch et le violoniste virtuose espagnol nouèrent d’amicales relations et ce dernier joua cet op. 26 en 1877  faisant perdurer le succès. Sa thématique généreuse, la virtuosité réservée à l’écriture soliste, ses influences folkloriques, sa sonorité chaleureuse, son climat romantique, les influences puisées chez Mendelssohn et Brahms n’eurent pas à souffrir vraiment de la présence d’un académisme certain que ne désavouèrent nullement les amoureux de cette musique attachante.  De son côté, Sarasate composait également, mais dans un registre autre, plutôt axé sur la pure virtuosité, le plaisir immédiat et les goûts des salons bourgeois à une époque où la France se régalait sans modération des sources musicales tziganes et espagnoles. Appartient à ce genre plébiscité la Fantaisie de concert sur Carmen qui charma ces auditeurs avec sa paraphrase brillante, entraînante et assurément festive des airs les plus célèbres de l’opéra que Bizet élabora à la toute fin de sa vie (1875). Le plan de ce CD se termine avec, d’, les deux Suites pour violon seul écrites en 1958. Cet élève d’Eugène Ysaÿe inscrit ces deux œuvres dans la sphère de son maître et bien au-delà de l’inspirant Jean-Sébastien Bach dont les Six Suites et Partitas pour violon seul (BWV 1001-1006) furent composées  autour de 1720. Ce copieux programme trouve le meilleur des défenseurs en la personne du napolitain , agile et solide, chantant et rigoureux, étincelant et exempt de surcharge. Quant à , il parvient à captiver son Orchestre Sinfonia de Prague faisant la démonstration de sa grande forme, de sa musicalité, de la précision et du brillant de ses pupitres.

Plus de détails

Max Bruch (1838-1920) : Concerto pour violon et orchestre n° 1 en sol mineur, op. 26 ; Pablo de Sarasate (1844-1908) : Fantaisie de concert sur Carmen, op. 25 ; Introduction & Tarentelle, op. 43 ; Ernest Bloch (1880-1959) : Suites pour violon seul n° 1 et 2. Fabrizio von Arx, violon ; Orchestre Symphonique de Prague, dir. Christian Benda. 1 CD RCA. Référence et code barre : 8872 5455422 6. Enregistré le 4 août 2011, salle Dvoȓák, Rudolfinium, Prague (Bruch et Sarasate, en public) et le 19 mai 2012, Chiesa Santa Marta, Romano Canavese, Italie (Bloch). Notice quadrilingue : allemand, anglais, français et italien. Durée : 65’28

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.