La Scène, Opéra, Spectacles divers

La véritable histoire de Maria Callas au Théâtre Déjazet

Plus de détails

Paris. Théâtre Déjazet. 6-II-2013. Jean-Yves Rogale (né en 1950) La véritable histoire de Maria Callas. Mise en scène : Raymond Acquaviva. Avec Andréa Ferréol, la mère de Callas ; Lola Dewaere, Maria jeune ; Pierre Santini, Onassis ; Raymond Acquaviva, Meneghini ; Sophie Carrier, Callas adulte ; Cécile Pallas, Jackie Kennedy.

La véritable histoire de est une pièce de théâtre, sans musique, ou plutôt, elle en est remplie. Il s’agit d’une succession de saynètes entrecoupées d’enregistrement de la Divine, à chaque fois en osmose avec l’humeur des évènements qui viennent de se dérouler sur scène. L’auteur, Jean-Yves Rogale, est visiblement un fan de Callas, et un fin auditeur.

On voit se dérouler sous nos yeux toute la vie de la diva, depuis les premières oppositions avec sa mère, dragon acharné à faire de sa fille une célébrité quitte à lui infliger les pires humiliations, jusqu’à la fin de sa vie solitaire. L’ensemble est solide, bien documenté, avec cependant quelques partis pris certainement plus romantiques que ce qui est maintenant admis dans la plupart des biographies. Avortement à la demande d’Onassis ? Plus probablement fausse couche due à une imprudence ! Et le tableau du même armateur grec, divorcé de Jackie Kennedy et mourant dans les bras de la cantatrice en lui avouant son amour éternel, ne semble pas vraiment crédible. Mais après tout, ce serait une si jolie scène d’opéra !

La mise en scène, dépouillée et très vivante, situe l’action avec seulement quelques accessoires : une coiffeuse, un canapé, déplacés avec grâce entre chaque tableau par une ballerine.

De la distribution, on retiendra surtout l’époustouflant Onassis de Pierre Santini, incroyablement salaud, incroyablement humain. Mais Andréa Ferréol en mère abusive et aigrie, Sophie Carrier en Callas adulte et Cécile Pallas en Jackie Kennedy sont, tout comme lui, hallucinants de ressemblance et de vérité scénique. Le metteur en scène Raymond Acquaviva s’est réservé le rôle de Meneghini, l’homme de l’ombre. Il y est parfait, mais contrairement aux autres acteurs, il ne lui ressemble pas physiquement. Et puis, il rend l’homme, plus impresario que mari, plus homme d’argent qu’amoureux, un peu trop sympathique. Lola Dewaere est une déception, ne partageant aucun accent de jeune, ou tout du moins, telle qu’on l’imagine.
En tous cas, une fort agréable soirée !

Plus de détails

Paris. Théâtre Déjazet. 6-II-2013. Jean-Yves Rogale (né en 1950) La véritable histoire de Maria Callas. Mise en scène : Raymond Acquaviva. Avec Andréa Ferréol, la mère de Callas ; Lola Dewaere, Maria jeune ; Pierre Santini, Onassis ; Raymond Acquaviva, Meneghini ; Sophie Carrier, Callas adulte ; Cécile Pallas, Jackie Kennedy.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.