À emporter, CD, Musique symphonique

Le Requiem de Suppé, du Théâtre à l’Église?

Plus de détails

Franz von Suppé (1819-1895) : Requiem en ré mineur. Marie Fajtová, soprano ; Franziska Gottwald, contralto ; Tomislav Mužek, ténor; Albert Pesendorfer, basse. Philharmonischer Chor München, direction Andreas Herrmann. Philharmonie Festiva, Gerd Schaller, direction. 1 cd Profil Hanssler PH 12061. Code barres : 881488120615. enregistré live en juillet 2012, Abteikirche Ebrach, Bayerischer Rundfunk – Studio Franken. Notice bilingue (allemand-anglais) incomplet puisqu’il manque les pages 21 et 22 ! Durée totale : 74’23

 

Rassurons d’emblée les collectionneurs de Requiem : l’auteur des dizaines d’opérettes viennoises grâce auxquelles il est encore connu du public, mais uniquement par leurs ouvertures, n’a pas transposé les baignoires et les loges du théâtre dans les tribunes et les bas-côtés de l’église. Pas plus qu’il n’a confondu les dentelles et les ombrelles de ses légères héroïnes avec les chasubles et les ostensoirs des représentants du culte. Si avec Mozart, la frontière entre la musique de scène et la musique de cène pouvait paraître floue par moments, si avec Rossini on entrait dans un monde de « sacrée musique » (dixit le compositeur lui-même) ou si avec Verdi ou Berlioz la messe des morts extrapolait largement le sentiment religieux pour prendre des dimensions épiques, le Requiem de Suppé reste enraciné dans le sérieux germanisme et ne constitue pas une exception unique de son auteur, puisqu’il a écrit d’autres pièces du genre.

Cette version n’est pas une découverte en soi : déjà, Corboz, de Stoutz, Bader ou Badun (qui en avait réalisé le premier enregistrement mondial) avaient défriché l’œuvre. Mais la mémoire s’estompe vite pour ces morceaux marginaux du catalogue. Et pourtant, grand bien nous fit de refréquenter ce Requiem aux allures sérieuses qui ménage de beaux moments, d’une sincérité véritable. On retrouve les tics d’écriture de leur auteur à travers une lisibilité des lignes – la mélodie, claire, soutenue par un accompagnement harmonique, le goût pour les cuivres qui convient si bien au Tuba Mirum – , un profil mélodique venu des ouvertures mais calibré pour entrer dans le moule cultuel. La fugue élaborée est bien celle du canon liturgique, et le traitement choral également. Les parties solistes ne nous trompent jamais en faisant du faux opéra.

Suppé écrivit son Requiem à 36 ans, au même âge que Mozart. Jamais il n’occultera la Cavalerie légère ou Poète et Paysan. Mais la version sans chichis proposée par , brucknérien averti, enregistrée dans de bonnes conditions live, avec des solistes qui encore une fois jouent la carte « sérieuse » du chant – impossible de faire autrement -, devra tenir une bonne place dans votre cdthèque.

Plus de détails

Franz von Suppé (1819-1895) : Requiem en ré mineur. Marie Fajtová, soprano ; Franziska Gottwald, contralto ; Tomislav Mužek, ténor; Albert Pesendorfer, basse. Philharmonischer Chor München, direction Andreas Herrmann. Philharmonie Festiva, Gerd Schaller, direction. 1 cd Profil Hanssler PH 12061. Code barres : 881488120615. enregistré live en juillet 2012, Abteikirche Ebrach, Bayerischer Rundfunk – Studio Franken. Notice bilingue (allemand-anglais) incomplet puisqu’il manque les pages 21 et 22 ! Durée totale : 74’23

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.