À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Roberto Gerhard : L’intégrale des quatuors à cordes

Plus de détails

Roberto Gerhard (1896-1970): String Quartet n°2; String Quartet n°1; Chaconne for Solo Violin. Quatuor Arditti: Irvine Arditti, Ashot Sarkissjan, violons; Ralf Ehlers, alto; Lucas Fels, violoncelle. AECD 1225; code barre 3 760058 360255; enregistré le 16-19/5/2011 à l’Auditorium Alicia de Larocha de Barcelone; livret français/anglais; 54’33.

 

Les Clefs ResMusica

Après la sortie des trois albums consacrés respectivement à Jonathan Harvey, Pascal Dusapin et Harrison Birtwistle, le label Aeon poursuit sa série des Intégrales de quatuors à cordes sous les archets des Arditti en gravant ici les deux opus du compositeur catalan dont on connait trop peu la musique en France. Les deux oeuvres qui s’imposent par leur envergure et leur singularité sont ici complétées par la Chaconne pour violon seul, un monument tourné vers le modèle de Bach, qui relève cependant de la syntaxe sérielle et son principe de variation continue.

Rappelons en effet qu’après des études de piano avec Granados et des leçons de composition auprès de Felipe Pedrell, Gerhard devient durant quatre années (1924-1928) l’élève de Schoenberg, à Vienne d’abord où il fréquente Alban Berg et Anton Webern, puis à Berlin. Il fait sienne la technique dodécaphonique et assimile l’esprit sériel qui gouvernera désormais son mode d’écriture. Revenu à Barcelone pour y transmettre l’enseignement des Viennois, il doit quitter l’Espagne au moment de la guerre civile et se fixe définitivement à Cambridge.

C’est donc des années anglaises que datent les deux quatuors de cet enregistrement, sachant que en avait écrit précédemment trois autres. Les deux premiers ont été perdus et le troisième a été réutilisé dans le Concertino pour orchestre à cordes (1927-1928).

Curieusement, c’est par le quatuor le plus récent (1961) que les Arditti débutent cet enregistrement, une pièce dans laquelle Gerhard fait éclater le cadre traditionnel du quatuor et s’émancipe totalement du modèle schoenbergien. Cette pièce conçue en sept séquences enchaînées met à l’oeuvre une écriture du timbre et de texture très inventive, gorgée d’énergie et rigoureusement conduite selon une logique sérielle structurante. Gerhard affirme ici une synthèse personnelle d’éléments divers – rythmique populaire, abstraction sérielle, modèles électroniques – qui stimulent son imaginaire et stylisent son geste.

Avec ses quatre mouvements, le Quatuor n°1 (1950-1955) en réfère davantage à la manière concentrée et sévèrement contrapuntique de son Maître viennois. Le travail motivique et le principe de variation continue nourrissent l’écriture et projettent un espace rigoureusement construit. Mais la verve rythmique et l’énergie du son sculptent un profil singulier, à la fin du premier mouvement par exemple et dans le cursif « capriccio » qui lui succède. Dans le « Grave », hauteurs et rythmes sont soumis à la même rigueur sérielle conférant au mouvement sa part d’étrangeté et de mystère. Le travail sur le timbre et la virtuosité de l’écriture du dernier mouvement ne sont pas sans évoquer le geste bartokien ou la fulgurance de quelque « Presto delirando ».

Exemplaires dans la précision du trait, la variété des couleurs qu’ils font naître et l’homogénéité de leur « instrument à 16 cordes » qu’ils savent si bien faire sonner, les Arditti détaillent à merveille toutes les facettes de cette écriture personnelle autant qu’exigeante.

Autre pierre angulaire du répertoire pour violon seul, la Chaconne (1959) referme cet enregistrement sous l’archet souverain d’Irvin Arditti. Ce sont les intervalles de la série qui font ici office de matériau référentiel soumis à onze variations, après l’exposition du thème dans une noble dimension verticale digne du Cantor de Leipzig. Les techniques d’archet les plus variées (saltando, spiccato, ricochet, legno battuto…) servent une inspiration jaillissante, émaillée d’humour (l’écriture « oiseau » de la huitième variation) mais soumise aux contraintes d’un cadre structurel faisant autorité.

(Visited 66 times, 1 visits today)

Plus de détails

Roberto Gerhard (1896-1970): String Quartet n°2; String Quartet n°1; Chaconne for Solo Violin. Quatuor Arditti: Irvine Arditti, Ashot Sarkissjan, violons; Ralf Ehlers, alto; Lucas Fels, violoncelle. AECD 1225; code barre 3 760058 360255; enregistré le 16-19/5/2011 à l’Auditorium Alicia de Larocha de Barcelone; livret français/anglais; 54’33.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.