Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Casa Velasquez, Villa Médicis et Espace Pierre Cardin

Plus de détails

Paris, Espace Pierre Cardin. 15-V-2013. Juan Pablo Carreño (né en 1978) : Mi fe naufraga (création mondiale). Leilei Tian (née en 1971) : The Hymn of the Pearl. Samuel Andreyev (né en 1981) : A propos du concert de la semaine dernière (création mondiale). Kenji Sakai (né en 1977) : La naranja atraviesa la noche (création mondiale). Francesco Filidei (né en 1973) : Finito ogni gesto. Anton Webern (1883-1945) : Quatre pièces pour violon et piano op.7 ; Trois petites pièces pour violoncelle et piano op.11. Olivier Messiaen (1908-1992) : Petites esquisses d’oiseaux n°3 « le rouge-gorge » et n°4 « la grive musicienne ». Manuel de Falla (1876-1946) : Concerto pour clavecin et cinq instruments (version piano). Alberto Rosado, piano ; César Peris, percussions. PluralEnsemble, direction : Fabian Panisello

Ce concert, organisé par l’Académie des Beaux-arts sous l’égide du compositeur et pianiste Michael Lévinas, visait à mettre en valeur d’anciens pensionnaires des deux grandes résidences d’artistes que sont la Casa Velasquez de Madrid et la Villa Medicis de Rome. Cinq jeunes compositeurs venus de trois continents ont vu leurs oeuvres mises en miroir avec trois « géants » du XXe siècle, le tout servi par l’excellent , groupe de musique contemporaine basé en Espagne, autre grande découverte de la soirée.

Ouverture en électronique avec Mi fe naufraga du Colombien . Des sons saturés remplissent l’espace, à en devenir assourdissant. Piccolo, hautbois et clarinette basse tentent quelques arabesques noyées dans un fatras sonore qui n’a rien de bien inventif. A l’inverse The Hymn of the Pearl de la Chinoise fait une utilisation plus subtile et parcimonieuse de l’électronique, considéré comme un instrument supplémentaire et non une fin en soi. L’oeuvre, qui tient en partie du langage spectral, développe par d’alliages subtils de timbres une sensualité débridée et un sérieux métier de la part de son compositeur. Mais la principale révélation vient du Canadien . Avec A propos du concert de la semaine dernière, le compositeur joue avec les mises en abîmes, l’inconscient et la mémoire sonore, grâce à une construction très structurée de l’oeuvre et un art totalement maîtrisé de l’orchestration, comme en témoigne l’emploi des percussions.

En seconde partie, La naranja atraviesa la noche du Japonais est un joyeux fouilli sonore, très inventif, mais quelque peu décousu. Finito ogni gesto de l’Italien ne rompt pas avec ses marottes habituelles d’instruments détournés et jouets sonores mais montre la face sombre et angoissée – mais non sans humour – d’un compositeur qu’on a connu volontiers provocateur et iconoclaste – on passe de Dario Fo à Italo Calvino.

En regard les solistes du , à commencer par l’excellent pianiste , ont donné diverses oeuvres de Webern, Messiaen et Falla. Si l’art du pianiste fait merveille dans la musique de chambre de Webern et les Petites esquisses d’oiseaux de Messiaen (souplesse du jeu, expression toujours lyrique), force est de constater que la version piano du Concerto pour clavecin de Falla ne convainc pas. Bien qu’admirablement défendue, l’oeuvre avec un clavier à marteau se tourne plus vers Chopin ou Debussy que vers Scarlatti, son compositeur tutélaire. Le piano – malgré les évidents efforts du pianiste pour alléger le discours – noie les autres instruments. Fin mitigée d’un concert prometteur.

(Visited 207 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Espace Pierre Cardin. 15-V-2013. Juan Pablo Carreño (né en 1978) : Mi fe naufraga (création mondiale). Leilei Tian (née en 1971) : The Hymn of the Pearl. Samuel Andreyev (né en 1981) : A propos du concert de la semaine dernière (création mondiale). Kenji Sakai (né en 1977) : La naranja atraviesa la noche (création mondiale). Francesco Filidei (né en 1973) : Finito ogni gesto. Anton Webern (1883-1945) : Quatre pièces pour violon et piano op.7 ; Trois petites pièces pour violoncelle et piano op.11. Olivier Messiaen (1908-1992) : Petites esquisses d’oiseaux n°3 « le rouge-gorge » et n°4 « la grive musicienne ». Manuel de Falla (1876-1946) : Concerto pour clavecin et cinq instruments (version piano). Alberto Rosado, piano ; César Peris, percussions. PluralEnsemble, direction : Fabian Panisello

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.