À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Le chant et l’orgue de l’Espagne profonde

Plus de détails

Giovanni Palestrina (1525-1594) : Ave verum corpus. Alonso Lobo (1555-1617) : Versa est in luctum. Manoel Rodrigus Coelho (1555-1635) : Magnificat de primer tom. Joseph de Torres (1670-1738) : Lamentacion tercera del jueves santo. Tomas Lluis de Victoria (1548-1611) : Vadam et circuibo civitatem ; Dilectus tuus (partie 2). Francisco Correa de Arauxo (1584-1654) : Tiento de decimo tono ; Tiento de octavo tono ; Tiento de quarto tono. Francisco Guerrero (1528-1599) : Ave virgo sanctissima. Mark Chambers, contreténor. Andrés Cea, claviorgano. Javier Jimenez, basse. Barbara Sela, basson. Arnaud Rodon, cornet. 1 CD Lindoro NL3017. Code barre : 8436003830177. enregistré au monastère de Loreto (Espartinas, Sevilla). Livret bilingue espagnol/anglais. Durée totale 72’18 ».

 

angeles_cea_lindoro

L’éditeur espagnol Lindoro poursuit sa quête des musiques baroques autour de l’orgue ibérique. Cette fois, le choix se porte sur un instrument assez original, un claviorgano, c’est à dire un petit orgue positif réuni à un clavecin, pour ne faire plus qu’un. Jadis cet instrument était très répandu, en particulier au cours du XVII° siècle, et présentait des possibilités étendues malgré une taille relative. Le principe est simple : sur deux ou plusieurs claviers alignés, on passe directement du clavecin à l’orgue , ce qui est très commode pour assurer un continuo fourni et varié. Le son tenu de l’orgue peut se mêler aussi à l’attaque précise et nette du clavecin, par l’accouplement des deux systèmes, en une alchimie sonore d’une troublante efficacité.

C’est ce qu’utilise judicieusement , à la fois dans l’accompagnement des pièces vocales, mais également dans les pièces solistes de . Cet auteur est le plus grand maitre du clavier en Espagne au XVII°siècle, et l’écoute de ses tientos sur ce type d’instrument est une première. Tout s’entend différemment, avec parfois aussi l’utilisation du tremblant, qui augmente le lyrisme de ces œuvres et souligne encore plus cet art du discours cher à l’auteur et à l’époque. se montre là une nouvelle fois un professeur idéal, nous révélant les richesses de ce répertoire par une interprétation d’exception.

Les autres œuvres font appels à d’autres grand maitres de l’art du chant espagnol, Guerrero ou Victoria pour les plus connus, et aussi Torrès et Lobo. Le génial portuguais Coelho et l’italien Palestrina complètent un programme passionnant et varié. Le contreténor dirige ces oeuvres de sa voix chaude et sensible. Divers motets sont les témoins d’un art du chant et de la polyphonie des plus accomplis. Quelques amis complices se joignent aux solistes, Javier Jimenez, basse, et pour les instruments, Arnau Rodon, cornet, et Barbara Sela, basson, pour donner encore plus de relief à l’ensemble.

L’ambiance générale est celle de la chapelle d’un monastère, autour d’un petit instrument de continuo, efficace dans la portée du son, soutenant idéalement les voix, et exprimant remarquablement la spiritualité des œuvres proposées.

(Visited 205 times, 1 visits today)

Plus de détails

Giovanni Palestrina (1525-1594) : Ave verum corpus. Alonso Lobo (1555-1617) : Versa est in luctum. Manoel Rodrigus Coelho (1555-1635) : Magnificat de primer tom. Joseph de Torres (1670-1738) : Lamentacion tercera del jueves santo. Tomas Lluis de Victoria (1548-1611) : Vadam et circuibo civitatem ; Dilectus tuus (partie 2). Francisco Correa de Arauxo (1584-1654) : Tiento de decimo tono ; Tiento de octavo tono ; Tiento de quarto tono. Francisco Guerrero (1528-1599) : Ave virgo sanctissima. Mark Chambers, contreténor. Andrés Cea, claviorgano. Javier Jimenez, basse. Barbara Sela, basson. Arnaud Rodon, cornet. 1 CD Lindoro NL3017. Code barre : 8436003830177. enregistré au monastère de Loreto (Espartinas, Sevilla). Livret bilingue espagnol/anglais. Durée totale 72’18 ».

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.