FBS-ResMusica-mégaBannière

Emmanuel Chabrier, authentique maître français du piano pittoresque

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Emmanuel Chabrier (1841-1894). Intégrale pour piano à 2 et 4 mains. A 2 mains : Bourrée fantasque ; Air de Ballet ; Petite Valse ; Habanera ; Marche des Cipayes ; Pièces Pittoresques, et, à 4 mains : Souvenir de Brunehaut ; Impromptu ; Caprice ; Ronde Champêtre ; Feuillet d’album ; Aubade ; Ballabile ; 3 Valses ; Prélude et Marche Française ; Cortège Burlesque ; Souvenirs de Munich. Bruno Canino, Bertrand Giraud, pianos. 2 CD Anima. Références : ANM 130300002, code barre : 3 760130 510271. Enregistré au Temple Saint-Marcel, Paris. Notice bilingue : français et anglais. Durée : 65’01 et 73’11 .

 

chabrier caninoPaul Landormy dans son Histoire de la musique (Editions Mellotée, 1952) résume avec une grande exactitude la personnalité musicale d’ : « C’est un compositeur d’une riche imagination, d’une brillante fantaisie, d’une verve comique très savoureuse, d’une joyeuse exubérance, que son ingéniosité et son esprit sauvent d’une certaine tendance à la vulgarité où se laisserait aller volontiers son caractère ’’bon enfant’’.

Il a mille inventions de détails, rythmiques, harmoniques, orchestrales qui amusent l’oreille. Il est surtout prodigieusement vivant. » Ce résumé convient parfaitement à cette intégrale pour piano à 2 et 4 mains proposée par le label Anima. (et son ancien élève ) rendent parfaitement justice à ses miniatures où les rythmes de danses alternent avec d’autres aux qualités variées mais toujours attractives et captivantes. Dominent au sein de cette production aimable et charmante les inoubliables Pièces Pittoresques  composées en 1881 dont on a oublié depuis longtemps l’intensité du retentissement à l’époque de leur création sous les doigts de Marie Poitevin et dont de son côté avait dit beaucoup de bien. Chacune des dix pièces qui composent cet album recèle des atouts apportant la preuve de la grande diversité de l’imagination bouillonnante du compositeur. Qu’il s’agisse de pièces descriptives et objectives (Paysage), rêveuses et romantiques (Mélancolie), étincelantes (Tourbillon), propres à inspirer l’art futur d’un Debussy ou d’un Ravel (Sous-Bois), orientalisantes (Mauresque) ou encore  basées sur des rythmes de danse plus ou moins stylisées (Menuet pompeux ; Scherzo-Valse).

Les autres morceaux, fourmillant d’idées également, reçoivent une lecture enthousiaste et décomplexée, mettant délicieusement en avant les innombrables facettes de la musique pour piano de Chabrier dont la modeste postérité ne devrait pas se cantonner à la seule (et très réussie) Espaňa de 1883. Il atteint son but créateur conforme à ses souhaits exprimés ainsi : « De la variété, de la forme, de la vie par-dessus tout, et de la naïveté si possible, et c’est ça le plus dur ! »

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.