À emporter, Audio, Musique symphonique

Svetlanov et le Philharmonique de Berlin : le choc des titans

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Ouverture de Leonore n°3, Op.72a ; Joseph Haydn (1735-1809) : Symphonie n°100 « Militaire » ; Piotr Ilitch Tchaïkovski ( 1840-1893) : Manfred Symphony, Op.58. Orchestre Philharmonique de Berlin, direction : Evgeny Svetlanov. 2 CD Testament. Référence : SBT2 1481. Enregistré en 1989. Notice de présentation en : anglais, français et allemand. Durée : 84’19

 

svetlanov berlinDepuis l’ouverture des archives radiophoniques et orchestrales aux éditions discographiques, le flot de parution est ininterrompu. Cependant, dans la plupart des cas, ces publications documentent, avec l’incertitude de l’exercice du concert, des artistes qui ont laissé des témoignages inoubliables en studio. Heureusement, il nous arrive de temps à autre une archive proprement miraculeuse : il en va ainsi de ce double album qui documente les débuts d’ à  Berlin, en mars 1989.

En mars 1989, le mur de Berlin n’est pas encore tombé, mais il se fissure sérieusement. Quant à  l’orchestre, il vit une période troublée : Herbert von Karajan vient de démissionner et Claudio Abbado n’a pas encore été désigné au pupitre de la phalange. C’est dans ce contexte que Svetlanov est invité à la Philharmonie de Berlin et ce fut, curieusement, la seule invitation envers ce chef, ironie cruelle de l’Histoire pour un musicien surnommé le  « Karajan russe ».

Svetlanov attendait particulièrement cette invitation berlinoise, au point de refuser catégoriquement celles des autres formations symphoniques allemandes….Le chef fut également ravi de pouvoir diriger « Manfred » de Tchaïkovski, partition chère à son cœur, au lieu des dernières Symphonies de Tchaïkovski qui lui étaient toujours demandées. C’est justement dans cette symphonie à programme que le tandem Berlin-Svetlanov fonctionne à merveille. La force ultra-dramatique de la vision de Svetlanov rencontre un orchestre foncièrement unique dans sa précision technique. Le chef leur insuffle une tension d’une force herculéenne, mais la qualité de l’orchestre rend sublime les moindres interventions des pupitres (les vents sont magistraux). Moins unilatéralement brute que les lectures russes de Svetlanov (Melodiya et Canyon), cette interprétation est, sans contestation, le sommet de la discographie car elle bénéficie d’un orchestre miraculeux.

Il ne faut pas négliger la première partie de ce concert, centrée sur Beethoven et Haydn. L’ouverture de Leonore n°3 est réglée comme au théâtre et la Symphonie n°100 de Haydn s’avère classique mais vivifiante et élégante, portée par des pupitres uniques.

Dans sa globalité, ce concert est évidement unique  et indispensable.

(Visited 439 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Ouverture de Leonore n°3, Op.72a ; Joseph Haydn (1735-1809) : Symphonie n°100 « Militaire » ; Piotr Ilitch Tchaïkovski ( 1840-1893) : Manfred Symphony, Op.58. Orchestre Philharmonique de Berlin, direction : Evgeny Svetlanov. 2 CD Testament. Référence : SBT2 1481. Enregistré en 1989. Notice de présentation en : anglais, français et allemand. Durée : 84’19

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.