À emporter, Audio, Musique symphonique

Un Chavez austère fort bien défendu par Jorge Federico Osorio

Plus de détails

Carlos Chavez (1899-1978) : Concerto pour piano ; Meditación ; José Pablo Moncayo (1912-1958) : Muros Verdes ; Samuel Zyman (né en 1956) : Variations sur un thème original. Jorge Federico Osorio, piano ; Orchestre symphonique national de Mexico, dir. Carlos Miguel Prieto. 1 CD Cedille. Réf. : CDR 90000 140, code barre : 7 35131 91402 4. Enregistrements réalisés en mars 2011 et octobre 2012. Notice bilingue : espagnol, anglais. Durée : 64’50

 

chavez mexicoPersonnage iconique de l’art musical au Mexique, mérite à juste titre cette reconnaissance. Compositeur à l’esthétique personnelle en constante métamorphose, chef d’orchestre fondateur de l’Orchestre symphonique de Mexico (1928-1949), pédagogue créateur du Conservatoire national de musique (1928-1935), initiateur de l’Institut national des Arts (1947-1952), on lui doit également une active participation à la « renaissance aztèque ». Parmi ses sources d’inspiration, on soulignera le rôle des cultures indiennes de l’ère précolombienne qui l’aidèrent rapidement à dessiner une voie individuelle et novatrice.

On apprécie plus particulièrement sa Sinfonia india de 1936 où il adopte, transforme puis refaçonne trois mélodies indigènes anciennes. Son intérêt pour la mythologie le conduit à écrire sa Sinfonia di Antigone en 1933. D’autres opus suivent cette ligne mais il se montre aussi sensible à l’esthétique romantique et postromantique européenne (Symphonie n° 4), se laisse charmer par un tonique et rigoureux néoclassicisme et enfin ne dédaigne nullement se rapprocher de la modernité de son temps. Il rencontre Varèse dans les années 1920 à New York et n’en sort pas indemne. Nombre de ses partitions affichent une austérité assumée, sauvée de l’ennui grâce à un dynamisme musical infatigable. Le Concerto pour piano (1940) appartient à cette catégorie certes brillante mais également souvent rugueuse, peu chatoyante, d’un abord quelque peu revêche. Ces traits contrastent avec Meditation une œuvre pour piano seul composée en 1918 côtoyant deux autres créateurs, également populaires au Mexique : et au langage moins acerbe et moins osé, mais défendu avec conviction et assurance par dont les qualités sont aussi largement apparues dans le Concerto de Chavez. Son piano nerveux, saccadé, souvent percussif sert au mieux cette musique virile, rudement rythmée, très modestement mélodique. L’ et son chef en saisissent l’essence et à aucun moment ne cherchent à le dénaturer dans le but de se montrer plus abordable par les auditeurs peu avertis.

(Visited 68 times, 1 visits today)

Plus de détails

Carlos Chavez (1899-1978) : Concerto pour piano ; Meditación ; José Pablo Moncayo (1912-1958) : Muros Verdes ; Samuel Zyman (né en 1956) : Variations sur un thème original. Jorge Federico Osorio, piano ; Orchestre symphonique national de Mexico, dir. Carlos Miguel Prieto. 1 CD Cedille. Réf. : CDR 90000 140, code barre : 7 35131 91402 4. Enregistrements réalisés en mars 2011 et octobre 2012. Notice bilingue : espagnol, anglais. Durée : 64’50

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.