À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Beethoven et ses contemporains à la mode baroque

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate n° 4 en la majeur, op. 23 ; Sonate n° 5 en fa majeur, op. 24 « Le Printemps ». Johan Mederitsch dit Gallus (1752-1835) : Sonate ou capriccio en la mineur ; Johann Baptist Cramer (1771-1858) : Sonate en la majeur ; Anton Eberl (1765-1807) : Sonate en ré mineur, op. 14 ; Franz Xaver Kleinheinz (1765-1832) : Sonate en mi bémol majeur, op. 9. Nicole Tamestit, violon ; Pierre Bouyer, pianoforte. Coffret de 2 CD Diligence. Réf. : DIL 12 & DIL 13. Enregistrements réalisés à la Salle philharmonique de Liège (Belgique) en avril 2012 et à la Salle Académique de Sint Truiden (Belgique) du 30 octobre au 3 novembre 2011. Notice en français. Durée : 42’27 & 72’17

 

Beethoven_tamestit_bouyerCeux qui apprécient les qualités affichées par le pianoforte et par une interprétation rigoureuse de la musique préromantique et romantique dégusteront un pur moment de félicité à l’écoute de deux sonates pour violon et piano de  : la Sonate en la mineur, op. 23, n° 4 et la Sonate en fa majeur, op. 24 n° 5 dite « Le Printemps ». Un second CD  nous permet  de découvrir une partie peu fréquentée du répertoire conçu pour ce duo au cours des années 1799-1801. Les pièces de Beethoven  étaient tout à fait contemporaines des productions retenues de , et . Est-il vraiment nécessaire de souligner le fossé stylistique existant entre les œuvres universelles de Beethoven et celles plus datées de ses collègues, doués certes, mais indiscutablement moins géniaux et largement redevables de la période précédente, celle du classicisme viennois. Si l’interprétation de Beethoven se caractérise par une  certaine austérité, un manque d’émotion et une rigidité interprétative, l’exécution des autres pièces, bien moins connues, semble poser moins d’interrogation quant à la carence de coulant, de rondeur, de beauté intrinsèque.

Néanmoins, le travail présenté par (violon) et (pianoforte) s’avère en adéquation avec les qualités de leurs instruments et leurs choix interprétatifs. L’un et l’autre totalisent de nombreuses réalisations soulignées positivement par bien des commentateurs et auditeurs. Leurs enregistrements constituent une intéressante invitation à faire connaissance et à découvrir un répertoire majoritairement entendu autrement. Avec eux, devient possible  une immersion passionnante dans l’ère beethovénienne et péri-beethovénienne alors que le piano n’avait pas encore partout détrôné le pianoforte et que l’exécution de la majorité des partitions de musiques de chambre s’attachait à ne pas s’éloigner d’une sévérité consentie, d’une sobriété acceptée voire d’un ascétisme cultivé.

(Visited 852 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate n° 4 en la majeur, op. 23 ; Sonate n° 5 en fa majeur, op. 24 « Le Printemps ». Johan Mederitsch dit Gallus (1752-1835) : Sonate ou capriccio en la mineur ; Johann Baptist Cramer (1771-1858) : Sonate en la majeur ; Anton Eberl (1765-1807) : Sonate en ré mineur, op. 14 ; Franz Xaver Kleinheinz (1765-1832) : Sonate en mi bémol majeur, op. 9. Nicole Tamestit, violon ; Pierre Bouyer, pianoforte. Coffret de 2 CD Diligence. Réf. : DIL 12 & DIL 13. Enregistrements réalisés à la Salle philharmonique de Liège (Belgique) en avril 2012 et à la Salle Académique de Sint Truiden (Belgique) du 30 octobre au 3 novembre 2011. Notice en français. Durée : 42’27 & 72’17

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.