Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Musique de chambre à Elmau, édition 2014

Plus de détails

Situé en Bavière, à portée de marche de la frontière autrichienne et à portée de vue de la célèbre cité sportive de Garmisch-Partenkirchen, chère à Richard Strauss, le château d’Elmau est bien connu du monde musical.

elmau salle de concertDepuis les années 1950, le château d’Elmau s’est  imposé comme une salle de concert incontournable grâce à sa grande salle réputée pour la qualité de son acoustique. Le compositeur Benjamin Britten, de passage dans la région, la découvrit et en tomba instantanément amoureux. Avec son compagnon Peter Pears, ils fondirent, en 1959, un festival de musique de chambre germano-britannique. C’est d’ailleurs dans cette salle qu’ils donnèrent, en 1974, la première audition du Canticle n°5 « The Death of St Narcissus ».  D’autres grands noms de la musique classique sont intimement liés à Elmau : le pianiste Wilhelm Kempff, le quatuor Amadeus, le violoniste Yehudi Menuhin et bien d’autres encore.  Tous y trouvèrent un cadre exceptionnel pour se concentrer sur la musique dans le cadre magnifique et enchanteur des alpes bavaroises qui prête à la réflexion et à la méditation sur l’art devant des massifs montagneux illustres. La salle héberge désormais de nombreux concerts dont l’affiche n’a rien à envier aux plus grandes salles européennes.

Tout au long de l’année, le château accueille différents festivals, qui viennent s’additionner à la programmation régulière. Le mois de janvier est dévolu à la « Semaine de musique de chambre ». Le thème de cette année 2014, en opposition aux replis identitaires et aux égoïsmes nationaux était « l’Europe ». Tout au long d’une semaine, le thème était exploré par des solistes internationaux de haut vol qui illustraient les facettes du Vieux monde. Le plateau alternait des noms de stars actuelles : Lisa Batiashvili, Emmanuel Pahud, Paul Meyer, Eric Le Sage,  , et  l’excellent violoncelliste franco-allemand (lauréat des International Classical Music Awards 2014 dans la catégorie Musique de chambre) ; mais on découvrait aussi des jeunes musiciens à l’image du quatuor turc Borusan ou de la jeune pianiste espagnole .

Lors d’un concert en matinée, , proposait un parcours Est-Ouest de Mozart à Albéniz, en passant par Schumann et Debussy. Dans les Papillons de Robert Schumann, l’artiste fait preuve d’un talent de conteuse et d’un toucher délicat. On la sent particulièrement à son aise dans les Estampes de Debussy dont elle rend à la fois la modernité d’écriture et le sens des couleurs dans une lecture sensible mais évocatrice de la palette du compositeur. Escale dans son pays natal, la Suite espagnole d’Albéniz explore tout le champ lexical de l’Espagne. Judith Jáuregui est à son affaire autant stylistiquement que rythmiquement.

schloss elmau

En soirée, le château Elmau accueillait le quatuor Gringolts, réuni autour du violoniste . Avec ses compères : Anahit Kurtikyan au violon, Silvia Simionescu à l’alto et Claudius Herrmann au violoncelle, ils alternent Mozart et son Quatuor n°23 et le célèbre Quinette avec piano de Dvořák. Dans Mozart, on apprécie la musicalité franche qui va droit au but et qui ne cherche pas à minauder et à faussement enjoliver cette musique avec une joliesse de façade.  Avec le Quintette de Dvořák, le quatuor rejoint par le pianiste restitue la sève primesautière de Dvořák et son sens du rythme.  La lecture, menée à bon rythme, fait briller cette musique dans une danse endiablée, évocation magique et inspirée des forêts de Bohème.

En clôture de cette semaine, la violoniste , le pianiste et le violoncelliste montaient sur scène pour un concert qui proposait  Ravel   (Trio) et Brahms  (Trio n°2). Dans Ravel, on aimait particulièrement les timbres des solistes au service d’une lecture à la force minérale, plus mélodique que foncièrement coloriste, mais portée par une qualité de jeu et un engagement total.  Dans Brahms, l’entente entre les trois compères est idéale quant à la vision d’ensemble,  elle prêtait à un songe dans les forêts bavaroises baignées par ce soleil dominical et hivernal. Avant ce festival, ces musiciens n’avaient jamais joués ensemble, pourtant la somme de leurs  talents débouche sur un résultat magistral : on ne dira jamais assez que Vilde Frang et Nicolas  Altstaedt comptent parmi les meilleurs instrumentistes à cordes actuels alors qu’Alexander Lonquich est un chambriste émérite aussi à l’aise dans Brahms que dans Ravel.

Crédits photographiques : Schloss-Elmau

Plus de détails

Situé en Bavière, à portée de marche de la frontière autrichienne et à portée de vue de la célèbre cité sportive de Garmisch-Partenkirchen, chère à Richard Strauss, le château d’Elmau est bien connu du monde musical.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.