Lieu : Allemagne

Tosca Yoncheva cc Ann Ray-Metropolitan Opera

La splendide Tosca de Sonya Yoncheva au Staatsoper Berlin

Créée en 2014 par Anja Kampe, la mise en scène d’Alvis Hermanis pour Tosca au Staatsoper Berlin reçoit cette saison une invitée de marque avec la luxueuse Sonya Yoncheva. L’histoire de l’interprétation est souvent marquée d’annulations, et l’on attend encore de savoir si Sonya Yoncheva chantera Tosca à Paris prochainement, juste après son passage à la Philharmonie pour le Stabat Mater de Rossini, accompagnée par le chef de cette représentation berlinoise, ...
NL-HaNA_2.24.01.03_0_916-0628

Bernard Haitink à Berlin, l’heure des adieux

Mozart et Bruckner sont au programme, et l'admiration du public au rendez-vous. Pour son dernier concert avec l’Orchestre philharmonique de Berlin avant la saison sabbatique qu’il s’apprête à prendre, Bernard Haitink a choisi un programme en pleine continuité avec ses choix de prédilection de ces dernières années : un concerto du classicisme viennois, une symphonie de Bruckner. Le concerto, cette fois, est le dernier concerto de Mozart, et comme souvent ces dernières ...
_L1_4752

Saisissant Street Scene à l’Opéra de Cologne

Kurt Weill, c’est L’Opéra de quat’sous. C’est Mahagonny aussi. Mais le « Weill américain », le compositeur exilé en 1933 (puis aux États-Unis en 1935), qui s'illustra à Broadway, reste encore souvent à découvrir de ce côté de l’Atlantique. La reprise de la production de John Fulljames à l’Opéra de Cologne le prouve. Qui aurait dit que le Gürzenich-Orchester de Cologne pourrait sonner comme un big band ? Et pourtant, c’est bien le cas ...
Der ferne Klang | Franz Schreker | Premiere 31.03.2019
Musikalische Leitung
    Sebastian Weigle
Regie
    Damiano Michieletto
Bühnenbild
    Paolo Fantin
Kostüme
    Klaus Bruns
Video
    Roland Horvath, Carmen Zimmermann
Licht
    Alessandro Carletti
Chor
    Tilman Michael
Dramaturgie
    Norbert Abels

Grete Graumann
    Jennifer Holloway
Fritz
    Ian Koziara
Wirt des Gasthauses "Zum Schwan"
    Anthony Robin Schneider
Ein Schmierenschauspieler
    Iurii Samoilov
Der alte Graumann / 2. Chorist
    Magnús Baldvinsson
Seine Frau
    Barbara Zechmeister
Dr. Vigelius
    Dietrich Volle
Ein altes Weib
    Nadine Secunde
Mizi
    Julia Dawson
Milli / Die Kellnerin
    Bianca Andrew *
Mary
    Julia Moorman *
Eine Spanierin
    Kelsey Lauritano *
Der Graf
    Gordon Bintner
Der Baron
    Iain MacNeil *
Der Chevalier / 1. Chorist
    Theo Lebow
Rudolf
    Sebastian Geyer
Ein zweifelhaftes Individuum
    Hans-Jürgen Lazar
Ein Polizeimann / Ein Diener
    Anatolii Suprun *
Die alte Grete
    Steffie Sehling
Der alte Fritz
    Martin Georgi

Chor der Oper Frankfurt
Frankfurter Opern- und Museumsorchester

* Mitglied des Opernstudios

Der Ferne Klang de Schreker retrouve Francfort

Créé triomphalement en 1912 à l’Oper Frankfurt, Der Ferne Klang de Franz Schreker retrouve la scène de Hesse dans une production onirique de Damiano Michieletto centrée sur la vieillesse, avec pour atouts principaux la Grete de Jennifer Holloway et la direction de Sebastian Weigle. À mesure que le temps passe, les opéras de Schreker retrouvent une place sur les scènes du monde, à l’instar de Die Gezeichneten repris ces dernières années à ...
Köln Braunfels Jeanne d'Arc l

Jeanne d’Arc de Braunfels revient à Cologne

Créée à l’Oper Köln en 2016, la mise en scène de Tatjana Gürbaca pour Jeanne d’Arc de Walter Braunfels retrouve la scène rhénane en même temps que Juliane Banse dans le rôle-titre, associées à un ensemble solide dirigé d’un geste précis et musical par Stefan Soltesz. Walter Braunfels réapparaît à l’occasion sur les scènes. Mis au ban en 1933 par le régime nazi du fait de ses origines juives, il ...
Die Liebe zu drei Orangen
von Sergej Prokofjew
Oper in vier Akten (10 Bildern) und einem Vorspiel
 Libretto nach Carlo Gozzi vom Komponisten
 
Musikalische Leitung: Alejo Pérez
Regie: Axel Ranisch
Bühne: Saskia Wunsch
Kostüme: Bettina Werner, Claudia Irro
Licht: Reinhard Traub
Computeranimation: Till Nowak
Choreografie: Katharina Erlenmaier
Dramaturgie: Ingo Gerlach
Chor: Manuel Pujol
 
Auf dem Bild
Elmar Gilbertsson (Prinz), Esther Dierkes (Ninetta)
 
Foto: Matthias Baus

L’Amour des trois oranges à Stuttgart, un conte irrésistible

Opéra sans rôle à star, l'œuvre de Prokofiev a d'abord besoin d'une troupe forte et unie : mission accomplie. L'amour des trois oranges, voilà bien un opéra que les amateurs de perruques poudrées et de robes à panier ne pourront pas revendiquer ! Pour son premier travail à Stuttgart, Axel Ranisch laisse libre cours à son imagination et mélange gaiement au moins trois niveaux de lecture : la quête du prince ...
Die Kameliendame 4

La Dame aux camélias à Stuttgart, quarante ans après

Le Ballet de Stuttgart ne cesse de revisiter ses classiques, et la troupe d'aujourd'hui s'y frotte avec bonheur. La Dame aux camélias, vieille histoire… Le roman date de 1848, et il n’est plus assez lu ; le ballet de John Neumeier, lui, vient de fêter ses quarante ans, et il n’a rien perdu de son attraction magnétique auprès des interprètes et du public. C’est pour Stuttgart, pour Marcia Haydée, que Neumeier a ...
LM0A0567

Mavra/Iolanta pour jeunes chanteurs à l’Opéra de Bavière

Une mise en scène riche et intelligente sert d'écrin à des jeunes talents très prometteurs. D'abord la pochade Mavra, puis le drame romantique Iolanta ? Ou plutôt l'inverse ? Tel le grand mécène d'Ariane à Naxos, le metteur en scène Axel Ranisch a choisi de ne pas trancher : Mavra et Iolanta ne seront donc pas joués l'un à la suite de l'autre, mais... en même temps. Iolanta joue avec ses ...
BPhil_BB_Verdi-Requ_140319_c_Monika Ritterhaus

Verdi en majesté au Festival de Pâques de Baden-Baden

Lors du week-end d’ouverture de son Festival de Pâques, le Festspielhaus de Baden-Baden mettait Verdi à l’honneur. Un Requiem sous la baguette experte de Riccardo Muti y rachetait l’Otello à l’esthétisme léché mais bien peu passionné imaginé par Robert Wilson. D’œuvre en œuvre, Robert Wilson recycle les mêmes éléments de langage inspirés du kabuki japonais. C’est à nouveau le cas pour cet Otello tout en bleu, blanc et noir, avec ...
One of a kind de Jiří Kylián entre au répertoire à Stuttgart

One of a Kind de Jiří Kylián entre au répertoire à Stuttgart

Austère et peu stimulante pour la créativité des danseurs, la pièce a le mérite de mettre en lumière les aspects plus sombres de l’œuvre de Kylián. Jiří Kylián est certes un produit du ballet de Stuttgart, où s'est joué son destin de chorégraphe, mais cela faisait longtemps qu'il n'avait pas collaboré avec lui. Plutôt qu'une création, c'est l'entrée au répertoire d'une pièce ambitieuse et sombre, One of a Kind, qui marque ...
Weill: Die sieben Todsünden / Peaches: Seven Heavenly Sins

Les sept péchés capitaux : Brecht, Weill… et Peaches

Après tant d'autres stars du rock, la chanteuse Peaches s'empare de la musique de Kurt Weill, pour un résultat terriblement terne. Cela faisait plus de vingt ans qu’aucune coproduction réunissant les trois composantes des Théâtres nationaux de Stuttgart (opéra, ballet et théâtre parlé) n’avait vu le jour. L’entrée en fonction simultanée de trois nouveaux intendants à la rentrée 2018 pouvait sembler une bonne occasion d’unir toutes ces forces. Mais cette promesse ...
Der Prinz von Homburg
von Hans Werner Henze
Oper in drei Akten nach dem Schauspiel von 
 Heinrich von Kleist, für Musik eingerichtet von 
 Ingeborg Bachmann
 
Musikalische Leitung: Cornelius Meister
Regie: Stephan Kimmig
Bühne: Katja Haß
Kostüme: Anja Rabes
Video: Rebecca Riedel
Licht: Reinhard Traub
Dramaturgie: Miron Hakenbeck
 
Auf dem Bild
Vera-Lotte Böcker (Prinzessin Natalie von Oranien), Robin Adams (Prinz Friedrich Artur von Homburg)
 
Foto: Wolf Silveri

Le Prince de Hombourg de Henze à Stuttgart

Une oeuvre forte rencontre des acteurs-chanteurs puissants, dans une mise en scène concentrée et intense. Installé en Italie depuis plusieurs années, Hans Werner Henze n'a pas coupé les ponts avec la culture allemande : s'il adapte en 1960 Le Prince de Hombourg, grand classique du théâtre allemand, il ne faut y voir une révérence à une culture allemande passéiste, mais une manière de se confronter aux apories de son temps, en ...
It.Floppy.Rabbit. 7

Cent ans après, le Ballet de Stuttgart rend hommage à l’année 1919

Dans les trois créations de la soirée, c'est celle de Katarzyna Kozielska qui parvient le mieux à unir hier et aujourd'hui. Weimar, 1919 : le théâtre national accueille les réunions du parlement qui délibère sur la première constitution démocratique allemande ; non loin de là, est fondée une nouvelle école unissant beaux-arts et arts appliqués, le Bauhaus, dont les théories et la pratique ont exercé et exercent encore une influence déterminante ...
© Tonhalle Düsseldorf / Susanne Diesner Fotografie

À Düsseldorf, une affiche de jeunes chanteurs pour un gala d’opéra

Depuis dix ans, chaque année, l’Opéra de Düsseldorf organise un gala d’opéra au profit de la Fondation allemande contre le sida. Pour cette édition anniversaire, la liste des chanteurs invités est particulièrement alléchante.  Six chanteuses et cinq chanteurs ont été réunis à Düsseldorf pour l’occasion - pas de vedettes, mais de jeunes musiciens au talent déjà bien affirmé. Le programme, essentiellement composé de grands classiques, ne réserve certes pas de surprises. ...
EUGEN ONEGIN
Oper von Pjotr Iljitsch Tschaikowski
Lyrische Szenen nach dem Versroman von Alexander Puschkin
in Russischer Spreche mit deutschen Übertiteln
Premiere am 28.09.2018 am Theater Freiburg, grosses Haus

Produktionsteam:
Regie Peter Carp 
Bühne Kaspar Zwimpfer 
Kostüme Gabriele Rupprecht 
Choreografie Graham Smith 
Licht Stefan Meik 
Chordirektor Norbert Kleinschmidt 
Dramaturgie Tatjana Beyer 

Mit 
Michael Borth (Onegin)
Satik Tumyan (Larina)
Roberto Gionfriddo (Triquet)
Jin Seok Lee (Gremin)
Joshua Kohl (Lenski)
John Carpenter (Saretzky)
Jongsoo Yang (Hauptmann)
Solen Mainguené (Tatjana)
Inga Schäfer (Olga)
Anja Jung (Filipjewna)
Yeonjo Choi (Vorsänger)
Statisterie des Theater Freiburg
Opernchor des Theater Freiburg
Extrachor des Theater Freiburg
Philharmonisches Orchester Freiburg

Un captivant Eugène Onéguine à Fribourg-en-Brisgau

Metteur en scène et intendant dans différents théâtre allemands, Peter Carp occupe depuis 2017 le poste de Directeur général du Stadttheater de Fribourg-en-Brisgau. Après des Contes d’Hoffmann en 2008 pour Lucerne, cet Eugène Onéguine est sa deuxième mise en scène lyrique. Eugène Onéguine est un des dix plus beaux opéras du monde. D’une feinte humilité, ces Scènes lyriques en 3 actes (et 7 tableaux !) utilisent les moyens considérables du genre : ...
D

Un étouffant Dalibor à Francfort

Où peut-on entendre Dalibor ? À Francfort. Pour le voir il faudra attendre, la mise en scène réductrice de Florentine Klepper donnant envie d’appréhender plus avant la densité émotionnelle de ce bel opéra aux multiples visages. La création de Dalibor, lors de l’ouverture du Théâtre national de Prague le 16 mai 1868, après deux années d’enfantement, était très attendue par un public qui s’attendait à une seconde Fiancée vendue. Érigé par Smetana ...
LBFK

Vie de Bohème pour tous à Francfort

L’Opéra de Francfort ne se contente pas de monter régulièrement des productions majeures. Il apprend l'opéra à son public de demain, ainsi qu'en témoigne le sans-faute de cette Bohème réécrite par Deborah Einspieler et mise en scène par Benjamin Cortez. Sise en pleine lumière du jour dans le Holzfoyer, là où, une demi-heure avant chaque représentation, le public de l’Opernhaus peut bénéficier d’une présentation passionnée de l’œuvre qu’il est venu écouter, ...
C2

L’exceptionnelle Carmen de Barrie Kosky à Francfort

La Carmen imaginée en 2016 par le metteur en scène australien est une production irrésistible. Confirmation avec cette seconde reprise accueillie triomphalement. Tcherniakov avait fait très fort à Aix. Le seul défaut de sa Carmen était son impuissance à convaincre tout un chacun : les uns étaient en larmes tandis que les autres pointaient le détournement du chef-d’œuvre. Tout aussi radical, Kosky rallie tout le monde, celui qui est capable de chanter tous ...
La Force du destin par Tobias Kratzer à Francfort : ultra-politique et ultra-crédible

La Force du destin par Tobias Kratzer à Francfort : ultra-politique et ultra-crédible

Epaulé par trois voix immenses, Tobias Kratzer fait du problématique opéra de Verdi un feuilleton haletant, revisitant sur un siècle et demi l’Histoire d’une grande puissance bien connue et notamment son rapport avec les noirs. « Étranger… mûlatre… bâtard… indien… origine ignoble... » Ses allusions racistes. Ses longues scènes militaires (dont un éloge de la guerre plus qu’appuyé). Ses sauts dans le temps (plusieurs années séparent certains tableaux). Cela suffit au jeune ...
52774235_10157046489562232_8679456373466988544_o

Haitink et la Radio Bavaroise face au grand œuvre beethovénien

Malgré la fatigue du chef, il y a beaucoup à admirer dans une interprétation mêlant lenteur et richesse des timbres. On aimerait, dans les critiques de concert, ne parler que musique ; ce n’est hélas pas toujours possible. Quelques semaines avant son 90e anniversaire, Bernard Haitink a annoncé qu’il ne dirigerait aucun concert la saison prochaine, et une bronchite la semaine dernière l’a conduit à restreindre ses activités : c’est pourquoi il laisse ...
Orphée et Eurydice de John Neumeier à Hambourg

Orphée et Eurydice de John Neumeier à Hambourg

Cette première européenne d’Orphée et Eurydice, créé par John Neumeier pour le Joffrey Ballet de Chicago en 2017, surprend : reprenant la version parisienne de l’opéra de Gluck, Neumeier crée un Opéra-ballet où la danse illustre le chant. D’Orphée et Eurydice de Gluck, il existe plusieurs versions. La version française de 1774 est adaptée par le compositeur lors de son séjour à Paris à l'invitation de Marie-Antoinette. Remaniée pour un haute-contre ...
Missa Solemnis au Bayerische Staatsoper par Kirill Petrenko

Missa Solemnis au Bayerische Staatsoper par Kirill Petrenko

Donnée en concert au Bayerische Staatsoper, la Missa Solemnis de Beethoven par Kirill Petrenko trouve des instants de grâce dans un traitement très différencié de chacune des parties, au risque de perdre l’arche globale. Kirill Petrenko est devenu directeur des Berliner Philharmoniker en ne les dirigeant que trois fois, avec un programme anglais, puis un second d’œuvres russes. Il lui faut alors maintenant travailler le répertoire principal de l’orchestre de Furtwängler ...
Karl_V.__B._Skovhus_c_W._Hoesl___13_

Bo Skovhus est Karl V dans l’opéra d’Ernst Křenek à Munich

Rarement programmé, le chef-d’œuvre lyrique d’Ernst Křenek basé sur les dernières années de règne de Charles Quint retrouve une scène en 2019 avec la nouvelle production du Bayerische Staatsoper. Né la même année que Kurt Weill, élève à seize ans de Franz Schreker et compositeur précoce, Ernst Křenek passe rapidement d’influences jazz au dodécaphonisme pour continuer ses recherches après la Seconde Guerre mondiale vers la musique sérielle et électroacoustique. Il est ...
Idomeneo_O_6280_SB

Idomeneo version courte et politique par Peter Konwitschny

Dans la salle toute récente et intime du Théâtre de Heidelberg, il suffit de 90 minutes pour raconter l'histoire d'un monde qui change. Idomeneo est un chef-d’œuvre qui mérite bien d'être donné dans son intégralité ; même  les airs d'Arbace, généralement coupés, disent quelque chose qui mérite d'être entendu. Ce n'est pas du tout le choix que fait Peter Konwitschny, bien au contraire, et c'est d'autant plus regrettable que l'adaptation qu'il ...
50000448_10156946507612232_1235499466417504256_n

Retrouvailles de Christoph von Dohnányi et de l’Orchestre de la Radio Bavaroise

Après avoir dû annuler la plupart des représentations d'Elektra à la Scala, Dohnanyi offre à Munich un programme inhabituel. Occasion rare : il aura fallu qu'il arrive à la veille de ses 90 ans pour que Christoph von Dohnányi vienne diriger l'Orchestre symphonique de la Radio Bavaroise pour la deuxième fois de sa carrière, plusieurs décennies après une première apparition. Il est fort heureux qu’il ait choisi d’inscrire à son programme ...
BPhil_M_Jansons_170119_004

Mariss Jansons à son meilleur avec le Philharmonique de Berlin

Après un automne marqué par les annulations, Jansons retrouve la scène avec Strauss, Liszt et Wagner. Au centre du concert, la contribution lisztienne d’Evgeny Kissin avec le Concerto pour piano n° 1 est le moment le moins convaincant de la soirée : la technique n’est pas vraiment en cause, mais un tel manque de nuances et d’émotion déséquilibre le concerto quoi que puissent proposer Jansons et les solistes de l’orchestre. Le ...
violetter_schnee_102

Création de Neige violette de Beat Furrer à Berlin

La beauté de la musique est contrecarrée par un projet théâtral confus. Beat Furrer est-il un compositeur d'opéra ? La liste de ses créations destinées à la scène est longue, avec des œuvres comme Wüstenbuch ou Fama, peut-être sa plus grande réussite, mais ces pièces complexes n'ont jamais que des rapports complexes avec le genre opéra : l’œuvre porte comme souvent le sous-titre Musiktheater, mais où est le théâtre ? La ...
Les ballets blancs du Stuttgarter Ballett

Les ballets blancs du Stuttgarter Ballett

Pour une fois, Cranko n'est pas l'alpha et l'oméga : c'est d'abord Balanchine qui justifie la soirée. Il n'est jamais mauvais de donner aux triple bills qui alternent avec les grands ballets du répertoire une cohérence, ou du moins une thématique commune : c'est ce que fait le Ballet de Stuttgart en consacrant une soirée au ballet blanc, depuis ses origines romantiques (sans remonter pour autant à Giselle) jusqu'aux années 1960. La ...
LA_VERITA_OHP_O_7804_SB

La Vérité vivaldienne à l’épreuve de la famille à Schwetzingen

Une équipe musicale solide et une mise en scène agréable et efficace servent une oeuvre qui aurait bien mérité d'être jouée sans coupures. Année après année, le théâtre de Heidelberg propose à son public une expédition hivernale au théâtre rococo du château voisin de Schwetzingen, le petit Versailles des électeurs palatins. Après une longue période consacrée aux opéras napolitains, c'est cette année Vivaldi qui est à l'honneur : il faut regretter ...
La passionnante Bayadère berlinoise d’Alexei Ratmansky

La passionnante Bayadère berlinoise d’Alexei Ratmansky

Le travail de reconstitution accompli mérite l'admiration, et plus encore la vie théâtrale et la cohérence nouvelle que le ballet acquiert ainsi. La nomination de Sasha Waltz et Johannes Öhman à la tête du Ballet national de Berlin avait suscité des craintes. Après le bilan peu glorieux de leur prédécesseur Nacho Duato, allait-elle ouvrir la voie à un abandon plus radical encore du répertoire classique ? La première nouvelle production proposée ...