À emporter, Audio, Musique symphonique

Berlioz, entre Lyon et l’Italie

Plus de détails

Hector Berlioz (1803-1869) : Harold en Italie, Op.16 : Ouvertures : Le Carnaval romain, Op.9 et Benvenuto Cellini, OP.23 ; Rêverie et Caprice, Op.8. Lise Berthaud, alto ; Giovanni Radivo, violon ; Orchestre National de Lyon, direction : Leonard Slatkin. 1 CD Naxos. Référence 8.573297. Enregistré en 2013 à Lyon. Notice de présentation en : anglais et français. Durée : 70’31.

 

berlioz harold en italie  slatkin lyon naxosLa Symphonie fantastique de Berlioz avait été le premier disque gravé par Leonard Slatkin avec son Orchestre national de Lyon. Le chef américain poursuit ses explorations discographiques avec un volume centré sur Harold en Italie et quelques brillantes ouvertures. Si, la Symphonie fantastique a été enregistrée par la quasi-totalité des orchestres français, Harold en Italie reste plus marginal avec seulement une poignée d’enregistrements : Bernstein/McInnes/Orchestre national de France (EMI), Plasson/Caussé/Capitole de Toulouse et Chung/Verney/Orchestre de l’Opéra de Paris.

On se réjouit donc d’y retrouver un orchestre français mené par un chef cultivé. Le Berlioz de Slatkin sonne avec éclat et précision, même si la prise de son très sèche gomme le travail sur les timbres. L’orchestre est discipliné et les interventions des solistes sont parfaites. L’alto de s’immisce à merveille dans ce tissu narratif. On tient ici une version solidement charpentée et stylistiquement juste, témoin de l’excellent niveau de la phalange lyonnaise, depuis qu’elle est prise en main par le maestro américain.

Les ouvertures italiennes et la petite pièce Rêverie et caprice complémentaires sont servies avec ce qu’il faut de brio et d’entrain, dans une optique équilibrée et précise chère au chef américain.

Au risque de se répéter, on regrette la sécheresse de la prise de son et son manque de clarté qui nuisent à notre pleine satisfaction. En revanche, l’Orchestre de Lyon, au fil des disques et des concerts, ne cesse de s’affirmer comme la meilleure phalange hexagonale en dehors de Paris.

(Visited 313 times, 1 visits today)

Plus de détails

Hector Berlioz (1803-1869) : Harold en Italie, Op.16 : Ouvertures : Le Carnaval romain, Op.9 et Benvenuto Cellini, OP.23 ; Rêverie et Caprice, Op.8. Lise Berthaud, alto ; Giovanni Radivo, violon ; Orchestre National de Lyon, direction : Leonard Slatkin. 1 CD Naxos. Référence 8.573297. Enregistré en 2013 à Lyon. Notice de présentation en : anglais et français. Durée : 70’31.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.