Concerts, La Scène, Opéra

Le concert annuel de Joseph Calleja à Malte

Plus de détails

Floriana. The Granaries. 18-VII-2014. Charles Gounod (1818-1893) extrait de Roméo et Juliette et de Faust ; Amilcare Ponchielli (1834-1886) extrait de La Gioconda ; Francesco Cilea (1866-1950) extrait de l’Arlesiana ; Georges Bizet (1838-1875) extraits des Pêcheurs de perles et de Carmen ; Agustin Lara (1897-1970) Granada ; chansons napolitaines, chansons de variétés. Malta Philharmonic Orchestra, direction : Paul Bateman. Joseph Calleja, ténor. Bryn Terfel, basse. Claudio Baglioni, bellâtre. Leona Lewis, Nabilla. Clare Ghigo, mezzo-soprano. Federica Falzon, gamine.

Concert CallejaQu’on pardonne, oui, qu’on pardonne vraiment à l’auteure de ces lignes l’erreur de casting dans laquelle elle s’est fourvoyée ! Invitée à Malte pour entendre un de ses ténors favoris, avec, cerise sur le gâteau, en invité surprise, elle pensait naïvement profiter de quelques jours de soleil et de deux des plus belles voix du monde. Ce qu’elle n’avait pas vraiment réalisé, c’est que sur son île natale, est une star, plus importante même que Johnny en France, capable de déplacer vingt cinq mille personnes rien que sur son nom !

A héros national, modalités particulières. C’est ainsi qu’on reste interloquée en franchissant les barrières de l’espace à ciel ouvert aménagé pour l’occasion. C’est immense, saturé de spots colorés proprement aveuglant, entouré d’écrans géants, qui se révèleront bien utiles pour apercevoir les protagonistes du concert, car même si on est installé à une des meilleures places, on ne les distingue pas plus grands que des personnages de lego. Mais surtout, ce qu’on n’avait pas compris, c’est qu’il s’agissait d’un spectacle de cross-over, dans tout le sens horrifique qu’il peut prendre pour une amatrice d’opéra pur.

C’est ainsi que , qui a pourtant interprété dix-sept morceaux, se trouve relégué, à la fois en durée sur scène et à l’applaudimètre, par Claudio Baglioni, sirupeux italien qui semble-t-il, est une grande vedette de la pop, et Leona Lewis, gagnante de l’émission télévisée X-factor, et dotée de plus de tour de sein que de puissance vocale. Ne demandez surtout pas ce qu’ils ont chanté, aucun programme n’ayant été distribué, on n’en a pas la moindre idée !

On a repéré, bien sûr, les extraits d’opéra, et là, c’est vraiment la fête. En Roméo, Enzo Grimaldo ou Federico dans le célébrissime lamento, Joseph Calleja, même sonorisé, est magnifique de timbre, de style et de ligne. , en grande forme, nous régale d’un petit film diffusé entre deux morceaux, dans lequel il cherche son copain Joseph un peu partout dans Malte, y compris dans les armures des chevaliers, avant de se précipiter sur les pâtisseries locales. Sa ronde « du veau d’or » de Faust est énôôôrme, accompagnée de sifflements dans ses doigts, comme un bad boy, lors des interventions du chœur. Tous deux chantent en duo Granada, qui laisse un arrière goût de trop peu, mais ils se rattrapent dans les bis avec le duo des Pêcheurs de perles, admirable de goût et de sûreté.

La prestation de , lauréate de la Fondation Joseph Calleja, dont nous reparlerons dans une interview à paraître, est assez intéressante dans la Habanera de Carmen. Celle d’une pré-adolescente de onze ans, Federica Falzon, gagnante d’un concours de chant télévisé, est un peu effrayante, car est-il raisonnable pour cette toute jeune personne, dotée de moyens non négligeables, mais d’assez peu de technique, de se produire aussi rapidement dans des concerts de cette envergure, sans avoir pris le temps de mûrir sa voix ?

On aime les 250 petits choristes, affublés du tee-shirt du sponsor BOV (bank of Valletta) car on pense que peut-être, quelques uns d’entre eux attraperont le virus du chant. Ce concert aura été alors d’une utilité précieuse.

On a peu à dire de la prestation du , orchestre permanent qui se produit toute l’année sur les deux îles habitées de l’archipel, et de la direction de , tant elle est déformée par les micros, et étouffées par les clameurs et les feux d’artifice.

Crédit photographique : © Bruno Serrou

(Visited 196 times, 1 visits today)

Plus de détails

Floriana. The Granaries. 18-VII-2014. Charles Gounod (1818-1893) extrait de Roméo et Juliette et de Faust ; Amilcare Ponchielli (1834-1886) extrait de La Gioconda ; Francesco Cilea (1866-1950) extrait de l’Arlesiana ; Georges Bizet (1838-1875) extraits des Pêcheurs de perles et de Carmen ; Agustin Lara (1897-1970) Granada ; chansons napolitaines, chansons de variétés. Malta Philharmonic Orchestra, direction : Paul Bateman. Joseph Calleja, ténor. Bryn Terfel, basse. Claudio Baglioni, bellâtre. Leona Lewis, Nabilla. Clare Ghigo, mezzo-soprano. Federica Falzon, gamine.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.