Les Duruflé à Notre-Dame de Paris

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Charles Tournemire (1870-1939) : Choral improvisé sur « Victimae Paschali Laudes » ; Fantaisie improvisée sur « Ave Maris Stella ». César Franck(1822-1890) : Choral n° 1 en mi majeur ; Fantaisie en la majeur. Louis Vierne (1870-1937) : Aria de la symphonie n° 6 op. 59. Marcel Dupré (1886-1971) : Variations sur un vieux noël op. 20. Maurice Duruflé (1902-1986) : Prélude et fugue sur le nom d’ A.L.A.I.N. op.7. Maurice et Marie-Madeleine Duruflé en concert à l’orgue de Notre-Dame de Paris. 1 CD Solstice SOCD 304. Code barre : 3279793042031. Enregistré en 1970, 1971 et 1972. Durée totale : 79’05 ».

 

3279793042031_600Entendre Maurice et Marie-Madeleine Duruflé, couple à la ville comme à la tribune d’orgue, dans cette nef unique de Notre-Dame de Paris et sur son orgue d’exception, est un privilège rare que nous offre cet album.

Capté par les soins patients et attentifs de François Carbou, ce disque réunit trois interventions en concert du dimanche au début des années 70, alors que l’orgue avait reçu depuis peu ses fameuses chamades si chères à Pierre Cochereau. , que l’on ne présente plus, était un familier de cette tribune, élève de jusqu’à vivre en ces lieux le dernier souffle aux côtés de son maître lors d’un concert en Juin 1937.

L’écoute de cet enregistrement montre combien les Duruflé se complétaient. Maurice, comme le souligne François Sabatier dans son excellent texte de pochette, se distinguait par des options bien en accord avec ce qu’il professait : sobriété, sens de l’architecture et des progressions, respect de la grande ligne, expression sensible éloignée de tout sentimentalisme. Marie-Madeleine, elle, était plus virtuose, extravertie, maitrisée dans son jeu, digne disciple de son maître Dupré. Du coup le choix des pièces distribué à l’un et à l’autre ne relève pas du hasard : Maurice joue un Franck d’une rare noblesse, la fantaisie en la et le premier choral. Son épouse met à profit ses possibilités jubilatoires avec deux improvisations de Tournemire, les variations sur un noël de Dupré et le Prélude et fugue sur A.L.A.I.N. composé par son mari. A noter également que les improvisations de Tournemire furent mises sur le papier par Maurice après de longues et pénibles écoutes sur de vieux 78 tours usés jusqu’à la corde. On imagine sa patience.

La boucle est bouclée dans un univers bien à eux. L’orgue de Notre-Dame est impérial comme toujours, utilisé de manière subtile, c’est à dire souvent plus par le détail que par les ensembles tonitruants.

On savourera avec délectation ces documents dont on ne se lasse pas de dire qu’ils constituent de précieuses références pour les générations futures.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.