À emporter, Audio, Musique symphonique

Liana Issakadze, figure majeure du violon

Plus de détails

Jean Sibelius (1865-1957) : Concerto pour violon et orchestre en ré mineur, Op.47 : Arnold Schoenberg (1874-1951) : Concerto pour violon et orchestre, Op.36. Liana Isakaze, violon. Orchestre symphonique d’Etat de l’URSS, direction : Alexandre Lazarev. 1 Cd Melodyia. Référence : MEL CD 10 02221. Enregistré en 1980 et 1981. Durée : 63’44.

 

contrates liana isakadze melodyiLe label russe Melodyia nous permet de redécouvrir l’art de la grande violoniste .

Le vivier  des violonistes soviétiques est inépuisable et les archives Melodyia permettent au mélomane de rattraper son retard et de redécouvrir l’art, bien oublié, de . Enfant prodige de l’URSS, elle triomphe lors de concours nationaux avant d’intégrer la classe de David Oïstrakh au Conservatoire de Moscou. Elle resta proche du grand virtuose qui la convia, jusqu’à son décès prématuré, à partager la scène avec lui. La fin des années 1960 sont une période exceptionnelle pour l’artiste qui accumule les prix internationaux : Concours long-Thibaud à Paris, Concours Sibelius à Helsinki et Concours Tchaïkovski de Moscou. Elle fut, avec l’autre grand violoniste Victor Tretiakov, la plus jeune musicienne récipiendaire du Prix « Artiste du peuple de l’URSS ».  Après avoir été active à la tête de l’orchestre de chambre de Géorgie dans les années 1980, elle émigre en Allemagne et en France. Fondatrice de l’Académie David Oïstrakh d’Ingolstadt en Allemagne, elle donne de nombreuses classes de maître et participe à des jurys de concours.

Dans le Concerto de Sibelius, avec lequel elle triompha à Helsinki, la violoniste fait preuve d’une puissance violonistique dramatique et d’un grand talent narratif. Loin de la froideur purement instrumentale souvent unilatérale dans cette partition, la musicienne  habite cette partition faisant surgir des ombres toutes droites sorties des mythes du Kalevela. Accompagnée par le, alors tout jeune, , ce tandem musical nous donne l’une des plus belles gravures de ce concerto battu et rebattu.  Le couplage est assez inattendu avec le (trop) rare Concerto d’, encore plus surprenant dans cette URSS sclérosée de la fin des années Brejnev. Le ton noir, la sonorité très impactante de la violoniste et les timbres acidulés d’un orchestre pris très loin de son arbre généalogique, offrent une interprétation intrigante mais stimulante de ce chef-d’œuvre.

Plus de détails

Jean Sibelius (1865-1957) : Concerto pour violon et orchestre en ré mineur, Op.47 : Arnold Schoenberg (1874-1951) : Concerto pour violon et orchestre, Op.36. Liana Isakaze, violon. Orchestre symphonique d’Etat de l’URSS, direction : Alexandre Lazarev. 1 Cd Melodyia. Référence : MEL CD 10 02221. Enregistré en 1980 et 1981. Durée : 63’44.

 
Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.