À emporter, CD, Musique symphonique

Holliger dépoussière Schumann

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Concerto pour violoncelle Op.129 ; Symphonie n°2 à n°4. Oren Shevlin, violoncelle ; Orchestre symphonique de la WDR de Cologne, direction : Heinz Holliger. 2 CD Audite. Référence : 97.678 et 97.679. Enregistré en 2012 et 2013. Durée : 66’50 et 52’58.

 

audite schumann holliger

se lance dans une intégrale symphonique Schumann déjà majeure. 

est l’un des plus grands musiciens de notre époque. Hautboïste, compositeur et chef d’orchestre, il a marqué son temps par une discographie sans compromis, basée sur une éthique interprétative : si Holliger entre en studio c’est pour apporter quelque  chose de neuf et pas pour ajouter une ligne à sa copieuse biographie. Si Holliger n’est pas le plus grand technicien de la baguette, il parvient à transmettre aux musiciens sa réflexion puissante et originale sur les œuvres qu’il dirige. Il est ainsi vénéré et adulé dans le monde germanique ! Hélas beaucoup moins dans le monde francophone…

A la tête de l’Orchestre de la radio WDR de Cologne, il se lance dans une intégrale Schumann qui marquera nos années 2010 si l’on se base sur ces deux volumes.

Dégraisser Schumann a déjà été la philosophie de plusieurs chefs et non des moindres : Paavo Järvi (RCA, mais aussi en concert), Thomas Dausgaard (Bis), David Zinman (RCA – lire notre portrait discographique) et dans une certaine mesure Simon Rattle (Berlin Phil).  Mais réussir un Schumann philologiquement juste reste un tour de force musical et intellectuel : un Simon Rattle avec la philharmonie de Berlin s’y est récemment naufragé

Au pupitre d’un orchestre plutôt flamboyant, Heinz Holliger sait allier l’énergie rythmique et la force dramatique de cette musique. La Symphonie n°2 est un modèle dans son association entre élan et impact. Les symphonies n°3 et n°4 (dans la version révisée en 1854) poursuivent ce bonheur musical.

Soliste de l’orchestre de la WDR, le violoncelliste anglais est un soliste au diapason du chef dans le célèbre concerto pour violoncelle. On sent dans cette lecture la force d’un travail collectif et d’un dialogue entre le violoncelle solo et l’orchestre.

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Concerto pour violoncelle Op.129 ; Symphonie n°2 à n°4. Oren Shevlin, violoncelle ; Orchestre symphonique de la WDR de Cologne, direction : Heinz Holliger. 2 CD Audite. Référence : 97.678 et 97.679. Enregistré en 2012 et 2013. Durée : 66’50 et 52’58.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.