Les métamorphoses de Sémélé par Les Ombres

À emporter, CD, Opéra

Marin Marais (1656-1728) : Marche d’Aegipans et de Ménades, ouverture, air « Quel bruit nouveau se fait entendre », deuxième air des guerriers, chaconne, extraits de Sémélé. André Cardinal Destouches (1672-1749) : Sémélé, cantate à voix seule avec symphonie sur un texte de Houdar de la Motte. Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Concerto grosso en fa majeur opus 3 n°4 ; air « Oh sleep », extrait de Semele ; air « Sweet bird », extrait de l’Allegro, il Penseroso ed il Modertato (version instrumentale) ; cantate « Tra le fiamme » ; symphonie, récitatif et air « Iris impatient of thy stay … Endless pleasure », récitatif et air « No more … Hence, Iris, hence away », extraits de Semele ; symphonie et duo « To thee, thou glorious son of worth », extraits de Theodora. Avec : Chantal Santon-Jeffery, soprano ; Mélodie Ruvio, alto. Les Ombres, direction artistique : Margaux Blanchard et Sylvain Sartre. 1 CD Mirare.MIR 260. Code-barre : 3760127 222606. Enregistré en juin 2013. Notice en français, anglais et allemand. Durée : 78’.

 

SéméléEn rassemblant des sublimes compositions de Haendel, Marais et Destouches, l’ensemble rend hommage à la belle Sémélé, l’un des personnages les plus fascinants de la mythologie.

Ce nouveau CD est le reflet d’un spectacle chorégraphié donné courant 2013 dans divers endroits de l’hexagone, notamment à l’Opéra-théâtre de Saint-Etienne et à l’Opéra Orchestre National de Montpellier, où l’ensemble baroque est, ou a été, en résidence.

On saluera tout d’abord la cohérence et l’originalité d’un programme qui permet, en proposant une première mondiale – la cantate de Destouches – au même titre que quelques grands classiques du répertoire – Haendel –, de jeter un regard contrasté sur un personnage mythologique aussi attachant que controversé. Coupable d’ambition démesurée chez Haendel, et dûment châtiée pour cela, la belle Sémélé se verrait presque transformée en héroïne chrétienne chez Destouches. Les extraits de retenus sur ce CD nous rappellent à point nommé que Sémélé, personnification de la musique, est également la fille de la déesse Harmonie… À la cantate française de Destouches fait écho la cantate italienne de Haendel « Tra le fiamme », consacrée non pas aux aspirations de Sémélé, mais à l’ambition et à la soif d’absolu d’Icare, autre personnage mythologique puni pour son hubris et son envie d’égaler les dieux. Quelques airs et duos bien connus de Haendel complètent agréablement ce passionnant voyage.

L’interprétation de l’ensemble Les Ombres donne toute satisfaction, autant pour l’énergie et le dynamisme qu’elle confère aux partitions retenues que pour les beaux moments de recueillement qu’elle procure. et n’ont peut-être pas les plus belles voix du monde mais, solides techniciennes et musiciennes accomplies, elles proposent toutes deux une lecture probe et efficace, parfaitement professionnelle, des musiques qui leurs sont confiées.

On l’aura compris, ce beau programme saura inspirer tous les auditeurs qui voudront bien prendre le temps de s’y pencher et lui consacrer toute leur attention. Vous verrez, il le vaut bien !

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.