Danse , La Scène, Spectacles Danse

Histoire vivante du flamenco à Chaillot

Plus de détails

Paris. Théâtre national de Chaillot. 21/III/15. Ballet flamenco de Andalucia : En la memoria del cante. 1922. Direction artistique : Rafaela Carrasco. Chorégraphie : Rafaela Carrasco, David Coria. Répétiteur : David Coria. Musique : Antonio Campos, Jesus Torres, Juan Antonio Suàrez « Cano ». Costumes : Blanco y Belmonte. Scénographie et lumières : Gloria Montesinos (A.A.I.). Chef d’atelier : Pepa Carrasco. Traduction Manifiesto del 22 : Vicente Pradal. Avec Rafaela Carrasco, David Coria, Ana Morales, Hugo Lopez et Alejandra Gudi, Florencia O’ryan, Laura Santamaria, Paula Comitre, Carmen Yanes, Eduardo Leal, Antonio Lopez, Alberto Sellés. Guitare : Jesus Torres, Juan Antonio Suarez « Cano ». Chant : Roberto Lorente, Gabriel de la Tomasa.

Ballet Flamenco de Andalucia (2)C’est à une véritable histoire du flamenco et de ses grandes figures que nous convie ce spectacle complet du Ballet flamenco de Andalucia.

En 1922, et le jeune Federico Garcia Lorca organisent un concours de chant flamenco, afin de ne pas laisser s’éteindre cet art de l’âme andalouse. Le spectacle En la memoria del cante. 1922 proposé par le Ballet flamenco de Andalucia propose de retracer ce moment de l’histoire, où grâce à la volonté de deux hommes, la danse et le cante jondo flamenco ont pu renaître. Grâce à une astucieuse scénographie, des pendrillons et un fond blanc sur lesquels sont projetées photos et images, une estrade, quelques chaises et un balcon en fer forgé, les meilleurs talents du flamenco revivent sous nos yeux.

Ballet Flamenco de Andalucia (8)Les solistes de la compagnie, David Coria, Ana Morales, Hugo Lopez puis la grande Rafaela Carrasco dans un final éblouissant, incarnent tour à tour les grandes figures des années 20 : El Tenaza, Manolo Caracol, Juana la Macarrona. Le corps de ballet, très solide, les entoure dans des séquences dansées qui empruntent aux multiples styles du flamenco, du plus traditionnel au plus contemporain. Dans la variété de leurs costumes, robes à volants ou pantalons ultra-sobres, l’énergie qu’ils déploient et la musicalité de chacune de leurs interventions, on goûte la richesse de ce patrimoine dansé que le Ballet flamenco de Andalucia s’efforce de préserver et de défendre.

La richesse du spectacle résulte de cette alternance entre histoire et modernité, à la recherche d’une certaine authenticité. Très bien construit, En la memoria del cante. 1922 propose un équilibre subtil et réussi entre danse et musique flamenco d’hier et d’aujourd’hui.

Photo : © Luis Castilla

(Visited 918 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre national de Chaillot. 21/III/15. Ballet flamenco de Andalucia : En la memoria del cante. 1922. Direction artistique : Rafaela Carrasco. Chorégraphie : Rafaela Carrasco, David Coria. Répétiteur : David Coria. Musique : Antonio Campos, Jesus Torres, Juan Antonio Suàrez « Cano ». Costumes : Blanco y Belmonte. Scénographie et lumières : Gloria Montesinos (A.A.I.). Chef d’atelier : Pepa Carrasco. Traduction Manifiesto del 22 : Vicente Pradal. Avec Rafaela Carrasco, David Coria, Ana Morales, Hugo Lopez et Alejandra Gudi, Florencia O’ryan, Laura Santamaria, Paula Comitre, Carmen Yanes, Eduardo Leal, Antonio Lopez, Alberto Sellés. Guitare : Jesus Torres, Juan Antonio Suarez « Cano ». Chant : Roberto Lorente, Gabriel de la Tomasa.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.