À emporter, Audio, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

Augustin Dumay violoniste magistral mais chef moyennement convaincant

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon et orchestre; Symphonie n°8. Johannes Brahms (1833-1897) : Sextuor à cordes n°1 opus 18. Augustin Dumay (violon et direction) ; Sinfonia Varsovia ; Kansai Philharmonic Orchestra. Svetlin Roussev (violon), Miguel da Silva, Marie Chilemme (altos), Henri Demarquette, Aurélien Pascal (violoncelles) 2 CD Onyx. Référence ONYX4154. Enregistré en septembre 2014 (concerto), Décembre 2014 (sextuor), septembre 2010 (symphonie). Notice de présentation en : allemand, français, anglais. Durée : 1 heure 47’ 25’’

 

0880040415428_600Portrait d’ en violoniste soliste, en chambriste, en chef d’orchestre. Le résultat est inégal et l’archet sied mieux au musicien que la baguette. Le goût de l’opulence du son et des timbres séduit mais finit par étouffer le discours. Somptueux mais à déguster à petites doses.

Curieux album, tout à la gloire d’. Il se voit honoré comme violoniste, comme chef et comme chambriste. A la vérité, le résultat confirme seulement une fois encore qu’il est difficile à un artiste, aussi grand soit-il, d’être réellement complet. Passons vite sur la Symphonie n°8 de Beethoven avec le Kansai philharmonic orchestra (Japon), car son dynamisme réel ne peut dissimuler une rudesse voire une brutalité des accents qui fatigue vite ; le caractère trop univoque de l’expression lasse rapidement l’auditeur, dont l’oreille est peu flattée par les sonorités assez rustiques et passe-partout de l’orchestre japonais.

Beaucoup plus convaincant est le concerto de Beethoven même si, comme dans ses récentes sonates de Brahms chez le même éditeur, Dumay a tendance à adopter des tempos très amples qui flattent une sonorité chaleureuse et … un brin de narcissisme ! Reconnaissons cependant que l’entente avec le , dirigé de l’archet, est parfaite et que l’ensemble ne manque pas de tenue. Cette impression se renforce encore dans le sextuor de Brahms dont l’opulence harmonique presque étouffante tient lieu d’interprétation. Tout ceci est certes splendide (encore qu’une ou deux pailles instrumentales auraient pu être corrigées dans le concerto de Beethoven) mais cet album hétérogène par son programme et inégal par son interprétation ne convainc pas entièrement, comme si le culte du beau son pour lui-même suffisait à structurer la conception des oeuvres. Un album aussi splendide par moments qu’agaçant globalement.

(Visited 1 520 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon et orchestre; Symphonie n°8. Johannes Brahms (1833-1897) : Sextuor à cordes n°1 opus 18. Augustin Dumay (violon et direction) ; Sinfonia Varsovia ; Kansai Philharmonic Orchestra. Svetlin Roussev (violon), Miguel da Silva, Marie Chilemme (altos), Henri Demarquette, Aurélien Pascal (violoncelles) 2 CD Onyx. Référence ONYX4154. Enregistré en septembre 2014 (concerto), Décembre 2014 (sextuor), septembre 2010 (symphonie). Notice de présentation en : allemand, français, anglais. Durée : 1 heure 47’ 25’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.