Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Angela Hewitt et le festival autour du lac Trasimène

Plus de détails

Ombrie. Festival du Trasimène. 4-VII-2015 – 10-VII-2015. Avec Angela Hewitt, Mahler chamber orchestra, Camerata Salzburg, Hannu Lintu, Quatuor Maramoe, Nabila Chajai, Simone Briatore, Calogero Palermo.

Angela Hewitt-Magione 2015En dix saisons, le Festival du Trasimène, organisé par , a fait le tour du lac, élargissant chaque fois le cercle. En Ombrie, presque chaque petite ville recèle un ravissant théâtre à l’italienne. Cette onzième année, les aficionados ont découvert celui de Bevagna, dont l’intimité était un cadre parfait pour les deux récitals (Bach, Beethoven, Scarlatti, et Granados, Albeniz, de Falla) d’, directrice musicale.

Du 4 au 10 juillet 2015, la pianiste canadienne a joué dix fois, seule, avec un ou deux musiciens, avec le Mahler chamber orchestra, venu pour la première fois, ou avec l’orchestre Camerata Salzburg et son chef Hannu Lintu, un habitué du festival, car cinq des sept concerts avaient lieu deux fois, dans deux endroits différents. Le 6 juillet, a joué trois Partitas de Bach et une Sonate de Beethoven, d’abord l’après-midi au théâtre Torti de Bevagna, puis au château de l’Ordre souverain de Malte à Magione, le soir.

Après quelques instants pour oublier le son, comme amplifié, du Fazioli de Magione, on pouvait écouter la pianiste transmettre la grâce, la légèreté et toute la noblesse de la première Partita BWV825. Un premier mouvement presque romantique, quelques envolées d’une précision aussi abstraite que poétique, et cette grande spécialiste de Bach nous fit entendre aussi l’humour caché entre les notes, l’obstination gracieuse, les caprices, et on voyait naître parfois sur ses lèvres un sourire qui s’adressait très probablement à Bach lui-même.
La Sonate « des Adieux » de Beethoven était, elle, jouée avec un mélange de détachement et d’émotion, pour finir avec une insistance aussi abstraite, obstinée et légère que celle d’un chant d’oiseau.

Le 9 juillet, avec le et la harpiste , la soirée était française. Avec Syrinx, une pièce assez rare de Debussy, le bref solo d’une flûte invisible a donné le ton, lancé du haut des arcades qui entourent la cour du château. Descendu sur scène, le flûtiste Andrea Oliva a joué, avec la harpiste Nabila Chajaj, le Prélude à l’après-midi d’un faune, dans une adaptation parfaite pour ce morceau aérien. ajouta la voix grave de son alto au duo pour jouer la Sonate pour flûte, alto et harpe : c’était l’apparition d’une voix humaine, comme un appel qui se mêlait au vent de la harpe et de la flûte.
Deux pièces de Ravel suivaient, le Quatuor en fa, puis l’ Introduction et Allegro pour flûte, : on relevait la poésie papillonnante de la harpe et la clarinette sensible de .

Crédit photographique : Angela Hewitt joue au Château de l’Ordre des Chevaliers de Malte à Magione (c) Lorenzo Dogana / Trasimeno Music Festival

Plus de détails

Ombrie. Festival du Trasimène. 4-VII-2015 – 10-VII-2015. Avec Angela Hewitt, Mahler chamber orchestra, Camerata Salzburg, Hannu Lintu, Quatuor Maramoe, Nabila Chajai, Simone Briatore, Calogero Palermo.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.