Banniere-ClefsResmu-ok

Dimitris Papaioannou, chorégraphe du côté de l’arte povera

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Théâtre de la Ville. 13/X/15. C: Still Life. Concept visuel, mise en scène, costumes & lumières : Dimitris Papaioannou, composition sonore
Giwrgos Poulios, décor : Dimitris Theodoropoulos & Sofia Dona, adapté pour la tournée par Thanassis Demiris, lumières : Menelaos Orfanos, costumes : Vassilia Rozana, sculpture & peinture : Nectarios Dionysatos. Avec Prokopis Agathokleous, Drossos Skotis, Michael Theophanous, Costas Chrysafidis, Christos Strinopoulos, Kalliopi Simou, Pavlina Andriopoulou & Dimitris Papaioannou

STILL LIFE_2015_Julian_Mommert_efsyn_03Très connu dans son pays, le chorégraphe grec est invité pour la première fois au Théâtre de la Ville avec une pièce visuelle et universelle.

Des parpaings écrasés sur une scène, cela ne vous dit rien ? Du mur de Pina Bausch dans Palermo Palermo aux mauerfrauen mises en scène par Anselm Kiefer, nombreux sont les artistes qui ont expérimenté ce matériau friable, poussiéreux, qui s’écrase dans un son mat. s’est formé dans l’atelier d’un peintre. Il s’en souvient en concevant cette pièce post-apocalyptique très visuelle. Pionnier de la danse contemporaine dans son pays, il y est très connu pour avoir chorégraphié les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques de 2004 à Athènes.

Loin de notre Découflé national, le chorégraphe grec fait confiance aux matériaux naturels, largement utilisés par les artistes italiens du mouvement arte povera. Un panneau de mousse recouvert de plâtre, un amas de pierres ou une simple plaque de plexiglas créent des effets spectaculaires et poétiques. Gags à la Buster Keaton, humour absurde façon Joseph Nadj (un autre gars de l’Est), avec des idées simples, Dimitris reconstruit le mythe de Sisyphe – hommage discret à Albert Camus.

Pas de musique, une lumière blanche et rare, le chorégraphe s’appuie sur les seuls sons produits par la matière, sonorisés et amplifiés. Le rythme est lent, contemplatif, garantie de poésie. Plutôt construit autour d’hommes en noir, le spectacle s’achève dans le partage d’un repas, autour d’une table porté à têtes d’hommes, évocation des processions votives méditerranéennes. Très ancré dans sa terre natale, le spectacle y prend alors une portée universelle.

Crédit photographique © Julian Mommert, Nikos Dragonnas, Maria Petinarak

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.