À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Véronique Gens chante l’âge d’or de la mélodie française

Plus de détails

Reynaldo Hahn (1874-1947) : Néère, Trois jours de vendange, Quand je fus pris au pavillon, Le rossignol des lilas, A Chloris, Lydé, Tyndaris, Pholoë, Phyllis, Le printemps. Henri Duparc (1848-1933) : Chanson triste, Romance de Mignon, Phidylé, Au pays où se fait la guerre, L’invitation au voyage. Ernest Chausson (1855-1899) : Sept mélodies op. 2, La chanson bien douce, Le temps des lilas. Véronique Gens, soprano ; Susan Manoff, piano. 1 cd Alpha 215. Code barres : 3760014192159. Enregistré du 10 au 13 mars 2015 au Studio Teldex. Notice trilingue (français, anglais, allemand) avec textes intégraux. Durée : 66′ 25

 

812-hv+QNcL__SL1500_Une maîtrise et une tenue en totale symbiose avec l’art de la mélodie française, mais on ne peut pas adhérer entièrement à une version si la langue est malmenée.

« Duparc le mélancolique, Chausson l’élégiaque, Hahn le charmeur » : l’auteur du petit texte de présentation – Nicolas Southon – qualifie ainsi trois représentants majeurs de l’école française mélodique du tournant du siècle.

L’interprétation de aurait d’ailleurs plutôt tendance à unifier le style qu’à s’éparpiller dans ces subtilités stylistiques. Le style d’ailleurs de l’interprète a pour lui une sobriété totale dans l’émission vocale, une maîtrise et une tenue en totale symbiose avec l’art de la mélodie française. Pas de grands effets façon cantatrice dans Chausson, pas de raideur dans Duparc, pas de minauderies dans Hahn. Une entente parfaite avec son accompagnatrice , dotée d’un piano très bien équilibré dans les registres, aux graves très ronds et chauds et aux aigus tout aussi veloutés.

Pour aller loin dans le texte, un petit détail nous gêne : pourquoi tenir la première des trois notes du triolet de doubles croches initial et récurrent de A Chloris, au demeurant jouée assez rapidement ? Cela n’est rien au regard de ce que l’on peut réellement appeler un défaut majeur que peu voudront admettre eu égard à la notoriété reconnue et méritée de  : on ne comprend que difficilement les textes. Le livret est là pour nous aider, heureusement, mais cela n’est-il pas un comble pour une chanteuse dont la langue natale est le français de ne pas arriver à se faire comprendre ? Certainement le plus préoccupant souci de la mélodie française reste bien la prononciation. C’est même devenu le problème majeur de toute une profession qui s’internationalise : on ne peut pas adhérer entièrement à une version si la langue est malmenée. Pour une diction remarquable, voyez le travail réalisé par Renée Fleming ou Susan Graham : un paradoxe heureux pour ces chanteuses américaines…

Plus de détails

Reynaldo Hahn (1874-1947) : Néère, Trois jours de vendange, Quand je fus pris au pavillon, Le rossignol des lilas, A Chloris, Lydé, Tyndaris, Pholoë, Phyllis, Le printemps. Henri Duparc (1848-1933) : Chanson triste, Romance de Mignon, Phidylé, Au pays où se fait la guerre, L’invitation au voyage. Ernest Chausson (1855-1899) : Sept mélodies op. 2, La chanson bien douce, Le temps des lilas. Véronique Gens, soprano ; Susan Manoff, piano. 1 cd Alpha 215. Code barres : 3760014192159. Enregistré du 10 au 13 mars 2015 au Studio Teldex. Notice trilingue (français, anglais, allemand) avec textes intégraux. Durée : 66′ 25

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.